Charles-Robert Darwin, La descendance de l homme et la sélection sexuelle. Traduit de l Anglais par Edmond Barbier


 

RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

La descendance de l’homme et la sélection sexuelle (1876)
Introduction de l'auteur


Une édition numérique réalisée à partir du livre de Charles-Robert Darwin (1809-1882), La descendance de l’homme et la sélection sexuelle. Traduit de l’Anglais par Edmond Barbier d’après la seconde édition anglaise revue et augmentée par l’auteur, 1874. Préface par Carl Vogt. Edition définitive ornée de 38 planches hors texte. Paris: Librairie C. Reinwald, Schleicher Frères, Éditeurs, 1876, 27 pp + 720 = 747 pp. ). Une édition numérique de Claude Ovtcharenko, journaliste à la retraite dans le sud de la France.
 
Introduction de l'auteur

La nature du présent livre sera mieux comprise, par un court aperçu de la manière dont il a été écrit. J’ai pendant bien des années recueilli des notes sur l’origine et la descendance de l’homme, sans avoir aucune intention de faire quelque publication sur ce sujet ; bien plus, pensant que je ne ferais ainsi qu’augmenter les préventions contre mes vues, j’avais plutôt résolu le contraire. Il me parut suffisant d’indiquer, dans la première édition de mon Origine des espèces, que l’ouvrage pourrait jeter quelque jour sur l’origine de l’homme et son histoire ; indiquant ainsi que l’homme doit être avec les autres êtres organisés compris dans toute conclusion générale relative à son mode d’apparition sur la terre. Actuellement le cas se présente sous un aspect tout différent. Lorsqu’un naturaliste comme C. Vogt, dans son discours prési-dentiel à l’Institut national genevois (1869), peut risquer d’avancer que « personne, en Europe du moins, n’ose plus soutenir la création indépendante et de toutes pièces des espèces, » il est évident qu’au moins un grand nombre de naturalistes doivent admettre que les espèces sont les descendants modifiés d’autres espèces ; cela est surtout vrai pour ceux de la nouvelle et jeune génération. La plupart acceptent l’action de la sélection naturelle ; bien que quelques-uns objectent, ce dont l’avenir aura en toute justice à décider, que j’ai beaucoup trop haut évalué son importance. Mais il est encore bien des chefs plus anciens et honorables de la science naturelle, qui sont malheureusement opposés à l’évolution, sous quelque forme qu’elle se présente. 

Les opinions actuellement adoptées par la plupart des natu-ralistes, qui comme dans tous les cas de ce genre, seront ulté-rieurement suivies par d’autres, m’ont par conséquent engagé à rassembler mes notes, afin de m’assurer jusqu’à quel point les conclusions auxquelles mes autres travaux m’ont conduit, pouvaient s’appliquer à l’homme. C’était d’autant plus désirable que je n’avais jamais, de propos délibéré, appliqué mes vues à une espèce prise à part. Lorsque nous limitons notre attention à une forme donnée, nous sommes privés des arguments puissants que nous pouvons tirer de la nature des affinités qui unissent des groupes entiers d’organismes, – de leur distribution géographique dans les temps passés et présents, et de leur succession géologique. La conformation homologique, le développement embryonnaire, et les organes rudimentaires d’une espèce, qu’il s’agisse de l’homme ou d’un autre animal, points sur lesquels nous pouvons porter notre attention, restent à considérer ; mais tous ces grands ordres de faits apportent, il me semble, des preuves abondantes et concluantes en faveur du principe de l’évolution graduelle. Toute-fois il faut toujours avoir présent à l’esprit le puissant appui que fournissent les autres arguments. 

L’unique objet de cet ouvrage est de considérer : premièrement, si l’homme, comme toute espèce, descend de quelque forme préexistante ; secondement, le mode de son développement ; et, troisièmement, la valeur des différences existant entre ce qu’on appelle les races humaines. Comme je me bornerai à traiter ces points, il ne me sera pas nécessaire de décrire en détail ces diffé-rences entre les diverses races, – sujet énorme qui a déjà été amplement discuté dans beaucoup d’ouvrages de valeur. La haute antiquité de l’homme récemment démontrée par les travaux d’une foule d’hommes éminents, Boucher de Perthes en tête, est l’indis-pensable base de l’intelligence de son origine. Je tiendrai par conséquent cette conclusion pour admise, et renverrai mes lecteurs pour ce sujet aux beaux traités de Sir C. Lyell, Sir J. Lubbock et autres Je n’aurai pas non plus davantage à faire qu’à rappeler l’étendue des différences existant entre l’homme et les singes anthropomorphes, les professeurs Huxley ayant, selon l’avis des juges les plus compétents, établi de la manière la plus concluante que, dans chaque caractère visible, l’homme diffère moins des singes supérieurs, que ceux-ci ne diffèrent des membres inférieurs du même ordre des Primates. 

Le présent ouvrage ne renferme presque point de faits originaux sur l’homme ; mais les conclusions auxquelles, après un aperçu en gros, je suis arrivé, m’ayant paru intéressantes, j’ai pensé qu’elles pourraient l’être pour d’autres. On a souvent affirmé avec assurance que l’origine de l’homme ne pourrait jamais être connue ; mais l’ignorance engendre plus souvent la confiance que ne fait le savoir, et ce ne sont que ceux qui savent peu, et non ceux qui savent beaucoup, qui affirment d’une manière aussi positive que la science ne pourra jamais résoudre tel ou tel problème. La conclusion que l’homme est, avec d’autres espèces, le co-descendant de quelque forme ancienne inférieure et éteinte, n’est en aucune façon nouvelle. Lamarck était, il y a longtemps, arrivé à cette conclusion, que plusieurs naturalistes éminents ont soutenue récemment ; par exemple, Wallace, Huxley, Lyell, Vogt, Lubbock, Rolle (1), etc., et surtout Häckel. Ce dernier, outre son grand ouvra-ge intitulé Generelle Morphologie (1866), a récemment (1868, avec une seconde édition en 1870) publié sa Natürliche Schöp-fangsgeschichte (2), dans laquelle il discute complètement la généalogie de l’homme. Si cet ouvrage avait paru avant que mon essai eût été écrit, je ne l’aurais probablement jamais achevé. Je trouve que ce naturaliste dont les connaissances sont, sur beaucoup de points, bien plus complètes que les miennes, a confirmé pres-que toutes les conclusions auxquelles j’ai été conduit. Partout où j’ai extrait quelque fait ou opinion des ouvrages du professeur Häckel, je le cite dans le texte, laissant les autres affirmations telles qu’elles se trouvaient dans mon manuscrit, en renvoyant par note à ses ouvrages, pour la confirmation des points douteux ou intéressants. 

Depuis bien des années, il m’a paru fort probable que la sélec-tion a joué un rôle important dans la différenciation des races humaines ; et, dans mon Origine des Espèces (1re édition), je me contentai de ne faire à cette croyance qu’une simple allusion ; mais, lorsque j’en vins à l’appliquer à l’homme, je vis qu’il était indispensable de traiter le sujet dans tous ses détails (3). Il en est résulté que la seconde partie du présent ouvrage, traitant de la sélection sexuelle, a pris relativement à la première un développement considérable, mais qui était inévitable. 

J’avais l’intention d’ajouter ici un essai sur l’expression des diverses émotions chez l’homme et les animaux moins élevés, sujet sur lequel mon attention avait, il y a bien des années, été attirée par l’ouvrage remarquable de Sir G. Bell. Cet anatomiste soutient que l’homme possède certains muscles uniquement destinés à exprimer ses émotions, opinion que je devais prendre en considération, comme évidemment opposée à l’idée que l’homme soit le descendant de quelque autre forme inférieure. Je désirais également vérifier jusqu’à quel point les émotions s’expriment de la même manière dans les différentes races humaines. Mais, en raison de la longueur de l’ouvrage actuel, j’ai dû renoncer à y introduire cet essai, qui est en partie achevé, et fera l’objet d’une publication séparée.


1. Je n’ai pas besoin de donner les titres des ouvrages si connus des auteurs premièrement cités ; mais ceux des deux derniers étant moins connus, les voici : Sechs Vorlesungen über die Darwinsche Theorie, 2te Auflage, 1868, Doctor von L. Büchner (traduit en français par A. Jacquot sous le titre de Conférences sur la théorie darwinienne. Paris, 1869). – Der Mensch, im Lichie des Darwins’schen Lehre, 1865, von Doctor F. Rolle. Sans pouvoir référer à tous les auteurs qui ont traité le même côté de la question, j’indiquerai encore G. Ganestrini, Annuarion della soc. d. nat. Modena, 1867, travail curieux sur les caractères rudimentaires, et leur portée sur l’origine de l’homme. Le docteur Barrago Francesco a publié, en 1869, un autre ouvrage dont le titre italien est : l’Homme, fait à l’image de Dieu, fut aussi fait à l’image du singe.

2. Traduit en français par le docteur C. Letourneau, sous le titre : Histoire de la Création naturelle. 2e édition, Paris, C. Reinwald.

3. Le professeur Häckel est le seul auteur qui, depuis la publication de l’Origine des espèces, ait, dans ses différents ouvrages, discuté avec beaucoup de talent le sujet de la sélection sexuelle, et en ait compris toute l’importance.


Retour au texte de l'auteur: Edmond de Nevers Dernière mise à jour de cette page le dimanche 28 septembre 2008 13:26
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref