RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

La société québécoise: énigmes à résoudre” (1976)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir du texte de Guy Rocher, “ La société québécoise: énigmes à résoudre ”. Un article publié dans la revue FORCES, no 34-35, 1976, pp. 56-63. [Autorisation formelle réitérée par M. Guy Rocher, le 15 mars 2004, de diffuser cet article et plusieurs autres publications].

Introduction

Le Québec est une société nouvelle. Il y a quelques années à peine, on ne parlait pas de la société québécoise ni du Québec, mais plutôt de la province de Québec ou du Canada français; on ne faisait pas non plus référence à l'État du Québec, mais au gouvernement provincial du Québec. Le Québec n'existait, même dans le langage courant, que dans et par le contexte de la société canadienne à laquelle on le raccrochait et dans laquelle il prenait son sens. De même, on ne parlait pas du nationalisme québécois, mais du nationalisme canadien-français, signifiant bien par là que même le mouvement de revendication de la communauté francophone ne trouvait son existence qu'à l'intérieur de l'entité canadienne.

Le nouveau vocabulaire employé pour décrire la réalité québécoise date du début des années 1960. Il a été d'abord inspiré par les mouvements indépendantistes de cette époque. Puis, il a été rapidement adopté par la grande majorité des Québécois, indépendamment de leurs options politiques. Il est donc le reflet et l'indice de changements profonds qui se sont produits dans les structures sociales du Québec et surtout dans la mentalité des Québécois au cours des dernières années. Il symbolise l'aspiration, sinon le fait, de toute une société qui recherche son identité et qui, pour la mieux trouver, commence par affirmer une existence relativement autonome.

Si l'on veut caractériser rapidement le Québec d'aujourd'hui, on doit dire qu'il a subi une mutation profonde au cours des dernières années, mutation qu'il essaie encore de comprendre et avec laquelle il doit maintenant apprendre à vivre. Comme tout changement qui atteint des racines profondes, des valeurs anciennes, des images de soi bien établies, cette mutation ne s'est pas faite sans souffrances, sans conflits, pas plus qu'elle ne se poursuit d'une manière linéaire, suivant une courbe nette et bien tracée.

Avant ce qu'il a été convenu d'appeler la «Révolution tranquille» que le Québec a connue au cours des années 60, on s'employait à expliquer comment il se faisait que les Canadiens français, particulièrement ceux du Québec, mais aussi les minorités francophones des autres provinces canadiennes ainsi que les Acadiens du Nouveau- Brunswick et de la Nouvelle-Écosse, avaient pu survivre en Amérique du Nord. La réponse était qu'ils s'étaient repliés sur eux-mêmes et s'étaient fermement attachés à des traditions et à des valeurs qui donnaient à leurs groupes à la fois leur homogénéité et leur singularité. Maintenant, on ne peut plus parler du Québec sans d'abord reconnaître les changements profonds qu'il a connus, en faire une sorte d'inventaire et tenter d'en proposer certaines explications. Car il est vrai que le Québec n'est plus ce qu'il était il y a une quinzaine d'années. Il s'est engagé sur la voie d'une évolution dont il est difficile de prévoir les orientations futures. Mais on peut au moins dire avec assurance qu'il ne sera plus jamais ce qu'il a été jusqu'à ces dernières années.

Parce qu'il a beaucoup changé et peut-être surtout parce que cette mutation s'est faite rapidement et presque à l'improviste, le Québec se présente d'une manière assez énigmatique, tant aux yeux de ceux qui y vivent qu'au regard de ceux qui l'observent de l'extérieur ou qui prennent contact avec lui. Connaître le Québec, c'est donc tenter de cerner certaines des énigmes qu'il nous présente et d'en proposer quelques solutions.


Retour au texte de l'auteur: Guy Rocher, sociologue, Université de Montréal Dernière mise à jour de cette page le Samedi 15 mai 2004 11:20
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref