RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Francine Saillant, Le mouvement pour la santé des femmes (1985)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Francine Saillant, Le mouvement pour la santé des femmes. Un article publié dans l'ouvrage sous la direction de Jacques Dufresne, Fernand Dumont et Yves Martin, Traité d'anthropologie médicale. L'Institution de la santé et de la maladie. Chapitre 37, pp. 743-762. Québec: Les Presses de l'Université du Québec, l'IQRC (l'Institut québécois de recherche sur la culture) et Les Presses universitaires de Lyon, 1985, 1245 pp. [Mme Saillant est anthropologue à École des sciences infirmières et chercheure au Centre de recherche sur les services communautaires Université Laval]. [Autorisation formelle accordée par l’auteure de diffuser tous ses travaux le 4 novembre 2005.]

Introduction

Le succès qu'a connu l'ouvrage Our Bodies, Ourselves du Boston Women's Health Collective en 1971, lequel a été traduit en treize langues et fut vendu à des millions d'exemplaires à travers le monde, est probablement le signe le plus probant de la vigueur et de l'importance qu'allait connaître, dans les années soixante-dix, le mouvement pour la santé des femmes. Ce dernier, entièrement relié au mouvement des femmes en effervescence dans les pays occidentaux depuis les années soixante, en constitue cependant la pierre angulaire, en raison de la nature de ses revendications, de l'analyse politique qu'il a générée et de la puissance de mobilisation dont il a été le promoteur. Pour le mouvement de santé des femmes, c'est au niveau de la santé que se traduit le plus entièrement l'aliénation des femmes ; le corps agit, ni plus ni moins, à la manière d'un récepteur où convergent les effets multiples d'un environnement dont toutes les composantes sont interrogées de l'intérieur. 

Ce mouvement apparaît mal connu à l'extérieur de son propre cadre de référence et ce, malgré que depuis la fin des années soixante, ses effectifs et son étendue n'aient cessé de croître en nombre ou en force ; il a été l'objet d'une ignorance relative de la part de ceux qui se posent comme les principaux distributeurs de soins en Amérique du Nord et au Québec, c'est-à-dire les médecins, les infirmières et l'ensemble du personnel paramédical. Cette ignorance, nous l'avons dit, reste bien relative puisqu'on lui reconnaît certaines actions, notamment les revendications face au droit à l'avortement ou celles touchant l'approche des soins à l'accouchement. Il semble, toutefois, qu'on néglige de saisir l'ampleur et la portée de son action, tant sur le plan de sa signification que sur celui de l'incidence qu'elle pourrait avoir, une fois mieux connue, dans des domaines tels que ceux de la recherche, de la prévention et de l'intervention en matière de santé. On ignore aussi, bien souvent, que les critiques ainsi formulées ont stimulé tout un courant de recherches à l'intérieur et à l'extérieur des institutions dont l'impact fut et demeure considérable. 

Ce texte a donc pour premier but de faire mieux connaître le mouvement pour la santé des femmes par les questions qu'il a adressées à l'appareil médical, par son apport original au domaine de la recherche et par l'instauration et la promotion des nouvelles formes de pratique. Ce texte ne prétend pas à l'exhaustivité en ce qu'il rendrait compte de la globalité des actions et des publications du mouvement : on a plutôt choisi un certain nombre de références-clés, jugées essentielles, lesquelles permettront de guider l'intérêt d'un(e) lecteur(trice) voulant approfondir l'un ou l'autre des sujets abordés ici. On a aussi privilégié (sans toutefois s'y limiter) les sources documentaires issues du mouvement en tant que tel. Ce texte s'adresse ainsi à toute personne se situant à l'extérieur du mouvement de santé des femmes et désireuse de se documenter sur ce dernier. 

On a, de plus, restreint le cadre d'analyse à la société nord-américaine, et plus particulièrement, aux États-Unis et au Québec. On a exclu de se pencher sur les actions en cours dans les pays du Tiers-Monde, lesquelles devraient plutôt faire l'objet d'un traitement spécifique en raison de la complexité et de la spécificité des problèmes énoncés par les femmes de ces pays et de la nature fondamentalement différente, d'ailleurs matière à controverses dans le mouvement international, des revendications qui leur sont propres. 

Par ailleurs, bien que le mouvement pour la santé des femmes exerce aussi une influence considérable dans les pays européens par ses réflexions souvent pénétrantes, il ne peut se comparer à la vigueur et à la force d'action de son aile américaine. L'approche nettement pragmatique qu'ont privilégiée les Nord-Américaines, la multiplication des centres de santé pour femmes aujourd'hui organisés en réseau dans tous les États-Unis, la crédibilité politique gagnée auprès du gouvernement, l'originalité et la pertinence de sa problématique sont des facteurs expliquant notre choix de nous pencher exclusivement sur ce dernier. On doit d'ailleurs aux Américaines l'origine même du mouvement. 

L'influence de l'approche des Américaines est considérable au Québec bien que, probablement en raison de la forme même de notre système de santé et du faible volume de notre population, le réseau parallèle n'ait encore su atteindre l'étendue que lui ont donnée nos voisines du sud. N'empêche que le mouvement pour la santé des femmes a connu au Québec le début de son effervescence au milieu des années soixante-dix et demeure encore fortement actif à l'intérieur comme à l'extérieur des institutions québécoises. C'est pourquoi on y fera aussi référence tout au long de l'exposé. 

On s'intéressera, ainsi, à l'explication du choix de la santé comme force de mobilisation dans l'ensemble du mouvement des femmes. On dégagera, ensuite, les principes généraux énoncés dans le mouvement qui permettent de situer les orientations fondamentales de ce dernier tant sur le plan de son idéologie, de sa recherche que de sa pratique. Certains thèmes ont été, sélectionnés afin de discuter plus spécifiquement des perspectives du mouvement concernant la recherche et les nouvelles pratiques en matière de santé : l'avortement, la sexualité, la reproduction, l'accouchement, la santé mentale. On discutera, à la fin de cette section, de la critique plus générale adressée à l'ensemble de l'appareil médical, concernant le caractère sexiste de certaines de ses pratiques. 

La dernière partie aborde les orientations récentes du mouvement et ses perspectives dans le domaine de la recherche. L'impact du virage technologique, annoncé pour les années 80, sera examiné sous l'angle des préoccupations et des inquiétudes qu'il suscite à l'intérieur du mouvement de santé des femmes. Enfin, quelques avenues possibles pour la recherche seront esquissées.


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le lundi 22 janvier 2007 20:01
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref