RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

  Veuillez utiliser cette adresse (DOI) pour citer ce document:
http://dx.doi.org/doi:10.1522/cla.mos.dev

Collection « La désintégration du Québec et des régions »

Le Quotidien, Chicoutimi, Mardi, le 20 août 2002 - 8

Développement des régions

Sergieh Moussaly lance un appel à Ottawa

par Yvon Bernier
Texte reproduit avec l'autorisation de M. Pierre Bourdon, rédacteur en chef du journal Le Quotidien. Autorisation accordée par téléphone le 20 août 2002.

Pour télécharger l'article en format pdf, cliquez ici.
Un fichier pdf d'une page de 40 K, format 8.5'' x 14'' (légal), orientation paysage.

Consultez le mémoire du professeur Sergieh Moussaly,
LE RENOUVEAU DU FÉDÉRALISME CANADIEN ET LE DÉVELOPPEMENT DES RÉGIONS DU QUÉBEC. Analyse des modalités de transformation des assises des régions ressources dans le cadre d'un renouveau du dispositif institutionnel de répartition des champs de compétence du système canadien. MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU CAUCUS DU PARTI LIBÉRAL DU CANADA, Tenu à Saguenay, 19-20-21 Août 2002. Saguenay, 19 août 2002, 34 pp.

(YB) - Le Saguenay-Lac-Saint-jean peut servir de région pilote à un fédéralisme « renouvelé » considérant que le « modèle québécois » existant ne fait qu'engendrer des disparités de plus en plus marquées entre les régions du centre et les régions périphériques, soutient le professeur chercheur Sergieh Moussaly de l'Université du Québec à Chicoutimi.

En conférence de presse, hier, l'économiste a présenté un mémoire qui pour l'essentiel met en évidence les conséquences des orientations et du mode de gestion de l'État québécois et « d'affaissement des assises économiques, socio-démographiques et urbaines des régions ressources. »

En clair, expose-t-il, les régions ressources vivent une désintégration qu'illustre très bien l'ensemble des chiffres et statistiques produites par les principaux ministères des gouvernements supérieurs et administrations publiques reconnues.

« Ces données portant par exemple sur le revenu disponible médian par habitant, l'évolution des investissements en immobilisations, le niveau de chômage et sous-emploi des régions ressources comparé au taux de l'ensemble du Québec, et le laxisme fiscal qui caractérise la gestion des biens publics au Québec, illustrent de manière non équivoque le sous-financement chronique des services publics, équipements et infrastructures des régions ressources », indique-t-il.

Stopper le déclin

Les régions en question, soit la Côte-Nord, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, l'Abitibi-Témiscamingue, la Mauricie, Bois-Francs, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie-les Iles (de la Madeleine) se trouvent actuellement dans l'incapacité de disposer des ressources budgétaires requises pour diversifier leur économie et adapter leurs infrastructures aux exigences de la mondialisation.

« Le modèle québécois constitue la source principale du processus d'appauvrissement du Québec et ce depuis plus d'une décennie (1985-1999) et nombre d'économistes dont Marcel Boyer le reconnaissent sans détour », commente-t-il.

« Une transformation institutionnelle en profondeur est donc nécessaire pour permettre aux régions ressources de se libérer des contraintes associées au mode de gestion anachronique et dépassé qu'est le Landrisme », fait-il ressortir.

« Au Québec au début des années 1970 l'on a fait le pari que l'économie québécoise se développerait selon les directives du « modèle centralisé de gestion ». L'on constate aujourd'hui que le développement des grands centres urbains comme Montréal se fait au détriment des régions périphériques. Cela se traduit principalement par a) un déséquilibre dans la répartition du fardeau fiscal entre les diverses composantes régionales du système québécois ainsi que par des lacunes dans les dépenses publiques touchant les équipements et les outils de reconversion des régions en périphérie », résume Moussaly.

La solution à la problématique vécue, avance l'économiste Moussaly, passe parla reprise en main des outils décisionnels et de développement liés aux propres ressources des régions visées et au renforcement de leurs assises économiques et technologiques.

En fait, indique Sergieh Moussaly, le gouvernement fédéral est le seul dans le présent contexte qui dispose des moyens et de la légitimité requise pour réaliser un renouvellement approprié, pour réduire les inégalités économiques observées parmi les populations de divers territoires du Québec et entre le Québec et les populations du reste du Canada.

Ne pas attendre

« Le présent mémoire va atteindre son objectif, si Ottawa prend l'initiative de renouveler les champs de compétence du système canadien et ce dans les meilleurs délais. Il ne faut pas attendre l'arrivée au pouvoir de l'Action démocratique du Québec ou du Parti libéral du Québec pour agir », prévient-il.

M. Moussaly signale en terminant qu'il va présenter le mémoire intitulé : « Le renouveau du fédéralisme canadien et le développement des régions du Québec », aujourd'hui même aux ministres fédéraux Allan Rock et John Manley.

L'économiste Sorgieh Moussaly a présenté, hier, un mémoire qui met en évidence les conséquences des orientations et du mode de gestion de l'État québécois.

Revenir à la page consacrée à la désintégration des régions du Québec. Dernière mise à jour de cette page le Mardi 20 août 2002 13:54
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref