RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Vers un paradigme des inter-relations sociales?
Pour une reconstruction du champ criminologique
(1992)
Bibliographie


Une édition électronique réalisée à partir de l'article d'Alvaro Pires, Vers un paradigme des inter-relations sociales? Pour une reconstruction du champ criminologique”. Un article publié dans la revue Criminologie, vol. 25, no 2, 1992, pp 13-47. Numéro intitulé “Nouvelles connaissances et nouvelles questions en criminologie”. Centre international de criminologie comparée Montréal: Les Presses de l'Université de Montréal. [Autorisation formelle accordée par l'auteur le 2 août 2006 de diffuser ce texte dans Les Classiques des sciences sociales.]
Bibliographie

ACOSTA, F. (1988), « À propos des illégalismes privilégiés. Réflexions conceptuelles et mise en contexte », Criminologie, vol. 2 1, no 1, ppp. 7-34. 

BARATTA, A. (1975), « Criminologia liberale e ideologia della difesa sociale », La questione Criminale, 1, (1), pp. 7-65. 

BARATTA, A. (1983), Sur la criminologie critique et sa fonction dans la politique criminelle, rapport présenté au IXe Congrès international de criminologie (Vienne). 

BERGER, P. et LUCKMANN, Th. (1966), La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens Klincksieck, 1986. 

BERTRAND, M.-A. (1979), La femme et le crime, Montréal, L'aurore. 

CAIN, M. (1990), « Realist philosophy and standpoint epistemologies or feminist criminology as a successor science », in L. Gelsthorpe et A. Morris (sous la direction de), Feminist perspectives in criminology, (pp. 124-140), Milton Keynes, Open University Press. 

COLLECTIF (1990), Acteur social et délinquance. Hommage à Christian Debuyst, Bruxelles, Mardaga éditeur. 

COULON. A. (1987), L'ethnométhodologie, Paris, PUF. 

DEBUYST, C. (1992), « Théories et pratiques criminologique », Criminologie, vol. 25, no 2, (dans ce numéro). 

DEBUYST, C. (1991), Étienne de Greeff (1898-1961), Dictionnaire des criminologues belges (titre provisoire ; en préparation), École de criminologie flamande de Louvain. 

DEBUYST, C. (1990a), « Présentation et justification du thème », in Acteur social et délinquance. Hommage à Christian Debuyst, (pp. 21-33), Bruxelles, Mardaga éditeur. 

DEBUYST, C. (1990b), « Acteur social et délinquance », Diogène, vol. 150, pp. 97-120. 

DEBUYST, C. (1989), « Perspectives cliniques en criminologie. Le choix d'une orientation », Revue internationale de criminologie et de police technique, vol. 4, pp. 405-418. 

DEBUYST, C. (1986), « Le droit pénal et les différentes problématiques possibles en criminologie », Revue internationale de criminologie et de police technique, vol. 2, pp. 256-275. 

DEBUYST, C. (1985), Modèle éthologique et criminologie, Bruxelles, Mardaga éditeur. 

DEBUYST, C. (1975), « Les nouveaux courants dans la criminologie contemporaine. La mise en cause de la psychologie criminelle et de son objet », Revue de droit pénal et de criminologie, vol. 10, pp. 845-870. 

DEBUYST, C. (1973), « Une criminologie de l'étiquetage ou d'une criminologie du passage à l'acte ? Un problème que nous pose l'attitude clinique du Dr E. De Greff », Annales internationales de criminologie, vol. 12, (no 1 et 2), pp. 283-290. 

DEBUYST, C. (1969), « La mise en cause des règles sociales dans la littérature », Annales de droit (littérature et criminologie), vol. 29, no 2, pp. 113-140. 

DEBUYST, C. (1960), Criminels et valeurs vécues, Louvain et Paris, Nouwelaerts, 2e éd. 

DE GREEFF, E. (1956), « Sur le sentiment de responsabilité », Revue internationale de défense sociale, vol. 10, pp. 1-19. 

DE GREEFF, E. (1950), « Criminogenèse », rapport Actes du IIe congrès international de criminologie, (p. 267-306), Paris, PUF, 1955. 

DE GREEFF, E. (1947), Les instincts de défense et de sympathie, Paris, PUF. 

DE GREEFF, E. (1935), « La psychologie de l'assassinat » (1re partie), Revue de droit pénal et de criminologie, 15, (2), p. 153-164 ; (2e partie), vol. 15, no 3, pp. 213-235 ; (3e partie), 15, (4), pp. 357-396. 

DE GREEFF, E. (1931), « La notion de responsabilité en anthropologie criminelle », mémoire, Revue de droit pénal et de criminologie, vol. 11, pp. 445-460. 

DELRUELLE-VOSSWINKEL, N. (1981), « La recherche-action : un nouveau paradigme de la sociologie ? », Revue de l'Institut de sociologie, vol. 3, pp. 513-527. 

DIGNEFFE, F. (1989a), « La perspective de E. De Greeff », Déviance et Société, vol. XIII, no 3, pp. 181-198. 

DIGNEFFE, F. (1989b), Éthique et délinquance. La délinquance comme gestion de sa vie, Genève, Paris, Médecine et Hygiène, Méridiens. 

DUMONT, H. (1986), Le contrôle judiciaire de la criminalité familiale, Montréal, Thémis. 

GATTI, U. (1991), « L'intervention psychosociale et la justice des mineurs : modèles d'intégration ou de séparation », in L'intervention psychosociale au sein du pénal, Actes de la 1re Conférence internationale du GREPO, vol. 1, département de criminologie, Université d'Ottawa. 

HAAN, W. de (1990), The Politics of Redress. Crime, Punishment and Penal Abolition, London, Unwin Hyman. 

HAAN, W. de (1992), « Redresser la situation-problème. L'abolitionnisme et le contrôle de la criminalité », Criminologie, vol. 25, no 2, (dans ce numéro). 

HARDING, S. (1987), « Conclusion. Epistemological Questions », in S. Harding (sous la direction de), Feminism and Methodology (pp. 181-190), Milton Keynes, Open University Press. 

HARDINGS, S. (1986), The Science Question in Feminism, Milton Keynes, Open University Press. 

HARRIS, M.K. (1987), « Moving Into the New Millenium : Toward a Feminist Vision of Justice », The Prison Journal, vol. 67, pp. 27-38. 

HIJAZI, M. (1966), Délinquance juvénile et réalisation de soi, Paris, Masson Éditeurs. 

HULSMAN, L. et BERNAT DE CELIS, J. (1982), Peines perdues. Le système pénal en question, Paris, Le Centurion. 

JACOUB, M. (1992), Les Inuit et la question pénale : le cas du Nouveau-Québec (titre provisoire), document de travail, thèse de doctorat en cours, École de criminologie, Université de Montréal. 

KELSEN, H. (1953), Théorie pure du droit, Neuchâtel, Éditions de la Baconnière, 1988. 

KUHN, T. (1962), La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flamarion, 1983. 

LAPLANTE, J. (1992), « Le pénal et ses sujets : comment il les saisit. Y a-t-il une autre façon de voir et de faire ? », département de criminologie, Université d'Ottawa. 

LAPLANTE, J. (1991), « La question de la violence familiale et de son traitement », in L'intervention psychosociale au sein du pénal, Actes de la 1re Conférence internationale du GREPO, vol. 1, département de criminologie, Université d'Ottawa. 

LAPLANTE, J. (1985), Crime et traitement, Montréal, Boréal Express. 

LEMERT, E. (1951), Social Pathology, N.Y., McGraw-Hill Book Company, Inc. 

LYNCH, M. I., GROVES, W. B. (1989), A Primer in Radical Criminology, N.Y., Harrow & Heston. 

LYOTARD, J.-F. (1979), La condition postmoderne, Paris, Éditions de Minuit. 

MATZA, D. (1969), Becoming Deviant, New York, Prentice-Hall, Inc.

MEAD, G. H. (1917-18), « The Psychology of Punitive Justice », American Journal of Sociology, vol. 23, no 5, pp. 577-602. 

PARENT, Colette (1992), « La contribution des études féministes sur la déviance des femmes à la criminologie », Criminologie, vol. 25, no 2, (dans ce numéro). 

PARENT, Colette (1991), Les féminismes et les paradigmes en criminologie, Université de Montréal, École de criminologie, thèse de doctorat inédite. 

PIRES, A. P. (1992), « La criminalité : enjeux épistémologiques, théoriques et pratiques » (titre provisoire), in F. Dumont, S. Langlois et Y. Martin (sous la direction de), Traité de pathologie sociale. Problèmes sociaux au Québec, (titre provisoire), Québec, Institut québécois de la recherche et de la culture. [Texte disponible dans Les Classiques des sciences sociales. JMT.] 

PIRES, A. P. (1991), « Éthiques et réforme du droit criminel : au-delà des philosophies de la peine », Ethica, vol. 3, no 2, pp. 47-78. 

PIRES, A. P. (1990a), « Le devoir de punir : le rétributivisme face aux sanctions communautaires », Revue canadienne de criminologie, vol. 32, no 3, pp. 441-460. 

PIRES, A. P. (1990b), « La criminologie et ses objets paradoxaux : Réflexions épistémologiques sur un nouveau paradigme », Communication à la lire journée du GCRN, École de criminologie, Université de Montréal, le 30 novembre 1990 (à paraître). 

PIRES, A. P. et LANDREVILLE, P. (1985), « Les recherches sur les sentences et le culte de la loi », L'année sociologique, vol. 35, pp. 83-113. 

PIRES, A. P. (1983), Stigmate pénal et trajectoire sociale, Montréal, École de criminologie, Université de Montréal, thèse de doctorat inédite. 

PIRES, A. P. (1979), « Le débat inachevé sur le crime : le cas du congrès de 1950 », Déviance et Société, vol. 3, no 1, pp. 23-46. 

RAINS, P. (1975), « Imputations of Deviance : A Retrospective Essay on the Labeling Perspective », Social Problems, vol. 23, no 1, pp. 1-11. 

ROBERT, Ph. (1981), « De la « criminologie de la réaction sociale » à une sociologie pénale », L'Année sociologique, vol. 31, pp. 253-283. 

ROBERT, Ph. et KELLENS, G. (1973), « Nouvelles perspectives en sociologie de la déviance », Revue française de sociologie, vol. 14, pp. 371-395. 

SACK, F. (1984), « Staat, Gesellschaft und politische Gewalt : Zur « Pathologie » politischer Konflikte », (pp. 17-226) in F. Sack et H. Steinert (sous la direction de), Protest und Reaktion, Opladen, Westdeutscher Verlag. 

SBRICCOLI, M. (1991), « Histoire de la criminalité et histoire du droit. Le rôle des sources juridiques dans l'histoire du crime et de la justice criminelle », IAHCCI Bulletin, vol. 14, pp. 86-102. 

SCHEERER, S. (1986), « Towards abolitionism », Contemporary Crisis, 10, pp. 5-20. 

SCHUTZ, A. (1987), Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck. 

SUTHERLAND, E. H. (1937), Le voleur professionnel, Paris, Spress, 1962. 

TAYLOR, I., WALTON, P., YOUNG, J. (1973), The New Criminology, London, Routledge & Kegan Paul. 

TOURAINE, A. (1984), Le retour de Fauteur, Paris, Fayard. 

VEYNE, P. (1971), Comment on écrit l'histoire, Paris, Seuil, 1978. 

WALGRAVE, L. (1986), « La vulnérabilité sociétale : une tentative théorique pour comprendre la délinquance grave et persistante de certains jeunes », in C. Detroy, F. Tulkens et M. van de Kerchove (sous la direction de), Délinquance des jeunes. Politiques et interventions, (p. 41-64), Bruxelles, E. Story-Scientia. 

WACQUANT, L. J. D. (1992), « Introduction », in, P. Bourdieu et L. J. D. Wacquant, Réponses. Pour une anthropologie réflexive, Paris, Seuil.


Retour au texte de l'auteur: Alvaro Pires, criminologue, Université d'Ottawa Dernière mise à jour de cette page le jeudi 17 août 2006 17:53
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref