RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Norbert Rouland, “La raison, entre musique et droit: consonances”. (2001)
Résumé


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Norbert Rouland, “La raison, entre musique et droit: consonances”. Communication au Colloque Droit, science politique, comptabilité et musique, Faculté de droit d’Aix-Marseille, 23 juin 2000. Texte publié dans les Actes du colloque Droit et musique. Faculté de droit d’Aix-Marseille, 23 juin 2000, pp. 109-191. Aix-en-Provence: Les Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2001, 207 pp. [Autorisation accordée par l'auteur le 14 janvier 2011 de diffuser ce livre dans Les Classiques des sciences sociales.]

Résumé

L'histoire comparée du droit et de la musique révèle des parallèles entre deux champs culturels qu' a priori tout distingue. Les thèmes conducteurs seront ici ceux de la raison et de la nature. L'hypothèse initiale consiste à poser que les mouvements de rationalisation dans l'histoire de la pensée politique, philosophique et celle des autres arts -ici la musique- s'inscrivent dans des périodisations communes (en ce qui concerne la culture occidentale, seule ici envisagée).

À partir de la fin du XIIe siècle, l'appel à la raison est conjoint à la foi et voit s'étendre en droit et en musique le rôle de l'écrit en même temps que les systématisations des connaissances. Dans les deux derniers siècles du Moyen-Age la vision du monde se laïcise. Les puissances temporelles affirment leur autonomie par rapport aux spirituelles et participent à la valorisation du monde sensible. L'individu naît peu de temps après en tant que catégorie conceptuelle et s'affirme en droit comme en musique. Le XVIIe et le premier XVIIIe siècles français voient l'apogée de la raison, conçue de façon mathématique, more geometrico. Puis l’hédonisme des décennies postérieures à 1750, plus tard le développement du romantisme et de ses composantes mystiques et nationalistes provoquent un refoulement de la raison, de manière plus prononcée en art qu’en droit, où le rationalisme persistera plus longtemps. Au XXe siècle, le statut de la raison paraît mitigé, à la fois en droit et en musique



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mardi 28 juin 2011 13:51
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref