RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

La santé en tant que phénomène global (1983)
Orientation générale


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de M. Marc-Adélard Tremblay, La santé en tant que phénomène global”. Un article publié dans l'ouvrage sous la direction de Purushottam Joshi et Gaston-René de Grâce, Conceptions contemporaines de la santé mentale, chapitre 2, pp. 49-89. Montréal: Décarie Éditeur, 1983, 365 pp. [M Marc-Adélard Tremblay, anthropologue, retraité de l’enseignement de l’Université Laval, nous a accordé le 4 janvier 2004 son autorisation de diffuser électroniquement toutes ses oeuvres.]

Orientation générale

Dans le présent chapitre, nous utiliserons les perspectives conceptuelles, les techniques d'observation et d'interprétation ainsi que les processus d'intervention des sciences humaines dans l'examen de la santé en tant que phénomène global. Le modèle théorique sous-jacent se réfère tout autant aux fondements biologique, psychologique et culturel de la personnalité qu'à l'insertion de l'individu dans un réseau de groupes sociaux et à son appartenance à une culture particulière. La globalité en tant que perspective principale influence à la fois la conception de la santé, la compréhension des systèmes de dispensation des soins ainsi que la saisie de l'individu agissant-dans-sa-culture. Afin d'interpréter le processus étiologique de la maladie, afin d'apprécier la fonctionnalité des techniques thérapeutiques, afin de juger des voies nouvelles de la guérison, de la resocialisation et de la réinsertion sociale, afin d'évaluer les stratégies sociales de la prévention, les éclairages multidisciplinaires de l'approche holistique nous apparaissent essentiels. Selon cette visée, l'anthropologie, une des sciences humaines dont les traditions de recherche portent à la fois sur le biologique, le psychologique et le culturel dans des voies comparatives, peut apporter une contribution d'importance. [1] 

Plus concrètement, qu'est-ce que cela veut dire ? Tenant compte des connaissances anthropologiques, peut-on mieux définir, concevoir et différencier l'état de santé de l'état maladif ? Quelles sont les influences du somatique, des émotions et des structures sociales sur la santé et le bien-être de l'individu ? Peut-on enrichir les connaissances déjà expérimentées sur la nature de la maladie, les processus diagnostiques et les techniques curatives ? Comment redéfinir les nouvelles approches et techniques thérapeutiques à utiliser sur le patient en tenant compte à la fois du système socio-culturel dans lequel il vit, des expériences qui constituent la trame de son existence, des nouveaux cadres institutionnels et des nouvelles ressources médicales et sociales disponibles ? Dans quelle mesure peut-on, enfin, réorienter l'idéologie des sciences de la santé par rapport à la société de l'avenir et de la prévention ? 

Dans le prolongement des assertions que nous venons d'énoncer et des multiples questions qu'elles soulèvent, il nous apparaît essentiel de mettre en relief les principes d'organisation de même que les champs d'exploration qui constitueront l'armature de nos réflexions et de nos analyses. Ces plans de développement sont nécessairement fragmentaires et orientés par rapport aux objectifs poursuivis :

 

a.  Élaborer une problématique propre à une anthropologie de la santé ;
 
b.  À l'aide de quelques études empiriques sur la santé, montrer comment la perspective théorique développée permet d'en dégager de nouvelles compréhensions ;
 
c.  À l'aide de phénomènes et d'expériences pris dans l'univers de la santé, mettre en évidence l'importance relative des facteurs socio-culturels ;
 
d.  Préparer la voie à de véritables travaux interdisciplinaires tant dans la recherche empirique que dans l'action professionnelle et l'intervention sociale ;
 
e.  Susciter un effet d'entraînement dans le milieu québécois de la santé afin que les professionnels de la santé soient capables de comprendre et d'accepter ainsi que d'utiliser l'acquis des sciences humaines.

[1]     La perspective holistique est à la fois soucieuse de comprendre l'ensemble des éléments qui influencent un phénomène donné, les relations que ces divers éléments entretiennent entre eux, la dynamique de leur interrelation et leur insertion dans un ensemble plus vaste (un système) qui les intègre et leur confère une position relative.


Retour au texte de l'auteur: Marc-Adélard Tremblay, anthropologue, retraité de l'Université Laval Dernière mise à jour de cette page le samedi 10 juin 2006 13:46
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref