RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Après les attentats du 11 septembre 2001, les théoriciens néo-sécuritaires se déchaînent (2002)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Laurent Mucchielli, “Après les attentats du 11 septembre 2001, les théoriciens néo-sécuritaires se déchaînent”. 2002. [M. Laurent Muchielli, sociologue et historien de formation, est chargé de recherche au CNRS et directeur du Centre de recherche sociologique sur le Droit et les institutions pénales au CNRS]. [Autorisation formelle des auteurs accordée le 8 septembre 2005]

Introduction

Alain Bauer et Xavier Raufer viennent de publier leur dernier livre intitulé La guerre ne fait que commencer (Paris, Jean-Claude Lattés, 2002). Les auteurs sont certes moins connus que André Glucksmann (qui publie Dostoïevski à Manhattan) et Bernard Henri-Lévy (qui publie Réflexions sur la guerre et le mal), mais ils ne manquent pas d’immodestie puisqu’ils annoncent fièrement dès la première page qu’ils avaient au fond prévu ces attentats depuis plusieurs années, dans un article paru dans le quotidien Le Figaro (27 novembre 1997) et qui inventoriait en effet différents types de menaces violentes – dont le terrorisme non étatique – pesant sur les démocraties actuelles. Le problème est que nous sommes un nombre relativement élevé de personnes à nous être aperçus qu’il existe de telles menaces terroristes dans le monde et à avoir bien noté que la France a déjà subi au cours des années 1990 plusieurs attaques de type terroriste (on poserait volontiers la question inverse : qui n’est pas au courant ?). Nous ne prétendons pas tous pour autant avoir des dons de voyance… Mais prenons pour le moment les auteurs au sérieux et ouvrons leur texte. 

Le sujet du livre est donc : les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. La problématique : pourquoi personne (sauf nos auteurs…) ne les a vu venir ? La thèse est double : 1/ le terrorisme prolifère avec l’Islam aux quatre coins du monde, 2/ les services de renseignement américains étaient incompétents. La conclusion : on s’achemine vers le “ chaos mondial ” et le terrorisme tout azimut. La quatrième de couverture du livre résume très bien à la fois le fond du propos et la rhétorique catastrophiste typique des auteurs : “ Nébuleuses clandestines, structures tentaculaires, attentats-massacres, réseaux financiers, fanatisme, faillite du renseignement, fragilité de la mondialisation, désarroi des populations, inefficacité du système militaire classique : la destruction du World Trade Center est bien l’acte fondateur du siècle nouveau. Sans précédent ni comparaison, une guerre planétaire le marquera. Elle sera terroriste. Et n’épargnera ni l’Europe, ni la France où des formes virulentes de violences urbaines et de criminalité peuvent demain évoluer vers un pur et simple terrorisme ”. 

L’apocalypse barbare menaçant la civilisation occidentale a donc trouvé ses nouveaux théoriciens, à qui l’on doit au moins reconnaître le mérite de la clarté du propos. Mais au fait, qui sont-ils ? Certes pas des inconnus (voir les références à la fin du texte). Derrière sa noble façade d’“ enseignant à la Sorbonne ” (il se présentait encore l’an passé comme “ ancien vice-président de l’Université Panthéon-Sorbonne ”, poste qu’il avait en effet occupé dans sa jeunesse au titre de délégué étudiant…), le businessman Alain Bauer dirige une société privée de conseil en sécurité (AB Associates) qui tient notamment une place importante sur le marché des diagnostics locaux de sécurité (dans le cadre de la préparation des Contrats Locaux de Sécurité). Derrière sa façade ronflante de “ directeur des études du Département de recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines de l’Université Paris 2 ”), son coauteur, Xavier Raufer, de son vrai nom Christian de Bongain, est un ancien cadre du parti politique d’extrême droite Ordre Nouveau, devenu journaliste sous ce pseudonyme et qui s’est spécialisé peu à peu dans les questions de terrorisme et de délinquance. Leurs points communs : à la fois une certaine vision du monde (qu’on va découvrir une fois de plus à travers l’examen de leur livre) et une stratégie de légitimation universitaire visant à conquérir une image d’“ experts ” neutres, objectifs, désintéressés.


Retour au texte de l'auteur: Jean--Christophe Marcel, sociologue, Sorbonne Dernière mise à jour de cette page le mardi 7 mars 2006 13:50
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref