RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Présence et affection. L'expérience de la paternité chez les jeunes”. (2003)
Résumé / Abstract


Une édition électronique réalisée à partir du texte d'Anne Quéniart, “Présence et affection. L'expérience de la paternité chez les jeunes”. Un article publié dans la revue Nouvelles pratiques sociales, vol. 16, No 1, 2003, pp. 59-75. Montréal: UQÀM. [Autorisation accordée par Mme Quéniart le 7 août 2008 de diffuser ce texte dans Les Classiques des sciences sociales.]

Résumé 

Les choses ont-elles changé en matière de conceptions et de pratiques paternelles ? Telle est la question à l’origine de ce texte. À partir d’une analyse de certaines dimensions du vécu de jeunes pères (moins de 25 ans), qu’elle met en perspective d’après les résultats de recherches effectuées il y a une dizaine d’années, l’auteure y répond par l’affirmative. En ce qui a trait aux représentations de ce qu’est un père ou une mère, la plupart des jeunes pères s’attribuent un rôle à multiples facettes, souvent identique à celui de leur conjointe. Selon les jeunes pères, la paternité est une expérience qui demande à la fois une présence au quotidien et une projection dans l’avenir et qui est faite de moments de tendresse, de soins, d’éducation au sens strict et, surtout, de partage avec la conjointe. De plus, l’implication professionnelle est examinée en regard même de l’implication auprès de l’enfant ; elle est mise en « compétition », pourrait-on dire, avec la présence auprès de l’enfant, ce qui dénote des changements par rapport aux générations précédentes. Enfin, en ce qui concerne le partage des tâches parentales, le modèle qui domine aujourd’hui leurs pratiques est celui de « partenaire parental » et non celui du pourvoyeur et de la ménagère ni même celui du « conjoint aidant ». 

Abstract 

Have things changed all that much in terms of how fatherhood is conceptualized and exercised in daily life ? That is the question underlying this article. The author compares the findings of a recent analysis on certain aspects of the lived experiences of young fathers (under 25 years of age) with the results of studies undertaken over the past ten years, and replies in the affirmative. First of all, when considering the representations held of fathers or mothers, most of these young fathers believe that their role is a multi-faceted one, and that it is often identical to that of their spouse. According to young fathers, fatherhood is a dual experience that requires them to be present on a daily basis while also casting their eye on the future. This is an experience that is constructed out of affectionate moments, child-care duties, education in the literal sense, and especially out of shared experiences with their spouse. In addition, they question the degree to which involvement in a career should take precedence over involvement in their child’s life. In other words, the former “competes” with their ability to be present in their child’s daily life, which denotes a change from the attitudes of previous generations. Lastly, in terms of sharing parental duties, the model that governs young fathers’ child-care practices nowadays is that of the “parental partner”, not that of the provider and homemaker or that of the “helpful spouse”.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le samedi 9 août 2008 10:17
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref