RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Documents »

Presse canadienne. “Le maire de Saguenay devant la commission Bouchard-Taylor. La religion catholique doit reprendre sa place au Québec.” Le Devoir, 21 septembre 2007, page A2.

Presse canadienne.

“Le maire de Saguenay
devant la commission Bouchard-Taylor.

La religion catholique doit reprendre sa place au Québec.”

Le Devoir, Montréal, 21 septembre 2007, page A2.

Courriel de M. le maire, Jean Tremblay: maire@ville.saguenay.qc.ca.

Mots clés : Jean Tremblay, commission Bouchard-Taylor, Religion, Québec (province) 

File written by Adobe Photoshop® 4.0

Photo: Agence Reuters

Saguenay -- La religion catholique doit demeurer une des assises du Québec, croit le maire de Saguenay, Jean Tremblay.  

Devant la commission Bouchard-Taylor qui étudie les accommodements raisonnables, le maire de la sixième plus populeuse ville du Québec a plaidé hier en faveur du maintien de l'héritage catholique dans l'espace public québécois. 

«La religion catholique est une des plus belles valeurs qu'on a au Québec», a dit le maire Tremblay. La religion catholique, qui est celle de 95% des Québécois, doit jouir d'une certaine préséance au Québec, juge-t-il. Il donne d'ailleurs lui-même l'exemple, notamment en maintenant la prière au début des séances de son conseil municipal. 

«On est un peu bonasse. Quand quelqu'un qui représente 3% de la population veut faire quelque chose, tout le monde se plie. Mais quand le maire veut faire sa prière, on lui dit d'arrêter pour respecter le principe de la laïcité», a déploré M. Tremblay. 

«Je ne dis pas que la religion catholique doit écraser les autres. Mais les catholiques ne se font pas respecter. La liberté religieuse, c'est pour ceux qui n'en font pas. On dérape», a-t-il ajouté. 

Il a aussi reproché une certaine mollesse à l'ensemble des politiciens québécois qui, croit-il, manquent d'ardeur à défendre ces valeurs religieuses. 

Les valeurs morales sont de plus en plus abandonnées, a fait valoir le maire Tremblay. Uniquement dans sa ville, il y a deux suicides par semaine. Il faut retourner à des valeurs morales, estime-t-il. «Depuis qu'on oublie nos valeurs principales, cela ne va pas si bien que cela. Les gens ne sont pas si heureux», a-t-il dit.

 

Autres témoins

 

Plusieurs autres témoins ont été entendus devant la commission Bouchard-Taylor. 

Pour Marthe Asselin-Vaillancourt, une militante féministe de longue date qui oeuvre maintenant au sein de l'Association de défense des droits des retraités, le port du voile au Québec par des femmes de religion musulmane pose problème. 

«Le port du voile ne favorise pas l'intégration. Il produit des effets négatifs, il agace, il dérange. Il est perçu comme un geste d'affirmation identitaire, comme un geste politique», a dit Mme Asselin-Vaillancourt. 

Cette dernière a plaidé pour que les futurs immigrants soient valablement informés avant leur arrivée. 

On doit leur décrire à l'avance certaines de nos valeurs comme l'égalité des femmes et des hommes. «Il faut envoyer un message clair qu'en choisissant le Québec, on choisit et on accepte de vivre dans une société qui fait la promotion de l'égalité entre les sexes», a dit Mme Asselin-Vaillancourt. 

Par contre, d'autres propositions ont surpris et soulevé des questions incisives de la part du coprésident de la commission, Gérard Bouchard. 

Marcien Bisson, un retraité, a proposé d'éliminer par loi la nourriture cachère qu'il dit être systématiquement vendue partout uniquement pour accommoder les 35 000 juifs québécois qui la consomment. Il a aussi suggéré de proclamer la suprématie de Dieu, afin de respecter la Constitution du Canada qui, croit-il, la proclamerait. 

Un groupe de Saint-Félicien, appelé «Portes ouvertes sur le lac», a d'un autre côté raconté la façon dont il a réussi l'intégration de 23 familles d'immigrants dans cette petite communauté de 11 000 habitants.



Retour au mémoire présenté par Ville de Saguenay. Dernière mise à jour de cette page le vendredi 28 septembre 2007 13:55
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref