RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Pierre Vallières [1938-1998]
Journaliste, ecrivain, polémiste et militant indépendantiste


Journaliste, ecrivain, polémiste et militant indépendantiste, Pierre Vallières est né le 22 février 1938 dans l'est de Montréal, d'un père ouvrier aux usines Angus du Canadien Pacifique et engagé socialement, ainsi que d'une mère fervente catholique. Il passa sa jeunesse dans la banlieue pauvre de Jacques-Cartier, maintenant Longueuil. Après un stage comme novice chez les Franciscains, il occupa divers emplois, entre autres à la librairie de l'Université de Montréal, puis a séjourné six mois en France. Il entra à La Presse en 1963. Parmi les hommes qui l'ont le plus marqué, il cite le poète Gaston Miron, qu'il décrit comme l'un des « pères spirituels » du FLQ. Il fut l'un des co-fondateurs de la revue Révolution québécoise, qui s'annexa à Partis Pris pour fonder le Mouvement de libération populaire.

En 1966, il devient le chef idéologique du FLQ, avec Charles Gagnon, accordant notamment une plus grande importance au socialisme. Cette même année, il fit une grève de la faim, devant les bureaux de l'ONU, à New York, pour protester contre la situation québécoise. Il fut vite emprisonné, pour son appartenance au FLQ. Emprisonné durant quatre ans à Manhattan, il en profita pour écrire ses mémoires, des textes et des livres. Parmi ceux-ci on note son plus célèbre : Nègres blancs d'Amérique, qui fut un best-seller non seulement au Québec, mais aussi dans le reste du monde. Cet ouvrage comparant les canadiens-français au noirs des États-Unis et certainement l'un des plus controversés du Québec moderne, est un vibrant manifeste anticolonial et anticapitaliste, appelant notamment à la lutte armée. Ce manifeste, fournira, de l'avis de plusieurs, les munitions idéologiques aux radicaux indépendantistes du FLQ sur le point d'être emportés par le tourbillon de la crise d'Octobre 1970, ayant culminé avec l'application de la loi des mesures de guerre au Québec.

De retour qu Québec au début des années 1970, il continua sa carrière de journaliste et d'écrivain. Il devient membre du Parti Québécois et renonça à la violence. En tout, il écrivit près d'une quinzaine d'ouvrages et travailla comme journaliste aux quotidiens québécois La Presse, le Devoir et au journal indépendantiste Le Jour. Il a de plus signé des textes pour le mensuel Cité Libre. De plus, il milita pour la cause homosexuelle, avant de s'intéresser plus récemment aux droits des autochtones et à la cause de l'indépendance de la Bosnie, où il séjourna trois mois en 1995 avant de revenir au Québec très affaibli.

Aux prises avec la maladie depuis plusieurs années, Pierre Vallières est décédé, à l'age de 60 ans, le soir du 23 décembre 1998, à l'hôpital Jacques-Viger de Montréal, des suites d'une défaillance cardiaque.

Source: Site historique Front de Libération du Québec, Pierre Vallières (1938-1998) [EN LIGNE] Consulté le 24 mars 2013.


Retour à l'auteur: Marc Bélanger Dernière mise à jour de cette page le dimanche 24 mars 2013 9:50
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref