RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Georges Nivat, Russie-Europe. La fin du schisme. Études littéraires et politiques
Note de l'éditeur


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Georges Nivat, Russie-Europe. La fin du schisme. Études littéraires et politiques. Lausanne: Les Éditions l'Age d'Homme, 1993, 810 pp. Collection: Slavica. [Autorisation accordée par l'auteur le 27 mars 2006.] Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure retraitée de l'enseignement à l'école polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi, Ville de Saguenay.

Note de l'éditeur

Ce recueil d'études culturelles et politiques part d'une question très actuelle : libérée du communisme, délestée de son empire, réduite à elle-même comme elle ne l'a jamais été dans toute son histoire multiséculaire, la Russie va-t-elle mettre fin à une longue parenthèse qui l'avait isolée de l'Europe ? L'auteur se posait la question dès 1988 : la perestroïka, « révolution d'en haut », mais qui échappa bientôt à son apprenti-sorcier, allait-elle remettre la Russie sur les rails de l'Europe ? Le désarroi culturel actuel cache aussi bien le Pleur sur la Russie d'un grand poète, Tchitchibabine, que les analyses obstinément incomprises d'un Soljénitsyne, partisan d'une Russie culturellement autonome, mais également « européenne », c'est-à-dire variée, et apportant sa variété au festin européen. 

À la lumière de cette interrogation sont « revisités » de grands thèmes comme la piété des grands écrivains russes classiques, l'irréligion des « croyants athées » russes, la « torpeur d'Oblomov », le doute obstiné de Tchékhov, le libertinage russe du XXe siècle, la « révolution chrétienne » dont rêvaient beaucoup en 1918, le mirage « eurasien » des linguistes Troubetskoy et Jakobson. 

L'énigme Gorki, la haine russe de soi sous les espèces d'un Petchérine au XIXe et d'un Alexandre Zinoviev au XXe siècle, la « cure de fantastique » de Boulgakov, les spécificités de l'exil russe et la prose russe contemporaine sont parmi les grands sujets analysés. Cet ensemble imposant, complété par un recueil de chroniques politiques écrites pendant les années de la libération russe qui vont de la perestroïka aux journées d'août 91, entend faire revivre les émotions d'un grand événement que l'Occident n'a pas vraiment encore compris. 

Georges Nivat est considéré comme un des grands slavistes contemporains. Élève de Pierre Pascal, dont il complète ici le portrait, il a fait découvrir André Biély, a écrit sur Soljénitsyne un livre qui, traduit en russe, vient d'être publié à Moscou, et il codirige une monumentale Histoire de la littérature russe chez Fayard. En même temps que ce livre paraît un texte bref sur un voyage en Russie à l'automne 1992, intitulé Impressions de Russie, l'An Un, Éditions de Fallois/L'Age d'Homme. Depuis 1972 il est professeur de littérature et civilisation russes à l'Université de Genève.


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le lundi 5 juin 2006 19:00
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref