RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

LE CITOYEN CANADIEN-FRANÇAIS
Notes pour servir à l’enseignement du civisme.
TOME II. (1946)
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir de texte d'Esdras Minville, LE CITOYEN CANADIEN-FRANÇAIS. Notes pour servir à l’enseignement du civisme. TOME II. Montréal: Les Éditions Fides, 1946, 341 pp. Une édition numérique réalisée par mon épouse, Diane Brunet, bénévole, guide de musée retraitée du Musée de La Pulperie de Chicoutimi.

[339]

Table des matières

CHAPITRE VII. L'ACTION POLITIQUE [7]

I. Action privée. Notions préliminaires : objet de la politique, théories en présence : individualiste, étatiste, chrétienne. Avons vécu sous l'empire de la première, cédons aujourd'hui à la seconde. Nécessité d'une restauration chrétienne. Limites du pouvoir civil. Devoirs de l'État — la justice distributive. Forme de l'État — régime démocratique, régime autoritaire, (pp. 7-21)

II. Forme sociologique et juridique de l'État canadien. Conscience politique, rôle de l'élite. Notre population et les libertés constitutionnelles sur le plan : a) politique, b) social, (pp. 21-29)

III. Devoirs du citoyen envers l'État : a) contribuer à la prospérité commune ; b) observer les lois ; c) exercer consciencieusement le droit de suffrage — attitude à l'égard des partis ; d) acquitter l'impôt ; e) défendre le pays. (pp. 29-47)

IV. Action publique. A — Structure politique du Canada : municipalité, État provincial, État fédéral. Juridiction respective des trois unités. Raisons de cette décentralisation. Tendances centralisatrices et influences qui les déterminent. Pour sauvegarder les diverses autonomies : les utiliser au maximum. Cela suppose : 1) une administration compétente : a) direction éclairée, b) personnel qualifié ; 2) la coopération du citoyen : exercice du suffrage, plébiscite, pétition, action civique, (pp. 47-66) B. — L'autonomie provinciale : causes de détérioration. Importance du point de vue canadien-français. Statut juridique des provinces. Mission spécifique de la province de Québec. Comment cette mission doit être interprétée. Normes d'une politique provinciale canadienne-française : libertés politiques, lois civiles ; l'économie, facteur de déviation. Aperçu historique, (pp. 66-116) C. — Politique fédérale : 1) politique intérieure : relations avec les provinces, droits constitutionnels des minorités religieuses et ethniques ; 2) politique extérieure : a) relations impériales, évolution juridique vers l'autonomie, action économique solidariste. L'indépendance du Canada. 2) Relations internationales : collaboration avec tous les États en esprit de justice et de paix. 3) Les Canadiens français et la politique internationale, (pp. 116-146)

V. Eux et nous... (pp. 146-151)

CHAPITRE VIII. L'ACTION CULTURELLE [151]

I. La culture française — notions composantes : sens : a) de la dignité humaine, b) du perfectionnement personnel hiérarchisé et désintéressé, c) de la liberté, d) de la tradition, spécialement de la tradition familiale. L'apport chrétien. Le type humain : sens : a) de l'honneur, b) de l'hospitalité, c) de l'autonomie personnelle. Les institutions sociales : a) l'établissement autonome, b) l'éducation libérale, c) les lois civiles. La langue, expression du génie national, (pp. 155-168)

II. Le milieu canadien et son influence sur la nation — l'histoire, (pp. 168-176)

III. Action privée. Témoin de la nation — Facteurs d'intégration à la culture nationale, a) éducation morale,) langue maternelle, c) histoire. Action de l'homme sur lui-même : le perfectionnement personnel ; recherche : a) des formes d'activité où l'on pourra le plus complètement se réaliser comme homme; b) de la compétence professionnelle ; c) de la culture générale. Culture intellectuelle et culture nationale : la langue maternelle et la formation personnelle. L'histoire et la formation nationale, (pp. 176-189)

IV. Servir — l'action du citoyen sur son entourage : 1) la famille : vertus morales, langue maternelle, traditions ; 2) l'école : a) élémentaire, b) du second degré, c) universitaire. Attitude à observer vis-à-vis de chacune des trois branches de l'enseignement ; 3) les œuvres d'éducation extra-scolaires et post-scolaires ; 4) les centres de culture : bibliothèques, musées, etc. ; 5) l'intensification de la vie culturelle : a) les loisirs, b) la presse, c) la radio, (pp. 189-263)

V. Solidarité : 1) intellectuelle — œuvres d'action Intellectuelle ; 2) nationale — œuvres sociales, sociétés nationales, conseil national ; 3) relations intérieures : les Anglo-Canadiens, les minorités des provinces anglaises, les Acadiens, les Néo-Canadiens ; 4) relations extérieures : a) les Franco-Américains, la France, les autres groupements français ; b) les peuples de culture latine ; c) les États-Unis et les autres nations étrangères, (pp. 263-293)

VI. Action publique : a) fédération : bilinguisme, politique sociale ; b) provinciale; langue française, famille, éducation. Réforme du régime de l'instruction publique, (pp. 293-313)

VII. La Canadienne, (pp. 313-322)

VIII.  Mission providentielle ? (pp. 322-331)

EN GUISE DE CONCLUSION.

Conscience civique et nationale, (pp. 333-339)



Retour au texte des auteurs. Dernière mise à jour de cette page le samedi 27 juin 2015 11:49
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref