RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Les pères face au système de justice: l’influence des facteurs juridiques
sur le niveau d’engagement paternel à la suite d’un divorce
” (2004)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Nicolas Rousseau et Anne Quéniart, “Les pères face au système de justice: l’influence des facteurs juridiques sur le niveau d’engagement paternel à la suite d’un divorce”. Un article publié dans la revue Canadian Journal of family Review, Vol. 21, no 1, 2004, pp. 181-201. [Autorisation accordée par Mme Quéniart et M. Rousseau respectivement les 9 et 10 août 2008 de diffuser ce texte dans Les Classiques des sciences sociales.]

Introduction

Au cours des dernières décennies, l’un des changements sociaux les plus marquants concerne la fragilisation de la cellule conjugale. Entre 1969 et 2000, l’indice synthétique de divortialité [1] est par exemple passé au Québec de 8,8 % à 51,4 % [2]. Or, plusieurs recherches sociodémographiques démontrent que la séparation conjugale est associée à un faible niveau d’engagement paternel. Une étude longitudinale publiée dès le début des années 1980 aux États-Unis a montré que 49 % des enfants n’avaient pas vu leur parent non gardien – le père dans 89 % des cas – au cours de l’année précédant l’enquête. Plus de 35 % de l’ensemble des enfants n’avaient pas eu de contact avec leur père divorcé au cours des cinq dernières années ou ne savaient pas où il se trouvait [3]. Dans le même sens, les trois quarts des pères divorcés interrogés dans une autre étude américaine ont déclaré n’avoir aucun contact avec leur enfant [4]. Selon les observations des 1 350 mères impliquées dans l’étude de Seltzer [5], seulement deux enfants sur trois avaient été visités par leur père au cours de l’année précédant l’enquête, moins de 30 % d’entre eux ayant écoulé avec leur père une période plus étendue qu’une fin de semaine. D’ailleurs, seulement 17 % des mères ont jugé que leur ancien conjoint exerçait « beaucoup » d’influence sur les décisions qui concernent l’enfant [6]. Au Canada, des estimations plus récentes, basées sur l’Enquête sociale générale (ESG) de Statistique Canada, montrent qu’au moment de l’étude, 23,4 % des pères avaient vu leur enfant moins d’une semaine au cours de l’année précédente. Un sur six ne l’avait pas vu du tout [7]. 

D’une façon générale, un faible niveau d’engagement des pères entraîne de larges conséquences sur le versement des pensions alimentaires, et, par ricochet, sur le bien-être socio-économique des femmes et des enfants concernés [8]. Parmi les 41 enfants pris en compte dans l’étude menée au Québec par Dandurand et Saint-Jean [9], presque 40 % (16 enfants) ne reçoivent aucune pension alimentaire de la part de leur père. Lorsqu’une telle pension est versée, c’est seulement dans le tiers des cas qu’elle correspond aux besoins économiques de l’enfant. De même, moins de 50 % des mères comprises dans l’étude menée aux Etats-Unis par Seltzer [10] déclarent que leur ancien conjoint a versé une pension alimentaire au cours de l’année précédant l’enquête. Au Canada, les Lignes directrices fédérales sur les pensions alimentaires pour enfants sont cependant arrivées à point nommé en 1996, facilitant l’accès des enfants aux ressources financières de leurs deux parents à la suite d’une séparation conjugale. 

Lorsqu’il s’agit de comprendre le faible niveau d’engagement des pères à la suite d’un divorce, l’explication courante évoque une sorte d’obstruction de la part du système judiciaire, sans toutefois s’attarder à préciser les rouages concrets de cette résistance [11]. Nous appuyant sur une analyse critique des recherches scientifiques produites sur le sujet jusqu’à aujourd’hui, nous voulons, dans cet article, évaluer de façon systématique l’influence propre des facteurs juridiques sur le niveau postdivorce d’engagement paternel.


[1] L’indice synthétique de divortialité précise la proportion de mariages qui se terminent par un divorce selon les conditions de divortialité en vigueur au cours d’une année donnée.

[2] Institut de la statistique du Québec (ISQ) (Site Internet : http://www.stat.gouv.qc.ca).

[3] Frank F. Furstenberg, Christine W. Nord, James L. Peterson et coll., « The Life Course of Children of Divorce : Marital Disruption and Parental Contact » (1983) 8 Am Sociol Rev 656-668; Frank F. Furstenberg et Christine W. Nord, « Parenting apart: Patterns of childrearing after marital disruption » (1985) 47 J Marriage Fam 893-904.

Peter J. Ambrose, John Harper et Richard Pemberton, Surviving divorce: men beyond marriage, Totowa (NJ), Rowman & Allanheld, 1983.

[5] Judith A. Seltzer, « Relationships between Fathers and Children Who Live Apart : The Father’s Role after Separation » (1991) 53 (1) J Marriage Fam 79-101.

[6] Ibid.

[7] Céline Le Bourdais, Heather Juby et Nicole Marcil-Gratton, Maintien des contacts pères/enfants après la séparation : le point de vue des hommes. Rapport de recherche soumis à l’Équipe sur les pensions alimentaires pour enfants, Ottawa, Ministère de la justice du Canada, 2000.

[8] Claude Martin, L’après-divorce : lien familial et vulnérabilité, Québec, Les Presses de l’Université Laval/Les éditions de l’IQRC, 1997.

[9] Renée B. Dandurand et Lise Saint-Jean, Des mères sans alliance : Monoparentalité et désunions conjugales, Québec, Institut québécois de recherche sur la culture, 1990.

[10] Seltzer, 1991, supra note 6 à la page 2.

[11] Elisabeth Badinter, XY de l’identité masculine, Paris, Corps 16, 1993; James R. Dudley, « The consequences of divorce proceedings for divorced fathers » (1991) 16 (3-4) J Divorce Remarriage 171-193; Katherine Tasios Dominic et Benjamin Schlesinger, « Weekend fathers: Family shadows » (1980) 3 J Divorce 241-247; Edward Kruk, Divorce and disengagement : patterns of fatherhood within and beyond marriage, Halifax, Fernwood, 1993; James W. Loewen, « Visitation fatherhood » dans Phyllis Bronstein et Carolyn Pape Cowan, (dir.), Fatherhood Today: Men’s Changing Role in the Family, New York, John Wiley & Sons, 1988, p. 195-213.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le dimanche 10 août 2008 18:50
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref