RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Jean MEYNAUD, LES GROUPES DE PRESSION. (1965)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Jean MEYNAUD, LES GROUPES DE PRESSION. Paris: Les Presses Universitaires de France, 1965, 127 pp. Collection: « QUE SAIS-JE ? » LE POINT DES CONNAISSANCES ACTUELLES, N° 895. Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure à la retraite de l'École polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi. [Autorisation accordée par les ayant-droit de l'auteur le 19 octobre 2008 de diffuser toutes les publications de l'auteur.]

Introduction


Au cours des dernières années, l'expression « groupe de pression » (littéralement traduite de l'anglais : pressure group), est devenue, malgré son incorrection grammaticale, d'usage courant en France. Dans son acception la plus générale, elle évoque les luttes engagées pour rendre les décisions des pouvoirs publics conformes aux intérêts ou aux idées d'une catégorie sociale quelconque.

Cette étude constitue l'un des secteurs de prédilection de la science politique contemporaine. Elle entre dans les recherches de cette discipline pour identifier les forces qui orientent et actionnent l'appareil gouvernemental. Démarche d'esprit positif : il s'agit, non de définir les règles idéales du jeu des institutions, mais de préciser les modalités de leur fonctionnement. Cette enquête s'inspire donc de la méthode d’analyse des faits sociaux que tant de Français, de Montesquieu à Durkheim, ont contribué à établir.

Le détachement qu'elle exige se révèle d'une application difficile dans le domaine de la politique : la ligne de partage entre l'exposé d'ambition scientifique et l'essai de nature polémique, est souvent difficile à tracer. Les groupes de pression apportent un exemple typique de ce flottement. Les uns y voient un puissant instrument d'annulation de la démocratie ; ils vont jusqu'à réclamer une stricte réglementation de leurs activités. D'autres jugent de telles attaques excessives et les considèrent comme une tentative faite pour impressionner l'opinion. Controverse qui ne semble pas près de finir, compte tenu des rares données indiscutables concernant le rôle des groupes.

On ne peut affirmer que l'on présentera ici un point de vue totalement objectif. Du moins essaiera-t-on de mettre en lumière les divers aspects du phénomène, évitant des appréciations d'ordre qualitatif.

Beaucoup des exemples cités seront empruntés à la vie française, mais on aura également recours à l'expérience de pays étrangers : élargissement des perspectives qui permettra d'établir le caractère universel des mouvements et opérations que nous allons étudier.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mardi 28 avril 2009 9:48
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref