RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

LE P.Q. ET LE SOCIAL.
Éléments de bilan des politiques sociales du gouvernement du Parti québécois, 1976-1982
. (1983)
Présentation


Une édition électronique réalisée à partir du livre d'Yves Vaillancourt, avec la collaboration d'Annie Autonès, LE P.Q. ET LE SOCIAL. Éléments de bilan des politiques sociales du gouvernement du Parti québécois, 1976-1982. Montréal: Les Éditions Albert-Saint-Martin, 1983, 165 pp. Une édition numérique réalisée par mon épouse, Diane Brunet, bénévole, guide de musée retraitée du Musée de la Pulperie de Chicoutimi. [Autorisation accordée par l'auteur le 23 mai 2005]

[11]

LE P.Q. ET LE SOCIAL

Présentation

La société québécoise, profondément secouée par la crise structurelle du capitalisme mondial, vit dans un climat de tension dramatisé au cours des derniers mois par l'affrontement entre l'État et ses employé(e)s de la Fonction publique et para-publique à l'occasion de la négociation des conventions collectives.

Dans ce contexte, une propagande savamment orchestrée par les idéologues du bloc social au pouvoir tend à faire passer pour les principaux responsables de la crise économique et sociale ceux et celles-là même qui en sont les principales victimes, c'est-à-dire les classes populaires auxquelles appartiennent les petit(e)s salarié(e)s et la très grande majorité des usagers(ères) des services sociaux et des services de santé.

[12]

Aux uns on reproche le coût trop élevé d'un salaire, qui pourtant suffit à peine à assurer l'entretien et la reproduction de leur force de travail ; aux autres on reproche le coût trop élevé de consommation des services socio-sanitaires pourtant mis en place par l'État lui-même sous la pression des revendications et des luttes des classes ouvrière et populaire.

Interpellés au cœur de notre quotidien par ces enjeux socio-politiques et sollicités par cette idéologie omniprésente et envahissante, il ne nous est pas toujours facile de voir clair ni de « prendre parti ».

Le texte que j'ai le plaisir de présenter ici apporte justement une contribution des plus appropriées à l'analyse de la situation actuelle des politiques sociales au Québec, analyse qui s'inscrit d'emblée dans la problématique du champ d'étude du Département de travail social à l'U.Q.A.M. Pour nous, en effet, « le travail social est une discipline pratique qui a pour objet l'étude des problèmes sociaux tels que vécus prioritairement par les classes populaires et ce, dans une perspective d'intervention axée sur le changement social ».

À l'heure de la tentative post-keynésienne de restructuration des rapports sociaux capitalistes, à l'heure d'un « virage technologique » axé bien plus sur l'accroissement de la productivité que sur l'amélioration réelle des conditions de travail et de vie des classes populaires, l'auteur démontre que l'actuel gouvernement du Québec, dans sa gestion des programmes sociaux ainsi que dans ses orientations [13] générales, affiche de plus en plus clairement le caractère de classe de ses politiques sociales liées aux intérêts dominants. C'est dire que le mouvement ouvrier et populaire n'est pas au bout de ses peines, de ses revendications et de ses luttes pour contrecarrer l'hégémonie du bloc social au pouvoir.

Pourtant, malgré l'analyse d'un tableau très sombre, l'auteur conclut sur un message d'espoir. Après les belles années de militantisme au Québec, dans le sillage historique des 150 ans de luttes du mouvement ouvrier et populaire international, et malgré les replis momentanés face aux stratégies du capital, les masses continueront de faire l'histoire...

Qu'il me soit donc permis de souhaiter aux nombreux(ses) chercheurs(euses), professeurs(es) et étudiants(es), travailleurs(euses) et militants(es), praticiens(nes) et usagers(ères) qui liront ce texte, d'être renforcés(es) dans leur tentative de construire une « praxis » collective axée sur le changement social et marquée par « le pessimisme de l'intelligence et l'optimisme de la volonté ».

Ernst Jouthe

Directeur du Département de travail social
Université du Québec à Montréal
Montréal, Janvier 1983

[14]



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le jeudi 26 janvier 2017 14:08
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref