RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Ludger Duvernay et la révolution intellectuelle au Bas-Canada (1977)
Liminaire


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Denis Monière, Ludger Duvernay et la révolution intellectuelle au Bas-Canada. Montréal: Éditions Québec/Amérique, 1987, 231 pp. Collection: dossiers-documents. Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure retraitée de l'enseignement à l'école polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi. [Autorisation formelle accordée par l'auteur le 28 novembre 2005 de diffuser ce livre dans Les Classiques des sciences sociales.]

Liminaire

Il n'y a peut-être pas d'époque dans l'histoire des nations qui n'ait offert l'intérêt qu'offre celle où nous vivons. En racontant à la postérité les événements dont nous sommes témoins, l'historien aura une grande tâche à remplir, s'il veut remonter aux causes et discuter en philosophe les faits qu'il aura à retracer. Il lui faudra un pinceau vigoureux pour retracer cette grande lutte des nations combattant contre le despotisme, qui les tenait enchaînées et les laissait stationnaires... Il ne verra d'abord que quelques hommes de génie qui s'élevant au-dessus du vulgaire comprendront la liberté et travailleront à la faire comprendre à leurs frères. Petit à petit, les peuples s'instruiront. Ils apprendront à connaître leurs droits et s'efforceront de les conquérir. Ils apprendront que Dieu a créé les hommes égaux et que ces distinctions et privilèges qu'on a établis pour certaines castes ne sont que des inventions humaines que l'ignorance seule a pu laisser exister. Le droit reconnu naturellement, le peuple en demande la jouissance et dès lors s'engage la lutte. Les hommes qui ont le pouvoir et les privilèges ne les cèdent pas volontiers, on les voit se débattre en tout sens pour maintenir leur position. Mais à la fin la victoire reste toujours aux peuples. Tantôt les choses vont tranquillement et sans qu'il y ait de sang répandu, mais d'autres fois quand le pouvoir ne veut pas céder, quand le peuple est fatigué de pétitionner en vain, il se lève tout à coup plein de colère et chasse devant lui tout ce qui s'oppose à son passage. 

La Minerve, 14 janvier 1836



Retour au texte de l'auteur: Denis Monière, politologue, Université de Montréal Dernière mise à jour de cette page le mardi 22 juillet 2008 7:51
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref