RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Raymond MASSÉ, CULTURE ET SANTÉ PUBLIQUE.
Les contributions de l'anthropologie à la prévention et à la promotion de la santé
. (1995)
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Raymond MASSÉ, CULTURE ET SANTÉ PUBLIQUE. Les contributions de l'anthropologie à la prévention et à la promotion de la santé. Montréal-Paris: Gaëtan Morin, Éditeur, 1995, 499 pp. Une édition numérique réalisée conjointement par l'auteur, Raymond Massé, et par mon épouse, Diane Brunet, bénévole, guide de musée retraitée du Musée de la Pulperie de Chicoutimi. [Autorisation accordée par l'auteur le 14 septembre 2015 de diffuser cette oeuvre dans Les Classiques des sciences sociales.]

[xvii]

CULTURE ET SANTÉ PUBLIQUE

Table des matières


Remerciements [vii]

Préface : Pari sur le virage anthropologique de la santé publique, par Gilles BIBEAU [ix]

Introduction [1]

Première partie

SOURCES HISTORIQUES ET CADRES CONCEPTUELS
DE L'ANTHROPOLOGIE DE LA SANTÉ
[13]

Chapitre 1. Qu’est-ce que l’anthropologie de la santé ? [15]

1.1. L’anthropologie de la santé en tant que sous-discipline [15]
1.1.1. La place de la culture en anthropologie de la santé [16]
1.1.2. Culture et biologie [17]
1.1.3. L’anthropologie de la santé : une discipline théorique et appliquée [19]
1.1.4. L’anthropologie médicale et l’anthropologie de la maladie, voies d’accès à l’anthropologie de la santé [19]
1.2. Les sources historiques de l’anthropologie de la santé : l’ethnomédecine [20]
1.2.1. L’ethnomédecine et les us et coutumes des « primitifs » [20]
1.2.2. Définitions de l’ethnomédecine [24]
1.3. Les sources historiques de l’anthropologie de la santé : le mouvement Culture et personnalité et l’anthropologie psychiatrique [25]
1.3.1. Les apports du mouvement Culture et personnalité [26]
1.3.2. Les champs de recherche en ethnopsychiatrie [31]
1.4. Quelques concepts de base en anthropologie de la santé [35]
1.4.1. Les approches émique et étique de la maladie [35]
1.4.2. Les trois dimensions de la maladie : disease, illness et sickness [36]
1.5. L’approche écologique en anthropologie de la santé [40]
1.5.1. Les composantes de base de l’approche écologique : holisme et systémisme [40]
1.5.2. L’approche écologique et le processus de recherche d’aide [40]
1.5.3. Les déterminants biologiques et culturels dans l’approche écologique [42]

Chapitre 2. Anthropologie et santé publique internationale [47]

2,1. Les premiers bilans des programmes de développement sanitaire internationaux [47]
2.1.1. Les contributions traditionnelles de l’anthropologie à la santé publique internationale [48]
2.1.2. Les contributions récentes de l’anthropologie à la santé publique internationale [50]
2.2. L’historique du traitement des facteurs culturels dans les programmes internationaux de santé publique [52]
2.2.1. La phase missionnaire [52]
2.2.2. La phase de conscientisation [53]
2.2.3. La phase d’autocritique [54]
2.2.4. Un parallèle avec le Québec [54]
2.3. Les barrières à l’efficacité des programmes de santé [55]
2.3.1. Les facteurs de résistance du côté des populations [55]
2.3.2. Les facteurs de résistance du côté des programmes et des intervenants [60]
2.4. Les contributions actuelles et futures de l’anthropologie à la santé publique internationale [66]
2.4.1. Une approche écologique des déterminants culturels [66]
2.4.2. La création de ponts culturels [67]
2.4.3. Les dimensions politiques des programmes de prévention [70]

Deuxième partie

CONTRIBUTIONS DE L'ANTHROPOLOGIE À LA DÉFINITION
ET À LA MESURE DES PROBLÈMES DE SANTÉ
[75]

Chapitre 3. Anthropologie et épidémiologie [79]

3.1. Les complémentarités et les oppositions dans les approches anthropologique et épidémiologique [80]
3.1.1. Un souci commun pour une approche écologiste et multicausale [81]
3.1.2. L’opposition des approches méthodologiques [83
3.1.3. Des divergences fondamentales dans la définition de la normalité et des cas [88]
3.1.4. Anthropologie, épidémiologie et prévention [89]
3.2. La reconnaissance du rôle attribué aux facteurs sociaux et culturels : l’épidémiologie socioculturelle [90]
3.2.1. L’ouverture à l’univers social : le soutien social comme facteur immunitaire [92]
3.2.2. L’ouverture au vécu des individus : le rôle des événements critiques et des difficultés de la vie [95]
3.2.3. Le rôle étiologique des événements critiques [98]
3.3. Épidémiologie et communauté [102]
3.3.1. L’épidémiologie et les communautés dans le Nord-Ouest québécois [103]
3.3.2. Les variations régionales dans les services de santé mentale [110]

Chapitre 4. Réductionnisme quantitatif et quête de sens dans l’étude des facteurs socioculturels [113]

4.1. Réductionnisme quantitatif et quête de sens [114]
4.1.1. Isolement social, pauvreté, événements critiques et négligence : le cas de Linda [115]
4.1.2. Un exemple d’abus dans la quantification des concepts : le traitement de l’isolement social [117]
4.1.3. La notion d’espace de pauvreté [122]
4.1.4. Quantification des événements critiques et réduction de sens [126]
4.1.5. Analyses multivariées et décontextualisation [129]
4.2. Le traitement des facteurs culturels par l’épidémiologie comportementale [130]
4.2.1. L’épidémiologie comportementale [131]
4.2.2. Facteurs culturels et modèles psychosociaux de prédiction des comportements [133]

Chapitre 5. Pour une approche émique dans la définition et la mesure des problèmes de santé : vers une ethnoépidémiologie [143]

5.1. Du symptôme vécu au signe de maladie [147]
5.1.1. La construction culturelle du signe de maladie [147]
5.1.2. Des avenues de solution pour la mesure de symptômes culturellement conditionnés [150]
5.2. Les syndromes culturellement conditionnés et les catégories diagnostiques populaires [151]
5.2.1. La définition des concepts de catégories diagnostiques populaires et de syndromes culturellement conditionnés [152]
5.2.2. L’exemple de la « dépression nerveuse » au Québec [155]
5.3. Les syndromes psychiatriques en Amérique du Nord en tant que construits socioculturels [158]
5.3.1. Pour une approche contextualisée dans la définition des catégories diagnostiques [158]
5.3.2. Les maladies mentales nord-américaines en tant que syndromes culturellement conditionnés [162]
5.3.3. Les critiques de l’approche diagnostique du DSM [170]
5.4. La maladie en tant que symbole et métaphore [172]
5.5. Un exemple de construction socioculturelle d’un facteur de risque : le cas de l’isolement social [176]
5.5.1. La construction sociale de l’isolement [176]
5.5.2. La construction culturelle de l’isolement social [180]
5.5.3. Pour une analyse interprétative et contextualisée de l’isolement et du soutien social [182]
5.6. Les objets de l’ethnoépidémiologie : les diagnostics populaires ou médicaux de la maladie [183]
5.6.1. Les approches relativiste et universaliste du diagnostic [184
5.6.2. Du positivisme à une définition interprétative du diagnostic [185]
5.6.3. Une solution de remplacement : l’ethnoépidémiologie des réseaux sémantiques [186]
5.6.4. Les limites de l’approche interprétative et du culturalisme [187]

Chapitre 6. Les défis de la nouvelle épidémiologie : l’exemple de l’ethnoépidémiologie de la dépression [191]

6.1. Les discours culturaliste et empiriste sur la dépression [192]
6.2. Les variations interculturelles dans la définition de la dépression [194]
6.1.1. La conception médicale nord-américaine de la dépression [195]
6.1.2. La conception de la dépression en Iran [198]
6.1.3. La conception de la dépression chez les Serer, les Américains résidant à New York et les réfugiés du Sud-Est asiatique [199]
6.1.4. La dépression et la neurasthénie en Chine [201]
6.1.5. Les variations interculturelles dans les taux de prévalence de la dépression [202]
6.3. La somatisation et la psychologisation des symptômes de dépression [203]
6.2.1. La centralité des symptômes somatiques [204]
6.2.2. La somatisation et la psychologisation en tant que processus [205]
6.2.3. Psychologisation et occidentalité [205]
6.2.4. Transcender l’opposition entre l’esprit et le corps [206]
6.2.5. Les symptômes déclencheurs du processus de recherche d’aide [207]
6.4. Les difficultés reliées à la production d’outils de mesure de la dépression culturellement sensibles [208]
6.4.1. Les biais liés au conditionnement culturel de la dépression et du clinicien [209]
6.4.2. Les préalables à une ethnoépidémiologie de la dépression [210]
6.4.3. La mesure de la dépression dans la population en général [212]
6.4.4. L’élaboration d’une méthodologie adaptée à la mesure des catégories diagnostiques populaires de la dépression [212]
6.5. Une étude québécoise du diagnostic populaire de dépression [216]

Troisième partie

CONTRIBUTIONS DE L'ANTHROPOLOGIE À L'ÉLABORATION
DES PROGRAMMES DE PRÉVENTION
ET DE PROMOTION DE LA SANTÉ
[221]

Chapitre 7. Les savoirs populaires reliés à la santé et à la maladie [227]

7.1. Culture, culture populaire et savoir populaire relié à la santé et à la maladie [228]
7.1.1. Le concept de culture [229]
7.1.2. Le concept de culture populaire [229]
7.1.3. La culture populaire reliée à la santé et à la maladie [231]
7.2. Le savoir populaire relié à la santé et à la maladie : définition et origines [235]
7.2.1. Les fonctions, les objets et les niveaux du savoir populaire relié à la santé et à la maladie [236]
7.2.2. Les éléments de base du savoir populaire relié à la santé et à la maladie [240]
7.3. Les sources et les formes du savoir populaire [249]
7.2.1. Les sources du savoir populaire [249]
7.2.2. Les diverses formes du savoir populaire relié à la santé et à la maladie [251]
7.2.3. Savoir populaire et sens commun [256]
7.2.4. Le savoir populaire en tant que système culturel [257]
7.4. Savoir populaire, logique et rationalité [260]
7.4.1. L’anthropologie face à la rationalité dans les cultures non occidentales [261]
7.4.2. Les limites de la rationalité du malade occidental [264]
7.4.3. Pour une approche plus ouverte de la rationalité [268]

Chapitre 8. Les interprétations et les explications de la maladie : le savoir populaire en tant que système culturel [275]

8.1. Les interprétations et les explications individuelles de la maladie [277]
8.1.1. De l’approche empiriste à l’approche interprétative de la maladie : les réseaux de significations [278]
8.1.2. Les modèles explicatifs individuels de la maladie [285]
8.1.3. Vers une articulation des concepts de réseau de significations et de modèle explicatif individuel de la maladie [291]
8.2. La dimension collective des réseaux de significations et des modèles explicatifs [293]
8.2.1. Les théories étiologiques populaires [293]
8.2.2. De l’individuel au collectif : l’articulation entre les MEM et les réseaux de significations [298]
8.2.3. De l’individuel au collectif : une question de méthodes [304]
8.2.4. Modèles explicatifs et rationalité [310]

Chapitre 9. Le processus de maintien de la santé, les histoires naturelles de la maladie et les déterminants culturels de la recherche d’aide [313]

9.1. Le processus de maintien de la santé et la santé publique [315]
9.1.1. La pertinence de ce champ de recherche pour la santé publique [316]
9.1.2. Les comportements reliés à la santé et à la maladie : définition des concepts [317]
9.1.3. Le concept de processus de maintien de la santé [320]
9.2. Le processus de maintien de la santé et les secteurs de soins de santé [321]
9.2.1. Le secteur populaire [321]
9.2.2. Le secteur alternatif [323]
9.2.3. Le secteur professionnel [326]
9.2.4. Le processus de maintien de la santé en tant qu’itinéraire à travers un réseau complexe de choix possibles [327]
9.3. Les déterminants socioculturels du processus de maintien de la santé [328]
9.3.1. Le dépassement du modèle rationnel d’analyse de l’utilisation des services [329]
9.3.2. La recherche de services, les réseaux de significations et les modèles explicatifs populaires de la maladie [331]
9.3.3. Les pressions de l’entourage et du réseau social : devenir malade, un processus social [334]
9.3.4. Les effets de la maladie sur les fonctions et les rôles sociaux [339]
9.3.5. Vouloir jouer son rôle de malade : légitimer sa déviance [340]
9.3.6. Les facteurs psychosociaux individuels [343]
9.3.7. L’articulation des facteurs psychologiques et sociaux [344]
9.3.8. Vers une synthèse des facteurs influant sur les comportements reliés à la santé et à la maladie [346]
9.4. Les limites des analyses du processus de maintien de la santé et quelques pistes de solution [346]
9.4.1. Considérer la modélisation comme un moyen et non comme une fin [347]
9.4.2. Mieux circonscrire et mieux définir les comportements à l’étude [347]
9.4.3. Adopter une approche diachronique de l’utilisation des services [348]
9.5. Les principales étapes de l’histoire naturelle de la maladie signifiée et socialisée [350]
9.5.1. De l’histoire naturelle de la maladie-réalité biologique à l’histoire naturelle de la maladie signifiée et socialisée [351]
9.5.2. Les étapes de l’histoire naturelle de la maladie signifiée et socialisée [354]
9.6. Le processus de maintien de la santé et les déterminants culturels en milieu de pauvreté [358]
9.6.1. Les rapports de la culture populaire avec la prévention de la maladie [358]
9.6.2. Les rapports entre la culture populaire et les professionnels de la santé [361]
9.6.3. L’inadaptation des programmes de prévention à la réalité culturelle en milieu populaire [362]

Quatrième partie

SANTÉ, CULTURE ET IMMIGRATION [367]

Chapitre 10. Vers un modèle systémique et contextuel d’analyse de la problématique santé-ethnicité [371]

10.1. La problématique santé-ethnicité au Québec et au Canada [372]
10.1.1. L’importance démographique et économique du phénomène multiethnique à Montréal et au Québec [372]
10.1.2. Les immigrants sont-ils en moins bonne santé que les autres résidants ? [375]
10.1.3. Le facteur racial-ethnique en épidémiologie [377]
10.1.4. La pertinence d’une prise en considération du facteur ethnique pour l’épidémiologie et la santé publique [382]
10.2. Le modèle du stress d’acculturation : forces et limites [384]
10.2.1. Du stress d’acculturation au stress d’adaptation [384]
10.2.2. Acculturation, transculturation et déculturation [385]
10.2.3. Le modèle du stress d’acculturation : description [385]
10.2.4. Les limites du modèle du stress d’acculturation [388]
10.3. Vers un modèle systémique et contextuel d’analyse du rapport santé-migration [391]
10.3.1. Les expériences et les conditions prémigratoires [396]
10.3.2. Les expériences et les conditions postmigratoires [399]
10.3.3. Les facteurs de fragilisation et de protection intermédiaires [411]
10.3.4. Les contributions de ce modèle à la santé publique [416]

Chapitre 11. Prévention, accès aux services et interculturalité [417]

11.1. Les pistes de prévention dans la problématique santé-immigration [418
11.1.1. Les stratégies de promotion d’une saine société d’accueil [418
11.1.1. L’élaboration de programmes de prévention adaptés à la diversité ethnoculturelle [421
11.2. L’accès aux services de santé et aux services sociaux [423
11.2.1. L’état de la situation au Québec [423
11.1.2. Les facteurs limitant l’accès aux services de santé [424
11.3. Les formes d’intervention visant à faciliter l’accès aux services [428
11.3.1. L’adaptation des services existants à l’interculturalité [428
11.3.2. La formation des intervenants à l’interculturalité [429
11.3.3. Une meilleure préparation des intervenants homoethniques [430]
11.3.4. L’encouragement au développement des organismes communautaires ethnoculturels [431]
11.3.5. Les enjeux de l’ethnicisation des services [433]
11.4. Le défi particulier de la formation à l’interculturalité [435]
11.4.1. Les conditions préalables à la formation [436]
11.4.2. Le contenu des programmes de formation [438]
11.4.3. Les conséquences d’une formation à l’interculturalité en santé publique [439]
11.4.4. Les limites de l’interculturalité [440]

Chapitre 12. Santé et ethnicité : le cas des haïtiens du Québec [441]

12.1. Un portrait sociodémographique et sanitaire [442]
12.2. Facteurs de fragilisation et de protection : les conditions prémigratoires [444]
12.3. Facteurs de fragilisation et de protection : les conditions postmigratoires [445]
12.3.1. Les conditions concrètes d’existence [445]
12.3.3. La famille immigrante haïtienne [447]
12.3.4. La communauté haïtienne d’accueil [449]
12.3.5. Le dilemme du retour au pays natal [450]
12.3.6. Une approche dynamique et diachronique du stress d’adaptation [450]
12.4. L’adaptation des services sociaux à la réalité culturelle haïtienne [451]
12.5. Le défi de l’adaptation des services de santé à l’ethnomédecine haïtienne [453]
12.5.1. Les conceptions de la maladie [454]
12.5.2. Les conceptions de la santé et de la prévention [455]
12.5.3. Les conceptions étiologiques de la maladie [456]
12.5.4. L’exemple de la prévention du sida chez les Haïtiens [458]
12.5.5. Les barrières culturelles à la demande de services [458]
12.6. L’ethnicisation des services dans le contexte haïtien [460]

Conclusion [465]

Bibliographie [473]

Index [495]



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le jeudi 26 novembre 2015 6:49
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref