Bénévoles
 

Donateurs

Appel aux éditeurs
d'œuvres non rééditées


Voir aussi :
Prêt de livre


Consignes
aux bénévoles
pour la numérisation

Télécharger
le fichier Word
.

Télécharger
le fichier-modèle
de mise en page
.
 

 

Les bénévoles

Membre de l'équipe de bénévoles des Classiques des sciences sociales
Kim Noisette
doctorant en philosophie à l'Université de Sherbrooke
et à l'Université Fédérale de São Paulo (Brésil).



Le 5 novembre 2014,

Kim NOISETTE,
se joint à notre équipe
de bénévoles.



Kim Noisette:
knoisette@gmail.com.

Le 1er octobre 2014, je reçois un beau message, par courrier électronique, de Monsieur Noisette:

Cher Monsieur,
Cela fait aujourd'hui plus de 4 ans que je me sers régulièrement des livres publiés sur les Classiques des Sciences Sociales.

En tant qu'étudiant et futur chercheur (je suis en doctorat), je voudrais vous remercier profondément pour l'existence de la Bibliothèque. Grâce à elle, j'ai pu trouver des traductions gratuites aussi bien que des originaux rares parfaitement lisibles et citables.

Pour vous en remercier, je viens de faire un don de 50 dollars.

Une question : il n'y a pas d'édition du Discours sur la liberté de penser d'Anthony Collins (1712), un classique des Lumières radicales qui avait fait grand bruit à l'époque. Seriez-vous intéressé si j'en fais une?
[...]
Bien cordialement
Kim Noisette.



Un mois plus tard, soit le 5 novembre 2014, je reçois un nouveau courriel:

Cher Monsieur,
Après de longues corrections du texte donné par la reconnaissance optique, la reformulation de certaines phrases (sans altérer le contenu) pour rendre le texte plus accessible, des indications historiques/référentielles et l'aide d'un latiniste distingué pour relire les citations dans cette langue, j'ai le plaisir de vous envoyer le texte du Discours sur la liberté de penser en .doc.

L'édition utilisée est la traduction anonyme du Discourse (1713) parue en 1714 à La Hague
.

Pour la description, en voici une:

Kim Noisette est doctorant en philosophie. Il travaille sur le
Traité de la nature humaine (1739-40) de David Hume, en cotutelle à l'Université de Sherbrooke au Québec et à l'Université Fédérale de São Paulo au Brésil.

Bien à vous et en vous souhaitant une très bonne fin de journée
Kim Noisette


Anthony Collins,
Discours sur la liberté de penser écrit à l'occasion d'une nouvelle secte d'esprits forts, ou de gens qui pensent librement. Traduit de l'anglais et augmenté d'une lettre d'un médecin arabe. Londres, 1714. Traduction anonyme. Imprimé à La Hague par Henri Scheurleer, 262 pp + 29 pp. Une édition numérique réalisée à partir d'un facsimilé de la Bibliothèque nationale de France. [Livre mis en ligne mercredi, le 26 novembre 2014.]

Le 15 novembre 2014, je recevais, de Kim, un nouveau courriel nous faisant part de l'un de ses projets pour l'avenir, et cela concerne Les Classiques des sciences sociales.

Bonsoir Monsieur,

[...]
L'an prochain, je songe à réaliser pour vous une édition de l'
Enquête sur la liberté humaine, de Collins également. Cette Enquête a été traduite à l'époque. Elle a influencé Hume, qui en a critiqué certains présupposés tout en reprenant certaines conclusions, sur une autre base plus fine. Hume était plus systématique et original que Collins, mais je ne crois pas que l'on puisse encore admirer les grands penseurs comme des figures isolées en négligeant leurs influences et leurs appropriations.

L'an prochain car ces prochains mois j'ai du pain sur la planche pour la thèse, ainsi que des projets d'articles sur Hume. Il faut savoir s'organiser, et si des projets bénévoles comme le vôtre sont beaux et utiles, y contribuer n'est pas toujours facile à caser dans son emploi du temps.
Bien à vous
Kim Noisette

Enfin, le 26 novembre 2014, je pouvais mettre en ligne un autre texte édité par Kim:

Anthony Collins, Lettre d'un médecin arabe à un fameux professeur de l’Université de Hall en Saxe, sur les reproches faits à Mahomet, de son recours aux armes, de la pluralité des femmes, de l’entretien de ses concubines, et de l’idée de son paradis. in Discours sur la liberté de penser écrit à l'occasion d'une nouvelle secte d'esprits forts, ou de gens qui pensent librement. Traduit de l'anglais et augmenté d'une lettre d'un médecin arabe. Londres, 1714. Traduction anonyme. Imprimé à La Hague par Henri Scheurleer, 262 pp + 29 pp. Une édition numérique réalisée à partir d'un facsimilé de la Bibliothèque nationale de France, [Texte mis en ligne mercredi, le 26 novembre 2014.]

Retour à la page des bénévoles Dernière mise à jour de cette page le mercredi 26 novembre 2014 16:27
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref