À propos
 

Philosophie
du fondateur


Partenaires

Événements

Album-photos

Couverture médiatique

Commentaires
des visiteurs


On pointe sur nous...

Site pédagogique de
Jean-Marie Tremblay


Textes de
Jean-Marie Tremblay


Droits d'auteur

Bibliothécaires / Librarians
 

 

Vos commentaires sur la collection
Les Classiques des sciences sociales


— Dimanche, le 22 juin 2003

Subject: La gratuité sur l'Internet selon Huguette
Date: Sun, 22 Jun 2003 09:57:54 -0400
From: Huguette Bertrand <huguettebertrand@videotron.ca>

Bonjour Monsieur Tremblay

Je viens de lire un article sur le site du journal Libération concernant votre oeuvre bénévole que j'applaudis. http://www.liberation.fr/page.php?Article=119335

Cet article a grandement attiré mon attention concernant la gratuité de la culture par l'Internet.

Je ne suis pas Victor Hugo, mais une poète québécoise qui diffuse ses oeuvres gratuitement sur l'Internet depuis décembre 1995, d'abord sur le site d'un éditeur virtuel québécois nommément Éditel, dont le responsable et webmestre était un type de Chicoutimi-Lac-St-Jean qui eut la générosité de numériser le premier recueil de poésie ayant déjà été publié en livre 2 ans auparavant et l'installa sur son site éditeur. Par la suite, j'appris à réaliser des pages web pour me créer un espace sur le Web dès septembre 1996, un site évolutif au fil du cheminement de la poète.

Après être passée par la voie éditoriale traditionnelle sur 12 ans à Trois-Rivières, j'ai préféré donner ma production gratuitement sur le Net. Mon site personnel dont je paie mensuellement l'hébergement chez Videotron Télécom, est devenue ma plate-forme de création et de diffusion.

Qui plus est, la Bibliothèque nationale du Canada m'a ouvert la porte en m'appelant au téléphone en mai 1997 me demandant si je voulais verser dans sa nouvelle collection électronique, mes trois recueils qu'on avait découverts, que je présentais en version intégral sur l'Internet. J'ai accepté et depuis, dès qu'un recueil était complété sur mon site, je préparais les fichiers du recueil que j'envoyais par attaché au responsable de la collection électronique à la B.N.C. Fichiers sur lesquels j'ajoutais l'identification de la B.N.C. Car ces
recueils sont également accessibles gratuitement sur mon site que j'ai voulu professionnel.

J'ai maintenant 15 oeuvres installées sur le serveur de la B.N.C. en version numérique html et aussi 4 de mes oeuvres en version livre électronique sur CDrom dont les fichiers du CD peuvent être enregistrés gratuitement par une page que j'ai réalisée avec instruction et envoyée à la B.N.C. Mon 16e recueil étant complété depuis peu, me reste à préparer les fichiers à envoyer à la B.N.C. Le livre papier est prêt pour le dépôt légal.

De plus, 12 de mes recueils sont accessibles gratuitement dans la base de données américaine du site «Project Gutenberg» qui aussi m'ont ouvert la porte au début de l'an 2001. J'ai signé électroniquement une permission de publier à Michael Hart, le père de "Project Gutenberg" qui, dès 1971, a lui aussi voulu rendre accessible gratuitement des oeuvres du domaine public, numérisé par des bénévoles. Cette base de données est maintenant sur des serveurs sur les cinq continents.

À ma grande surprise, j'ai découvert par le moteur Google au début de l'an 2002 que ces 12 recueils chez Gutenberg étaient aussi accessibles sur le site bookshare.org en format Daisy et BRF destinés aux aveugles américains, sans qu'on m'en ait informée. J'ai envoyé un e-mail à ce dit site pour les aviser d'inscrire le no ISBN sous mes oeuvres. On ne m'a pas répondu, mais j'ai laissé aller, car si par bonheur des aveugles francophiles américains découvrent mes oeuvres, j'en serais contente.

Ceci dit, je vous invite à visiter ma page de présentation de l'auteure à cette adresse :
http://www.espacepoetique.com/Espace/intime.html
sur laquelle on voit par liens toutes mes implications par l'Internet et ce que j'ai fait avant d'arriver sur le Net.

Jamais le livre ne m'aura conduit là où j'en suis rendue. Et mes lecteurs viennent me dire leur appréciation, certains viennent me consulter pour avoir mon avis sur leur texte, d'autres souhaiteraient être invités sur mon site, car n'entre pas qui veut sur mon site.

J'ai acquis une crédibilité que je n'ai pas recherchée, mais elle est advenue par le fait de donner, de communiquer, de m'impliquer, mais que par l'Internet

J'ai souvent remarqué sur le Web tout comme en dehors du Web, qu'on a très peur à ses droits d'auteur. Curieusement, je n'ai jamais eu peur à mes droits. Je donne mes droits gratuitement et on respecte mes droits.

J'ajoute que les éditeurs sur la voie marchande sont à mes yeux des imbéciles. Pourquoi ? Ils n'ont rien compris à l'Internet et ce que ça pourrait leur rapporter en présentant sur leur site un large extrait de chacun de leurs livres pour donner aux lecteurs le goût d'acheter le livre, car les gens aiment encore avoir un livre entre les mains. Et j'en sais quelque chose ! Au lieu de procéder de cette façon, ils préfèrent des retours de livres invendus, les laisser s'empoussiérer en entrepôt pour ensuite les pilonner avec la permission des auteurs qui ne sont pas très avantagés sur ce plan. Ils préfèrent fabriquer des livres et les diffuser grâce aux subventions pour l'aide à l'édition du Conseil des Arts et du Ministère de la Culture du Québec. Et nous tous, on paie pour cette culture échouée pratiquement dans l'oeuf.


Ce que j'ai lu à votre sujet sur Libération m'incite à vous exprimer ma solidarité venu vous dire bravo de rendre à la culture ses droits d'accessibilité gratuite au plus grand nombre, par l'Internet. Comme je vous comprends !

Je vous envoie mon salut de St-Jérôme

Huguette Bertrand
poète écrivain
membre de l'Union des écrivains québécois
http://www.espacepoetique.com
http://www.espacepoetique.com/Espace/intime.html


Retour à la liste des commentaires Dernière mise à jour de cette page le Jeudi 14 août 2003 07:23
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref