RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Haïti à l'ère des ordinateurs. • Diaspora • Femmes • Éducation. (2004)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir du texte de Claude SOUFFRANT et un groupe de professeurs, Haïti à l'ère des ordinateurs. • Diaspora • Femmes • Éducation. Université Notre-Dame (Cap-Haïtien), Session pédagogique • Février à mai 2003. Port-au-Prince: Imprimerie Henri Deschamps, 2004, 215 pp. [L'auteur nous a accordé le 24 mars 2016 son autorisation de diffuser ce texte en libre accès à tous dans Les Classiques des sciences sociales.]

[3]

Haïti à l’ère des ordinateurs

Diaspora * Femmes * Éducation

Introduction

HAÏTI À L’ÈRE DES ORDINATEURS

Une nouvelle citoyenneté haïtienne pointe à l'horizon. Et cela sous l'influence d'une double mondialisation : la mondialisation des échanges dans un marché commun sans frontières ni barrières ; et la mondialisation des télécommunications. L'ère des ordinateurs prête à cette mutation [1].

La révolution technologique que symbolise l'ordinateur amène la société d'information où nous voilà aujourd'hui. "Prête ou pas, Haïti va s'intégrer à la société de l'information" titre un article du journal Le Nouvelliste, 16-1-83. Notre "explosion de cybercafés" (Le Nouvelliste 30-1-03), "l'expansion de l'informatique dans nos écoles" Le Nouvelliste, 22-10-01) ouvrent la voie. C'est sur ce nouveau type de société que nous sommes invités à réfléchir pour éclairer nos décisions citoyennes en ce moment de la vie nationale. Peut-être serons-nous amenés à lâcher la gourde comme la France lâcha le franc.

Nous y réfléchissons à la lumière du sociologue prospectif des médias que fut Marshall McLuhan, auteur de Pour comprendre les Médias [2]. À la lumière de son postulat à savoir que "Toutes les technologies créent petit à petit un milieu humain totalement nouveau" (p. 10) Nouveau en quel sens ? [4] Produisant, avec la société de l'information, quel nouveau champ de lutte sociale ? [3] Et, avec le temps des marchés communs, quel nouvel impératif d'intégration des deux Haïtis, celle de l'intérieur et celle de l'extérieur, avec la République Dominicaine, dans le marché commun caraïbéen et la zone de libre-échange des Amériques ?

Les Instruments modernes de télécommunications transportent la pensée, le son, l'image, la parole à des vitesses quasi instantanées, à des distances transnationales. Journaux, radios, cinémas, télévisions, internets transmettent d'un bout à l'autre de la planète une information sans frontières qui rétrécit le monde en un village planétaire ainsi décrit :

"Par facilité de langage, on parle encore d'économie internationale mais nous nous trouvons déjà dans un système beaucoup plus compact : l'économie mondiale. Ce n'est pas une simple question de termes. La notion d'économie mondiale renvoie à un ensemble de plus en plus intégré où le rôle des États-nations demeure important, mais où les mouvements économiques ne se réduisent plus aux échanges internationaux."

C'est à l'échelle de la planète que les grandes entreprises définissent aujourd'hui leur stratégie productive, commerciale et financière. Ces entreprises n'ont plus d'unité géographique : la maison-mère, les filiales, les établissements et les succursales sont disséminées à la surface du globe pour répondre aux impératifs des marchés et à la croissance de l'entreprise.

Un espace abstrait vient ainsi se superposer aux cadres géographiques traditionnels, en s'élevant au-dessus des frontières. Débordés, les États ne parviennent plus à contrôler ces flux innombrables. Les [5] forces économiques effacent progressivement les vieux découpages étatiques de la terre. Une intégration économique se réalise peu à peu, ce qui ne signifie pas uniformisation ou homogénéité. Malgré le morcèlement politique, l'économique met en place graduellement une planète sans frontières. Tandis que pour le politique le monde est international, pour l'économique il est depuis longtemps transnational [4]."

De ce village planétaire, le professeur Leslie Manigat a montré le mode d'accès haïtien. Un accès en 5 insertions : [5]

1. Intégration des deux Haïtis, celle de l'intérieur et celle de l'extérieur en une entité globale
2. Partenariat avec la République Dominicaine
3. L'entrée dans le Caricom
4. L'entrée dans l'association des États de la Caraïbe
5.- L'intégration dans la zone de libre-échange des Amériques (ZLEA).

Ces innovations bouleversent l'ordre des choses et des idées. Les formes modernes de transport non seulement transportent mais transforment l'expéditeur, le message et le destinataire (p. 10). McLuhan caractérise les médias comme des prolongements technologiques du corps de l'homme. L'ordinateur en prolonge le cerveau. Du coup, tout change autour de nous : "Le contexte économique, les données politiques, les paramètres écologiques, les valeurs sociales, les critères culturels, les attitudes individuelles" a-t-on écrit [6].

[6]

Nous voilà dans un monde devenu tendanciellement sans frontières.

Un monde où, en outre, émergent de nouveaux droits de l'homme et de la femme dans un nouvel âge socioculturel. Des droits qui contredisent les normes anciennes : droit du citoyen à la double nationalité, droit à l'égalité de l'homme et de la femme, droit à la limitation des naissances y compris par l'avortement, droit à l'euthanasie, droit de l'individu à sa préférence sexuelle [7], droit des travailleurs migrants à la protection. Théologie, philosophie, sociologie, sciences juridiques énoncent cette nouveauté en des ouvrages dont les titres mêmes indiquent une rupture :

- Un nouvel âge de la théologie, écrit Claude Geffré. Paris cerf. 1972.
- Un nouvel âge du droit, écrit Philippe Raynaud dans les Archives de philosophie. Paris. Janvier - Mars 2001.
- Vers la société post-industrielle, écrit Daniel Bell. Paris. Robert Laffont. 1973.
- L’ère post-chrétienne, écrit Emile Poulat. Flammarion. 1994.

Cette mutation de l'intelligence et de la conscience humaines en rupture avec des valeurs traditionnelles, ces émergences contestées doivent être soumises à un examen sociologique visant à comprendre et à expliquer ces changements de comportements. Non pas dans une perspective morale qui n'est pas du ressort de notre discipline. Mais avec l'objectivité d'une analyse sociologique curieuse de toutes les mutations sociales [8].

[7]

Haïti, par rapport aux pays avancés, est un pays périphérique qui vit des miettes du festin en matière d'énergie électrique. Les technologies comme les idées passent du centre à la périphérie avec retard. Aucune tradition de liberté d'expression ne prépare Haïti au libre jeu de la société d'information. Aucune tradition de respect du droit de dissidence des citoyens. Et pourtant le nouveau contexte mondial y déclenche des changements socioculturels dont les 2 principaux sont une émigration étrangère massive appelant le droit à la double nationalité chapitre Ier et une amorce de démocratisation scolaire incluant le sexe féminin, chapitre II. Le chapitre III apporte des matériaux pour un renouveau pédagogique.

Un monde nouveau est en chantier dans lequel Haïti peut se libérer de son passé de république autoritaire pour conquérir un avenir respectable.

[8]



[1] McLuhan (Marshall), Mutation 1990. Paris. Marne - 1969.

[2] McLuhan (Marshall), Pour comprendre les médias. Les prolongements de l’homme. Montréal, Éditions Hurtubise. 1972.

[3] Bittar (Lucienne). Société de l'information Choisir. Octobre 2003. pp. 18-21.

[4] Bensaid (G), Sciences Économiques et Sociales. La nouvelle donne mondiale des années 90, Paris. Nathan (Coll. C.D. Echaudemaison) 1990, p. 253.

[5] Manigat (Leslie), Le mode d'accès haïtien au village planétaire dans la mondialisation en marche. Les cahiers du chudac. Novembre 1996, p. 29.

[6] Romanet (Ignacio) "L'ère des ordinateurs" Revue des Enseignants, N° 7, septembre 2000, p. 23.

[7] Bourdieu (Pierre) quelques questions sur le mouvement gay et lesbien dans la domination masculine. Paris, Seuil, pp. 127-134.

[8] Balandier (Georges) Sociologie des mutations, in. Sens et puissance. Paris. P.U.R 1971, ch. 2.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le samedi 24 juin 2017 8:05
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref