À propos
 

Philosophie
du fondateur


Partenaires

Événements

Album-photos

Couverture médiatique

Commentaires
des visiteurs


On pointe sur nous...

Site pédagogique de
Jean-Marie Tremblay


Textes de
Jean-Marie Tremblay


Droits d'auteur

Bibliothécaires / Librarians
 

 


Letre de recommandation
à l'Ordre National du Québec 2012
de Michel Maldague,
professeur émérite,
Faculté de foresterie, Université Laval,
Directeur honoraire de l'ERAIFT (RDC), consultant de l'UNESCO,
Directeur de la collection “Les sciences du développement”
des Classiques des sciences sociales
.

Québec, le 30 octobre 2010

À qui de droit,

Ordre National du Québec

Madame, Monsieur,

J’ai appris que M. Jean-Marie Tremblay a posé sa candidature au rang de Chevalier de l’Ordre National du Québec, édition 2011. C’est avec la plus grande satisfaction que je tiens à appuyer cette candidature.

J’ai rencontré, pour la première fois, le professeur Jean-Marie Tremblay, il y a une dizaine d’années. Je fus d’emblée impressionné et admiratif par le cadre matériel où il évoluait et travaillait ; impressionné par l’ampleur et la qualité du travail qu’il accomplissait, tâche considérable et d’une extrême utilité. Œuvre dont le bien-fondé était tout à fait évident : mettre une information de haute qualité à la disposition de tous, étudiants, chercheurs, professeurs, citoyens, … bref, permettant à toute personne, aussi isolée soit-elle, de s’enrichir intellectuellement. Il est difficile de faire mieux pour se rendre utile, et ce, à partir d’un foyer, installé au Québec, et en mesure de rayonner partout !

Mais j’en reviens à ces premiers contacts, car on apprend beaucoup de choses sur la personnalité des êtres, lorsque l’on pénètre dans ces lieux, quelques peu secrets, où ils poursuivent leur œuvre. Je crois opportun de donner quelques exemples de telles « intrusions ». Le Professeur Théodore Monod, le grand spécialiste du Sahara, me reçut dans son laboratoire du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris ; entouré de piles de livres, il écrivait à une modeste table, dans un lieu austère, tout autant qu’impressionnant. – Je me souviens de ma rencontre, en plein désert d’Atacama, au Chili, avec le Père Lepège, grand paléontologue : dans le corridor qui menait à un modeste bureau, au mur, une photo du Père Teilhard de Chardin ! Ce qui constitue ici le commun dénominateur, c’est l’esprit qui y régnait. Et, mutatis mutandis, dans le cas de M. Jean-Marie Tremblay … partout des piles de livres, bien identifiées, des colis, du matériel électronique, des classeurs, des notes, etc., le tout formant un ensemble cohérent, structuré, dynamique. Il ressort de tels contextes, non seulement, la prédominance de l’esprit, mais encore … la passion. La passion d’accomplir une tâche que l’on perçoit comme utile, pas seulement pour soi, mais surtout pour les autres.

Dans tous ces cas, un point commun : des individus passionnés, en quelque sorte envoûtés, dont l’existence est focalisée sur des objectifs, inlassablement poursuivis, déterminés par une pensée qui balise leur voie et qui les force à atteindre des buts précis, à réaliser une œuvre cohérente, utile, perçue comme indispensable. Des œuvres qui sont marquées, d’une part, par le goût de la recherche, et, d’autre part, et ce point est fondamental dans le cas du Pr J.-M. Tremblay, par un besoin inextinguible de mettre ses aptitudes, son énergie nerveuse à la disposition de ceux qui en ont besoin ; c’est là compétence, altruisme et générosité. N’interviennent  ici ni le goût du lucre ni l’appât du gain. Non. C’est, bien au contraire. Le besoin de parfaire les connaissances, de former, d’éduquer, de rendre service ; les motivations ressortent du domaine de l’esprit.

Deux autres dimensions apparaissent qui caractérisent cette œuvre et lui confèrent une dimension concrète. Il s’agit, d’abord, d’une création, la création  d’un ensemble structuré, organisé – la Collection des Classiques des Sciences sociales – qui prend des dimensions telles qu’elle devient, en outre, un outil de recherche de premier plan. De fait, les bénéficiaires de l’œuvre du Pr J.-M. Tremblay, dispersés de par le monde, ne cessent d’augmenter en nombre ; le projet rayonne ; il attire étudiants, chercheurs, lecteurs, toujours plus nombreux.

Tout ce qui précède répond de la façon la plus claire à la question clé : « Qu’est-ce que le candidat a fait pour le Québec ? » Il a créé un outil intellectuel qui, à partir du Québec, rayonne dans le monde entier.

Par ailleurs, l’éducation est un acquis durable ; l’une des grandes capacités de l’être humain est d’acquérir des savoirs qui retentissement dans toutes les dimensions de l’existence. Autrement dit, le rayonnement de la collection des Classiques des Sciences sociales possède un caractère de durabilité, le retentissement ne peut être que prolongé et l’on se souvient toujours des lieux où l’on s’est formé, des éléments et du contexte qui ont permis de nouvelles acquisitions mentales. De plus il n’y a rien de plus enviable ou honorable qu’une amélioration de sa  pensée et de sa réflexion, les deux grandes qualités de l’esprit humain.

Le travail inlassable, je pourrais dire extraordinaire, du Pr J.-M. Tremblay est reconnu, mais il est évident que son élévation au rang de Chevalier de l’ordre National du Québec constituerait une reconnaissance de son dévouement, visant à aider les autres à s’élever eux-mêmes par leurs connaissances et leur compétence. Le bénéficiaire ressentirait également le sentiment gratifiant de voir ses efforts reconnus et encouragés. Il m’apparaît pleinement justifié que cet attachement à une cause d’une aussi noble nature, marquée par une double empreinte, intellectuelle et éthique, soit officiellement reconnue. L’œuvre de Jean-Marie Tremblay rayonne loin au-delà des frontières du Québec et du Canada, et cet aspect mérite, lui aussi, cette reconnaissance.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

Dr Ir Michel Maldague, LSc., CES

Professeur émérite à la Faculté de Foresterie, de Géographie et de Géomatique de l’Université Laval

Prix Michel Jurdant de l’ACFAS en Sciences de  l’environnement

Médaille Romanoswki de l’Académie Nationale du Canada

Chevalier de l’Ordre National de Madagascar

Chevalier de l’Ordre de la Couronne, Belgique

Membre correspondant étranger de l’Académie Nationale des Arts, des Lettres et des Sciences de Madagascar

Membre de l’Académie Nationale des Sciences du développement de la République Démocratique du Congo


Retour à la page des bénévoles Dernière mise à jour de cette page le lundi 31 octobre 2011 15:33
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref