RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

L’évolution des crimes violents au Québec entre 1962 et 1996 (1999)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Marc OUIMET, “L’évolution des crimes violents au Québec entre 1962 et 1996”. Un article publié dans l'ouvrage sous la direction de Jean Proulx, Maurice Cusson et Marc Ouimet, Les violences criminelles, chapitre 2, pp. 41-59. Québec: Les Presses de l'Université Laval, 1999, 353 pp. [Autorisation accordée par l'auteur le 11 septembre 2006]

Introduction

La criminalité de violence n'est pas rare. Au Québec, plus de 47 000 crimes de violence ont été dénombrés par les forces policières en 1996. Puisque la majorité des crimes contre la personne ne sont pas rapportés à la police, le total réel des agressions sexuelles, vols qualifiés et voies de fait dépasse certainement le cap des 100 000. Au fil des ans, les probabilités cumulatives font que la majorité d'entre nous deviendrons un jour victimes d'un crime de violence. Toutefois, puisque les risques de victimisation sont fonction du sexe, de l'âge et des habitudes de vie de chacun (Sacco et Johnson, 1990), la probabilité annuelle de victimisation violente varie énormément d'une personne à l'autre. La variation des risques individuels de victimisation contraste avec la relative stabilité des risques collectifs représentés par les taux de criminalité. Déjà Quételet (1835) avait remarqué que le nombre de crimes dans une année ressemblait généralement au nombre de l'année précédente. Si la stabilité est le principe de base des séries chronologiques de la criminalité sur de très courtes périodes, l'étude des taux de criminalité sur plusieurs années permet d'en dégager les tendances. 

Le présent chapitre est consacré à la présentation, à l'analyse et à l'interprétation des mouvements de la criminalité de violence au Québec de 1962 à 1996. D'abord, nous discuterons des connaissances acquises sur les facteurs qui influencent le taux de criminalité en moyenne période. Ensuite, nous présenterons les courbes de l'évolution des différents types de criminalité de violence. Finalement, nous ferons le bilan sur l'évolution récente de la criminalité au Québec. 

Notre analyse porte sur l'évolution des infractions rapportées à la police ou connues d'elle. Certains crimes de violence sont pratiquement tous connus de la police (par exemple, l'homicide) alors que d'autres lui sont rarement rapportés (par exemple, les voies de fait en contexte conjugal). Une analyse qui vise à cerner l'évolution de la criminalité est peu affectée par le problème du chiffre noir de la criminalité. En effet, si la proportion des crimes rapportés à la police est stable, une hausse du nombre d'infractions enregistrées veut nécessairement dire que le crime est devenu plus fréquent. Toutefois, il semble que le taux de dénonciation de certains crimes (par exemple, agression sexuelle ou voie de fait) ait varié au cours des dernières décennies. Nous tiendrons compte de cette difficulté dans l'interprétation des tendances pour les différents types d'infractions.

Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mardi 19 décembre 2006 15:16
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref