RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Les Classiques des sciences sociales, 25 ans de partage des savoirs dans la francophonie. (2018)
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir du livre sous la direction d'Émilie Tremblay et Ricarson Dorcé, Les Classiques des sciences sociales, 25 ans de partage des savoirs dans la francophonie. Québec: Les Éditions science et bien commun, 2018, 335 pp. Préface de Jean Benoist. [Livre diffusé en libre accès avec l'autorisation conjointe d'Émilie Tremblay, Ricarson Dorcé et des Éditions science et bien commun accordée le 19 mai 2018.]

Introduction

Émilie Tremblay et Ricarson Dorcé

La bibliothèque numérique francophone Les Classiques des sciences sociales, développée à partir de 1993 en intranet au Cégep de Chicoutimi, est accessible depuis l’an 2000 sur Internet grâce à une collaboration établie avec l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC)[1]. Dans la francophonie, la bibliothèque fait partie des projets pionniers de numérisation de documents imprimés dans le domaine des sciences humaines et sociales. En 2018, ce projet de démocratisation d’accès au patrimoine scientifique francophone en sciences humaines et sociales fête ses 25 ans.

Rappelons qu’au début des années 1990, la création du World Wide Web, appelé communément le web ou encore la toile (Ceruzzi 2012), a permis la mise sur pied d’un ensemble de bibliothèques, d’archives et de plateformes numériques visant à rendre accessibles différents types de ressources numériques. Le projet Gutenberg – lancé par Michael Hart en 1971 – est l’une des toutes premières bibliothèques numériques (Manley et Holley 2012). Cette bibliothèque diffuse aujourd’hui plus de 50 000 livres électroniques principalement du domaine public[2]. Depuis ce projet pionnier de numérisation d’ouvrages imprimés au début des années 1970, et le lancement de différentes initiatives de numérisation patrimoniale par un ensemble de bibliothèques à partir des années 1980, un nombre considérable de bibliothèques numériques ont vu le jour.

Les bibliothèques numériques, appelées également des bibliothèques virtuelles, bibliothèques en ligne ou bibliothèques électroniques, sont définies de diverses manières. La définition de Christine L. Borgman (2000), professeure distinguée à l’Université de Californie, est davantage reprise dans la littérature comme le mentionne Da Sylva dans cet ouvrage (chapitre 26). Les bibliothèques numériques sont donc des collections de ressources numériques offertes en accès libre ou gratuit, ou par le biais d’un abonnement individuel ou institutionnel. Ces collections sont accessibles par le biais d’un site qui offre des fonctionnalités au niveau de la recherche et de la consultation, et, dans certains cas, sur le plan de l’utilisation et de l’exploitation d’information. Les bibliothèques numériques varient en fonction du volume, de la qualité, de l’origine et des types de contenus qui sont mis à disposition. Elles ne se limitent pas aux collections bibliothéconomiques, mais elles incluent des collections archivistiques et muséales, des données de recherche et des ressources pédagogiques (Da Sylva 2013). Cette conception très large de ce qu’est une bibliothèque numérique n’est pas sans soulever des problèmes comme le mentionne Vermeys (2013).

Les bibliothèques numériques diffèrent également en fonction des ressources offertes, des modalités de mise en ligne des documents, des standards techniques choisis, des modèles économiques adoptés, etc. Certaines proposent des collections de documents textuels numérisés ou de documents nés numériques (livres, périodiques, journaux, thèses et mémoires, documents, et littérature grise, etc.), des documents qui peuvent être du domaine public ou protégé par le droit d’auteur. D’autres diffusent plutôt des documents sonores, visuels, multimédias, etc.

* * *

Dans cet ouvrage, un retour est effectué sur les débuts et l’évolution de ce projet qui propose une collection de près de 7 000 documents textuels, principalement des livres et des articles scientifiques, qui sont du domaine public ou qui sont protégés par le droit d’auteur. Qu’est-ce qui a amené Jean-Marie Tremblay à fonder cette bibliothèque? Quelles ont été les difficultés rencontrées? Comment ce projet a-t-il été accueilli? Quelles sont ces retombées? Comment se présente l’avenir? Quels sont les principaux enjeux et les possibilités? Pour apporter des éléments de réponses à ces questions fondamentales, ce livre collaboratif est conçu à la fois comme une histoire, une conversation et une réflexion.

Cet ouvrage relate tout d’abord une histoire, car il cherche à faire le récit des événements qui ont amené la création de la bibliothèque numérique Les Classiques des sciences sociales, mais aussi de ceux et celles qui ont jalonné son parcours depuis 25 ans. Une histoire ponctuée de défis, de difficultés et de réussites. Une histoire qui s’inscrit dans un contexte marqué, à partir des années 1990, par un ensemble d’initiatives de numérisation et de mise à disposition de ressources numériques. En effet, la bibliothèque numérique Gallica, lancée par la Bibliothèque nationale de France (BNF), est en ligne depuis 1997. C’est l’une des premières initiatives françaises à voir le jour, à la suite d’un important programme de numérisation (Carbone 2017). Elle donne accès en avril 2018 à plus de quatre millions de documents[3]. La Bibliothèque électronique du Québec, fondée en 1997 par Jean-Yves Dupuis, diffuse plus de 2 840 ouvrages littéraires du domaine public en avril 2018[4]. La plateforme Érudit a été lancée en 1998 (Paquin 2013; Beaudry, Boucher, Niemann et Boismenu 2009). Elle donne accès en avril 2018 à plus de 200 000 publications savantes et culturelles en sciences humaines et sociales provenant de plus de 150 revues[5]. Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ) propose de volumineuses collections comprenant des millions de documents numérisés[6]. Différentes initiatives sont donc nées dans la francophonie vers la fin des années 1990, dont certaines spécialisées en sciences humaines et sociales[7].

Cet ouvrage est également une conversation, car il donne la parole à une diversité de personnes qui contribuent ou qui ont contribué à ce projet. En effet, un tel projet n’aurait pas été possible sans la collaboration d’acteurs et d’actrices individuels et institutionnels, à commencer par les universitaires qui ont accepté d’y diffuser leurs travaux et publications. Parmi eux, certains ont également entrepris de nombreuses démarches auprès d’autres universitaires (chercheurs, chercheuses, professeurs et professeures) pour obtenir leur autorisation de diffusion de leurs publications. Ce projet n’aurait pas été possible non plus sans le soutien et le travail des bénévoles qui contribuent de manière exceptionnelle au développement de cette initiative collaborative. Depuis 18 ans maintenant, un grand nombre de personnes ont participé activement au travail quotidien pour rendre accessibles gratuitement des textes sur le site des Classiques des sciences sociales. Par ailleurs, la bibliothèque n’aurait sans doute jamais vu le jour sans le soutien de certaines institutions publiques et de professionnels et professionnelles qui ont aidé à rendre accessibles les Classiques des sciences sociales sur Internet. Enfin, cette conversation serait incomplète si elle n’incluait pas des étudiants et étudiantes ainsi que de jeunes chercheurs et chercheuses qui utilisent la bibliothèque, dont certains et certaines ont créé des réseaux de bénévoles pour soutenir ce travail de valorisation du patrimoine scientifique en sciences humaines et sociales.

Cet ouvrage est enfin une réflexion, car on ne peut examiner le passé et envisager avec sérénité l’avenir de la bibliothèque numérique Les Classiques des sciences sociales sans réfléchir aux notions, questions, enjeux et pratiques qui sont au cœur de l’œuvre et du travail des Classiques des sciences sociales : l’accès libre aux publications scientifiques, la numérisation et la préservation du patrimoine scientifique, les bibliothèques numériques et leurs enjeux, le droit d’auteur et les enjeux juridiques, le patrimoine numérique, le numérique éducatif, la justice sociale, la justice cognitive et les communs numériques. On peut ainsi se demander comment passer de l’accès ouvert ou gratuit à l’accès libre aux publications scientifiques? Comment les Classiques des sciences sociales peuvent-ils contribuer à plus de justice cognitive? Est-il possible d’intégrer certaines technologies du web sémantique à la bibliothèque Les Classiques des sciences sociales? Cet ouvrage collaboratif, en hommage aux 25 ans de cette bibliothèque numérique, contribue ainsi à définir les thèmes de discussion sur l’avenir des Classiques, à présenter quelques tendances et quelques jalons susceptibles d’orienter la réflexion, de soutenir des actions ou d’éclairer certaines mesures à prendre en vue de la pérennisation de cette grande aventure francophone.

* * *

Ce livre est divisé en plusieurs parties. Tout d’abord, une première partie brosse un portrait de la bibliothèque, de son fondateur et de tout le réseau des personnes qui ont contribué à cette œuvre (chapitres 1 à 9). Elle s’intéresse aux principaux acteurs et actrices de la bibliothèque. Une présentation plus formelle de Jean-Marie Tremblay s’accompagne du témoignage de quelques-uns de ses proches, comme sa fille, Pascale Tremblay, sans oublier sa petite-fille Kékéli Adéline Edoh. Elle est complétée par le récit de certaines personnes qui l’ont côtoyé, comme Roberto Miguelez, son ancien professeur de sociologie à l’Université d’Ottawa. Suzie Robichaud et Ricarson Dorcé abordent l’engagement, le travail bénévole et le don de soi dans des écrits plus poétiques. Les portraits de quelques personnes qui œuvrent ou qui ont œuvré bénévolement sont présentés : feu Gemma Paquet, la première bénévole des Classiques des sciences sociales, Diane Brunet, également l’épouse de Jean-Marie, Réjeanne Toussaint, la sœur de Diane, Serge d’Agostino, Claude Ovtcharenko, Pierre Patenaude et Vicky Lapointe. Cette première partie se termine par un texte d’Émilie Tremblay qui propose quelques jalons historiques de l’aventure de la bibliothèque Les Classiques des sciences sociales, depuis sa création, en 1993, comme banque de textes numériques accessibles seulement en Intranet au Cégep de Chicoutimi.

La deuxième partie du livre présente une série de témoignages à l’attention de Jean-Marie Tremblay, de l’équipe des bénévoles et des Classiques des sciences sociales (chapitres 10 à 22). Ces témoignages proviennent d’enseignant-e-s, de chercheur-e-s, de professeur-e-s, de professionnels-les et d’étudiant-e-s. Charles Bolduc, Michel Bergès, Louis Gill, Céline Saint-Pierre, Claude Dumais, Yao Assogba, Marcel J. Mélançon, Daniel Gouadain, Hubert de Broissia et Bernard Petitgas, Rency Inson Michel et Wood-Mark Pierre, Gethème Irié, Hamissou Rhissa Achaffert et Woodkend Eugène témoignent à la fois de leur rencontre avec Jean-Marie, et de leur expérience et de leur vision des Classiques des sciences sociales. Ils mettent en évidence diverses retombées pour les auteurs et auteures qui y diffusent leurs travaux, notamment la visibilité, et pour les étudiants et étudiantes des pays dits du Nord comme du Sud, mais aussi de nouvelles possibilités comme les collaborations avec le Réseau des jeunes bénévoles des Classiques des sciences sociales (REJEBECSS) en Haïti et en Côte d’Ivoire.

La troisième partie du livre (chapitres 23 à 29) propose des réflexions plus théoriques sur des notions, questions, enjeux et pratiques qui sont au cœur de l’œuvre et du travail des Classiques des sciences sociales. Marc Couture, dans le chapitre 23 propose une réflexion sur l’accès libre, son évolution et ses enjeux actuels. Il présente les deux voies (verte et dorée) qui ont été développées pour réaliser l’accès libre. Chiffres à l’appui, il démontre la faible utilisation des répertoires des universités québécoises. Son survol de la voie dorée permet de mettre en lumière la diversité des modèles de revues en accès libre. S’intéressant par la suite à la notion d’accès libre, il rappelle qu’elle ne se limite pas à la gratuité. Malgré quelques initiatives où la publication est reprise en charge par les chercheurs et chercheuses, l’enjeu autour du prestige de la revue (facteur d’impact) demeure un frein majeur à une transformation en profondeur de l’organisation de la publication scientifique. L’enjeu des droits de réutilisation des publications scientifiques, loin d’être résolu, est aussi abordé.

Dans le chapitre 24, Yves Yanick Minla Etoua poursuit la réflexion sur le libre accès, mais plus précisément dans le contexte camerounais. Il s’intéresse aux pratiques du libre accès qui permettraient de mettre en valeur les patrimoines scientifiques locaux. Il se penche sur le contenu de certaines politiques et de certains documents officiels du gouvernement camerounais afin d’analyser comment les enjeux de la numérisation et du libre accès sont présentés. Il examine également les appropriations qui sont faites de ces documents dans les universités camerounaises et les initiatives qui en découlent. La valorisation des patrimoines locaux ne semble pas une préoccupation ni dans les politiques ni dans les initiatives mises en place. Il explique cette réalité en explorant les modes de construction et de diffusion des connaissances scientifiques (stratégies de recherche et de publication, approches pédagogiques), particulièrement dans les domaines des sciences humaines et sociales. Il constate que la pratique scientifique est majoritairement ancrée dans une conception de la « science dite normale », où la dimension de superstructure numérique est peu prise en compte par rapport à celle d’infrastructure numérique.

Antonin Benoit Diouf, dans le chapitre 25, s’intéresse à la numérisation, et en particulier aux enjeux théoriques et pratiques qu’elle soulève dans le contexte africain. Partant du constat que les entreprises de numérisation sur le continent africain suivent généralement la même voie que les projets de numérisation développés ailleurs, particulièrement dans les pays dits du Nord (ou du centre), il propose en quelque sorte des lignes directrices pour penser les projets de numérisation de manière pertinente et contextualisée en fonction des besoins et des réalités africaines. Il brosse un portrait des différentes étapes, mais aussi des questions et des enjeux à considérer. S’il est vrai que le patrimoine documentaire scientifique a sa place, il n’en demeure pas moins qu’il faut prendre en compte le patrimoine oral (ou patrimoine immatériel) de même que les vestiges immobiles (les bâtiments, les monuments, les sites).

Dans le chapitre 26, Lyne Da Sylva, à partir d’une recension des travaux récents sur les bibliothèques numériques publiés dans certaines revues et présentés dans des colloques portant sur les bibliothèques numériques, propose une synthèse des tendances actuelles et des principales thématiques qui y sont abordées. Ces dernières concernant les données, les relations ou les connexions ainsi que l’exploitation des contenus des bibliothèques numériques. L’auteure montre que l’inclusion graduelle des données liées, une technologie du web sémantique, est une tendance importante. Son texte permet d’approfondir plusieurs notions, en particulier celle de données liées et de web sémantique; il vise également à cerner les conséquences de ces évolutions pour différentes institutions et personnes, pour les bibliothèques numériques, les scientifiques ainsi que le corps enseignant en sciences humaines et sociales.

Enfin, dans la quatrième partie, les contributions réunies permettent de (re)penser les bibliothèques numériques, et en premier lieu les Classiques des sciences sociales, à partir de différentes notions : justice sociale, communs numériques, justice cognitive, injustices cognitives, utopie sociale.

Dans le chapitre 27, Marie D. Martel s’intéresse à l’évolution du discours sur la justice sociale dans les bibliothèques d’aujourd’hui. Elle met en exergue quatre grandes perspectives ou approches : l’accès à l’information, la perspective critique de la littératie de l’information, la perspective de la diversité culturelle ou de l’intersectionnalité ainsi que les approches orientées sur la participation citoyenne. Elle propose d’ajouter une cinquième approche, celle des communs numériques, un thème déjà présent de manière transversale dans les quatre premières perspectives. Enfin, l’auteure rappelle les actions suggérées pour concevoir la bibliothèque comme maison des communs. Elle insiste sur la nécessité d’associer la justice sociale à ce processus dans une perspective éthique.

Florence Piron nous invite à réfléchir aux concepts de justice et d’injustice cognitive dans le chapitre 28. Elle retrace tout d’abord l’origine du concept de justice cognitive dans les écrits de l’anthropologue Shiv Visvanathan. Elle explique ensuite comment le projet SOHA (Science ouverte en Haïti et en Afrique francophone) a récemment retravaillé ce concept pour y intégrer la dimension de la matérialité du savoir. Puis, elle présente trois formes d’injustice cognitive : 1) l’inégalité d’accès aux publications scientifiques selon l’endroit où l’on vit ou selon le statut universitaire; 2) le manque d’infrastructures de recherche, autant administratives que matérielles dans certains pays qui a des répercussions sur les types de savoirs créés et 3) l’invisibilité des savoirs produits en Afrique. Elle aborde ensuite la question de la responsabilité pour penser et agir contre ces formes d’injustice cognitive. Elle termine en soulignant de quelle manière une initiative comme les Classiques des sciences sociales participe à un effort de justice cognitive, mais contribue, parallèlement, à renforcer certaines injustices cognitives.

Ricarson Dorcé, dans le chapitre 29, propose de penser les Classiques des sciences sociales à la fois comme un outil pédagogique, un patrimoine numérique et une nouvelle utopie sociale. Il met en évidence le rôle éducatif des Classiques des sciences sociales surtout dans les milieux où l’accès à des documents scientifiques est très restreint. Il suggère que cette bibliothèque participe à la dynamique de transformation du paradigme traditionnel de diffusion des publications scientifiques, ce qui en fait une pratique utopique qui s’insère dans le grand mouvement du libre accès aux savoirs qui sont produits au Nord et au Sud. L’originalité de ce chapitre est de montrer que le concept d’utopie permet de cerner quelques facettes de la bibliothèque numérique Les Classiques des sciences sociales, une plateforme qui fait la fierté des communautés francophones ou francophiles dans le monde et qui aide à instaurer plus de justice cognitive.

* * *

Ainsi, cet ouvrage collectif, à travers quatre parties distinctes, propose un regard croisé sur l’œuvre des Classiques des sciences sociales et quelques-unes de ses facettes. C’est une lecture à plusieurs voix, à l’image de cette bibliothèque qui fonctionne grâce à tout un réseau, à toute une communauté de bénévoles qui est mobilisée autour d’un objectif commun, celui de donner un accès gratuit à des publications scientifiques en sciences humaines et sociales de langue française. Les contributions présentées, par leur diversité et leur qualité, enrichissent la réflexion sur l’avenir des Classiques des sciences sociales, mettent en lumière des possibilités inexplorées et permettent de faire des liens avec d’autres initiatives et projets similaires.

En terminant, nous n’avons pas la prétention d’avoir produit un livre donnant un aperçu global de tous les enjeux qui concernent la bibliothèque numérique Les Classiques des sciences sociales ou de toutes les facettes de cette initiative. Certaines questions n’ont été qu’effleurées, par exemple les enjeux économiques, les enjeux juridiques ou encore le travail bénévole, et d’autres n’ont pas été abordées. C’est le cas notamment des enjeux liés aux utilisateurs et utilisatrices et à leur expérience de consultation et d’accès à la documentation numérique. Il en est de même des choix et des enjeux technologiques, des infrastructures et de la question de l’interopérabilité dans les bibliothèques numériques, c’est-à-dire l’établissement de liens entre des systèmes différents pour favoriser entre autres la circulation des données. Néanmoins, les questions qui sont abordées offrent une opportunité à l’équipe des Classiques des sciences sociales de poursuivre leurs réflexions sur le modèle de diffusion des ressources numériques adopté, sur le modèle d’affaires actuel et sur les formes de collaborations possibles et souhaitables avec des institutions publiques du Nord comme du Sud.

Références

Beaudry, Guylaine. 2013. « Prologue d’une histoire de l’édition numérique au Québec ». Papers of the Bibliographical Society of Canada 51 (1): 49-81.

Beaudry, Guylaine, Martin Boucher, Tanja Niemann et Gérard Boismenu. 2009. « Érudit : le numérique au service de l’édition en sciences humaines et sociales ». Mémoires du livre 1 (1).

Beaudry, Guylaine. 2008. « Les bibliothèques numériques au Québec : état des lieux, enjeux actuels, avenir ». Documentation et bibliothèques 54 (2) : 111-116.

Borgman, Christine L. 2000. From Gutenberg to the global Information infrastructure: access to information in the networked world. Cambridge, Mass.: MIT Press.

Carbone, Pierre. 2017. « Les bibliothèques numériques ». Les bibliothèques, 96-105. Paris : Presses universitaires de France.

Ceruzzi, Paul E. 2012. « Aux origines américaines de l’Internet : projets militaires, intérêts commerciaux, désirs de communauté ». Le Temps des médias 18 (1) : 15-28.

Da Sylva, Lyne. 2013. « Genèse et description des bibliothèques numériques ». Documentation et bibliothèques 59 (3) : 32-145.

Manley, Laura et Robert P. Holley. 2012. « History of the Ebook: The Changing Face of Books », Technical Services Quarterly 29 (4): 292-311.

Paquin, Émilie. 2013. « Les modèles économiques de l’accès libre : réflexions à partir de l’expérience d’Érudit ». Documentation et bibliothèques 59 (3) : 155-160.

Sharafibadi, Saeed Rezaei. 2006. « How digital libraries can support e-learning ». The Electronic Library 24 (3): 389-401.

Vermeys, Nicolas. 2013. « Le cadre juridique réservé aux bibliothèques numériques ». Documentation et bibliothèques 59 (3) : 146–154.

Waters, Donald J. 1998. « What are Digital Libraries ». CLIR Issues (4).


http://classiques.uqac.ca

http://www.gutenberg.org

http://gallica.bnf.fr/accueil/?mode=desktop

https://beq.ebooksgratuits.com

https://www.erudit.org/fr



C’est en 1996 que le programme de numérisation a commencé à l’époque de la Bibliothèque nationale du Québec (BNQ) (Beaudry 2013).

Plus récemment, d’autres bibliothèques numériques ont été lancées. Manioc, une bibliothèque pilotée par l’Université des Antilles et de la Guyane (UAG) (qui sont aujourd’hui deux universités distinctes, l’Université des Antilles et l’Université de Guyane) et lancée en 2006, présente une collection sur la Caraïbe, l’Amazonie et le Plateau des Guyanes (manioc.org). OpenEdition Books, une plateforme lancée en 2013, propose des livres en sciences humaines et sociales, dont une partie sont en libre accès (books.openedition.org). En 2014, la Bibliothèque idéale des sciences sociales (Bi2S), dirigée par Pierre Mercklé, a été lancée. Il s’agit d’un projet de rééditions électroniques et imprimées de grands ouvrages de sciences sociales qui sont publiées par les éditions de l’ENS de Lyon sur le portail français OpenEdition. De même, en avril 2017, le Réseau francophone numérique (RFN) a lancé une bibliothèque numérique pour mettre en valeur le patrimoine documentaire francophone (rfnum.org).



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mardi 22 mai 2018 16:52
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref