RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Marc LE BLANC, “La probation pour mineurs au Québec (1975)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Marc LE BLANC, “La probation pour mineurs au Québec”. Un article publié dans la revue Criminologie, vol. 8, no 1-2, 1975, pp. 101-118. Numéro intitulé: “Délinquance juvénile au Québec”. Centre international de criminologie comparée. Montréal: Les Presses de l'Université de Montréal.

Introduction

Depuis quelques années, la probation pour mineurs est sujet à controverse. Tous ceux qui oeuvrent dans le système de la justice pour mineurs remettent en cause soit son insertion dans les structures, soit ses opérations, soit son efficacité ou tout à la fois. Une telle mise en question s'est souvent faite sans des données statistiques élémentaires sur la clientèle, le personnel et les opérations à l'intérieur du Service de probation. Cet article veut combler ce vide en rapportant les résultats des recherches qui se sont intéressées à la probation durant les dernières années. 

En 1918, on institua à Montréal le premier tribunal pour mineurs et on y nomma des agents de surveillance, ancêtres des agents de probation. Mais ce n'est qu'en 1958 que fut institutionnalisé le Service de probation à Montréal par la nomination d'un directeur. Pour l'ensemble du Québec, c'est en 1964 que le directeur provincial fut nommé. Depuis, il y a des agents de probation dans tous les districts judiciaires et ceux-ci appartiennent à 14 services locaux de probation. 

Administrativement le Service de probation est indépendant des Cours de Bien-Être social ; organiquement il y est rattaché en plus de la dépendance envers le ministère des, Affaires sociales. Le Service de probation, selon la démonstration de Lippé (1969), est à la fois un système social avec ses normes »relationnelles et régulatoires, ses rôles... et une organisation bureaucratique avec sa hiérarchie, ses spécialisations... 

On reconnaît un ensemble varié et complexe de rôle à l'agent de probation. En effet, Bouffard (1969) en analysant les textes légaux, a identifié les rôles suivants : faire l'enquête demandée par le juge, conseiller le tribunal et assurer une surveillance et une intervention en vue d'une réadaptation sociale. 

Pour terminer cette présentation générale du Service de probation, il convient de mentionner que depuis quelques années ce service opère dans un contexte d'incertitude. En effet, on parle de faire passer la tutelle du service au ministère de la Justice et de l'intégrer à la probation adulte ; on propose un service de protection de la jeunesse ; on parle d'intégrer la probation aux Centres de services sociaux (C.S.S.) ; avec la création des Centres de services sociaux (C.S.S.) et de leur comité d'admission aux Centres d'accueil, de même qu'avec la mise en place des Centres locaux de services sociaux (C.L.S.S.) la pratique et l'acheminement des cas risquent d'être bouleversés ; on engage de plus en plus de personnel avec une formation universitaire ; on parle de sectorisation ; ... à mesure que se rationalise et s'organise l'application des politiques sociales et judiciaires, les interrogations se font de plus en plus pressantes et l'agent de probation travaille dans un climat d'anxiété. 

À la suite de ces commentaires sur l'organisation du Service de probation et le climat qui y règne, nous dresserons un portrait statistique de sa clientèle, de son personnel et de ses opérations.


Retour au texte de Jean-Marc Leblanc, criminologue, retraité de l'Université de Montréal Dernière mise à jour de cette page le mercredi 16 août 2006 6:06
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref