RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Laurent-Paul LUC, L’itinéraire du jeune Hegel. (1986)
Aperçu général


Une édition numérique réalisée à partir du texte de Laurent-Paul LUC, L’itinéraire du jeune Hegel. Thèse de doctorat en philosophie sous la direction du professeur Jacques Taminiaux, à l’Institut supérieur de philosophie de l’Université catholique de Louvain, 20 décembre 1986, 577 pp. Une édition numérique réalisée par Charles Bolduc, bénévole, PhD en philosophie, professeur de philosophie au Cégep de Chicoutimi. [L’autorisation de diffuser en accès libre à tous, dans Les Classiques des sciences sociales, la thèse de doctorat de Laurent-Paul LUC, nous a été accordée le 20 juin 2014 par Monsieur Luc Vigneault, professeur titulaire de philosophie, Université de Moncton, Campus d’Edmundston, Nouveau-Brunswick, ayant-droit de l’œuvre de l’auteur. La confirmation nous a été communiquée par son étudiant de jadis, Charles Bolduc.]

[1]

L’itinéraire du jeune Hegel

Aperçu général

Convient-il de considérer que dans les écrits qu’il rédige lors de son séjour à Tubingue (1788-1793), à Berne (1793-1796) et à Francfort (1797-1800) – écrits auxquels on attribue généralement la dénomination d’Écrits de jeunesse « Jugendschriften », le jeune Hegel fait œuvre de philosophie ? C’est cette question que choisit d’éclairer L’itinéraire du jeune Hegel.

S’y dresse comme une biographie intellectuelle inscrite dans une double visée : interroger ce qui se pense dans ces Écrits du jeunesse et suggérer qu’en engageant un débat avec les œuvres (celles de l’Aufklärung, celles de Kant) qui ont façonné son époque, le jeune Hegel est philosophe malgré lui – philosophe de la "formation scientifique" « wissenschaftliche Bildung », cette formation qui, bien avant les œuvres systématiques de la maturité, se promeut comme le résultat de la dialectique spéculative.

Pour faire ressortir cette originalité et en capter toutes les ressources, une démarche à double contour : pédagogique et théorique.

La pédagogie d’abord. Aussi soucieuse de trouver un sens aux phrases et aux enchaînements d’un Hegel tenaillé par son génie qu’attentive à la quête, sinueuse et obscure, d’une "manière de penser" « Denkungsart » qui permettrait de "décider ce qu’est la vérité". Cette tâche s’est exercée dans une constante fidélité aux textes qu’il a fallu souvent (re)traduire sans jamais sacrifier à leur technicité. Sans jamais masquer non plus les innovations qui en font des écrits qui demandent à être analysés en et pour eux-mêmes.

Le concept clef qui parcourt les étapes de cette analyse : celui de spéculation. Il intervient à chacun des moments qui scandent ce que le jeune Hegel aime appeler "la vocation de ma vie". Même si ce concept n’est jamais thématisé comme tel dans ces Écrits de jeunesse, c’est à en établir la genèse à même le mouvement de pensée qui les inspire que s’illuminent les principes qui régissent une ontologie déjà transie par ce qui ne cesse d’intriguer les témoins admiratifs du savoir absolu hégélien : la négativité.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le lundi 10 juillet 2017 14:00
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref