RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les auteur(e)s classiques »

La théorie de la connaissance des Stoïciens. (1891)
Table des matières de Louis Goubert


Une édition électronique réalisée à partir du livre d'Alain (Émile Chartier), La théorie de la connaissance des Stoïciens (1891). Paris: Les Presses universitaires de France, 1964, 74 pp. Avec annotations et traductions de Bertrand Gibier, février 2003. Une édition numérique réalisée par Bertrand Gibier, bénévole, professeur de philosophie au Lycée de Montreuil-sur-Mer (dans le Pas-de-Calais).

Table des matières de Louis Goubert

I. — Introduction.

a) Le problème stoïcien de la connaissance : les conditions de la certitude.
b) Les sources, principales et secondaires.
c) La méthode ; synthèse et analyse ; pourquoi la seconde est préférable.

II. — La vérité et le vrai.

a) Le témoignage de Sextus Empiricus.
b) La vérité diffère du vrai.
— En nature.
— En structure.
— En valeur.

III. — De la représentation en général.

A) Le témoignage de Sextus Empiricus.
a) Les spécifications indiquées par Sextus Empiricus.
b) Ces spécifications semblent de valeur inégale.

B) Essai de restitution de la doctrine ; représentation et partie gouvernante.
a) La partie gouvernante.
b) La représentation semble moins donnée que construite.
c) La représentation serait la forme générale de l’activité psychique.

C) Double objection.
a) La représentation et l’image
b) La représentation et l’imaginaire.

D) Double preuve.
a) La représentation et l’exprimable discursif.
b) Représentation, affirmation, compréhension, pensée.

E) Conclusion : la représentation est activité.
a) Le rejet du « passivement ».
b) La représentation, activité de la pensée, est perceptive et discursive.

IV. — De la représentation compréhensive.

1° Les discriminations de Sextus Empiricus.

A) Ce que n’est pas la représentation compréhensive.
a) Représentation non persuasive.
b) Représentation accidentellement vraie.
B) Ce qu’est la représentation compréhensive.
a) Les caractères intrinsèques.
b) L’absence d’obstacle.

2° Restitution de la doctrine.

A) Le problème.
a) Elle est moins reçue que créée.
b) Est-elle à la fois perceptive et discursive ?

B) Représentation compréhensive et perception.
a) C’est la représentation unique et discernable d’un objet lui-même unique et discernable.
b) Sa particularisation est toujours incomplètement réalisée.
c) Elle n’est pas compréhensive absolument, mais plus ou moins compréhensive.
d) Elle est donc poursuite ininterrompue des particularités dans la perception.

C) Représentation compréhensive et discours.
a) Sa particularisation n’exclut pas le discours.
b) Elle est systématique.
c) Elle reste conforme à la raison.
d) Elle est d’une exactitude scientifique.

3° Le critère stoïcien de la vérité.
A) Le critère en lui-même.
a) La représentation, compréhensive joint au sensible l’intelligible.
b) Car elle est spécification et division.

B) Sa raison d’être.
a) Percevoir exactement, c’est comprendre.
b) La diversité n’est saisie que par l’unité que l’esprit lui donne.

C) Représentation compréhensive et volonté.
a) Toute représentation est à quelque degré compréhensive.
b) Car percevoir, c’est affirmer et vouloir.
c) La représentation compréhensive, critère d’une vérité qui est progrès et tension.

D) Pourquoi la vérité diffère du vrai

V. — Signification durable du stoïcisme.

A) Le stoïcisme et les doctrines.
a) Stoïcisme et spinozisme : la représentation compréhensive et l’idée adéquate ; le conatus et la tension.
b) Stoïcisme et logicisme : le monde des essences et la vérité du sensible.
c) Le stoïcisme transcende matérialisme et spiritualisme en faisant de l’esprit une activité et de cette activité un mouvement.
d) Les innovations du stoïcisme : Platon et l’idée ; Aristote et la forme ; les stoïciens et la science du sensible comme tel.

B) La triple leçon des stoïciens.
a) Ils proposent au psychologue une théorie motrice de la connaissance.
b) Ils ont défini dans la représentation compréhensive le critère moderne de la vérité.
c) Leur conception de la vérité nous met en garde contre le découragement sceptique.

Retour au livre de l'auteur: Alain (Émile Chartier) Dernière mise à jour de cette page le mercredi 30 mai 2007 7:16
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref