RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Georges Nivat, Vers la fin du mythe russe. Essais sur la culture russe de Gogol à nos jours. (1982)
Note de l'éditeur


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Georges Nivat, Vers la fin du mythe russe. Essais sur la culture russe de Gogol à nos jours. Lausanne: Les Éditions l'Age d'Homme, 1982, 415 pp. Collection: Slavica. Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure retraitée de l'École polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi, Québec. [Autorisation accordée par l'auteur le 27 mars 2006.]

Note de l'éditeur
(Note au verso du livre)

Vers la fin du mythe russe est un recueil d'articles et de textes écrits entre 1971 et 1941, organisés et complétés de manière à offrir un itinéraire à travers la culture russe depuis Gogol jusqu'à nos jours. Le fil conducteur est l'élaboration par la littérature et la culture russes d'un « mythe » ou d'une « idée russe », comme a dit Berdiaeff. 

Ce mythe veut que la Russie soit une part d'Europe, préservée des maux occidentaux : capitalisme, individualisme, égoïsme. « Le peuple russe nie la propriété », écrivait Tolstoï. La prédisposition russe au nomadisme, à l'égalitarisme, au millénarisme habita Tolstoï, agita l'intelligentsia, nourrit la réflexion de Dostoïevski. Rêve iconoclaste et simplificateur que dénoncèrent quelques rares voix russes. 

Vers la fin du mythe russe étudie les « fondateurs du mythe » au XlXe siècle, puis les querelles sur cette « voie russe ». Fascination des années vingt par la « tabula rasa », débat sur le « mythe mongol », émergence des voix nouvelles d'outre-Goulag, soif spirituelle dans l'URSS d'aujourd'hui : tels sont quelques-uns des thèmes abordés. 

« Nous ne sommes pas des médecins. Nous sommes le mal. Ce qui sortira de nos geignements et de nos gémissements, nul ne le sait, mais le mal s'est déclaré », écrivait Herzen en 1863, et la pensée douloureuse de Herzen reste plus actuelle que jamais. Le livre, écrit par un russisant français, récuse une tendance russo-phobe dans la réflexion occidentale d'aujourd'hui sur l'URSS. Il fait le point sur notre perception de la Russie, une perception marquée au XVIIIe siècle par le « mirage russe », au XIXe siècle par le « mythe russe » et aujourd'hui par le « ciel de la Kolyma ». Il met en relief une certaine littérature de la résistance morale dans l'URSS d'aujourd'hui et il rappelle que les poètes de langue russe ont poursuivi - sous le regard même de la Terreur - leur « ministère » d'innocence et de lucidité.

Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le lundi 15 mai 2006 15:32
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref