RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Les comportements violents des adolescents: un phénomène particulier (1999)
Définir la violence


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Marc LEBLANC, “Les comportements violents des adolescents: un phénomène particulier”. Un article publié dans l'ouvrage sous la direction de Jean Proulx, Maurice Cusson et Marc Ouimet, Les violences criminelles, chapitre 14, pp. 319-353. Québec: Les Presses de l'Université Laval, 1999, 353 pp. [Autorisation formelle accordée par l’auteur le 23 mai 2005].

Définir la violence

Le Petit Robert définit ainsi la violence : « agir sur quelqu'un ou le faire agir contre sa volonté, en employant la force ou l'intimidation », précisant qu'il s'agit d'une « force brutale pour soumettre quelqu'un ». Cette définition de la violence est également acceptée par les philosophes et les spécialistes des sciences humaines (voir Roy, 1989 ; Hébert, 1989). Nous nommerons violence interpersonnelle ce type d'interaction entre un agresseur et sa victime. Actuellement, il est habituel, dans les milieux de l'éducation et des affaires sociales, comme dans la société en général et ses moyens de communication de masse, d'employer le terme de violence pour désigner une réalité beaucoup plus vaste et dont les contours sont souvent flous. Un terme d'utilisation aussi fréquente exige quelques clarifications. 

D'abord, il faut distinguer, d'une part, les situations, les attitudes et les valeurs violentes et, d'autre part, les comportements violents. L'énumération des premières pourrait être fort longue : racisme, sexisme, pauvreté, marginalisation des déviants, exclusion économique, guerre, violence à la télévision, etc. Ces mentalités et ces conditions sociales favorisent l'émergence de comportements violents dans les sociétés contemporaines. Même si le terme de violence est utilisé pour les désigner, il s'agit souvent de causes du comportement violent. Dans ce chapitre, nous nous limiterons à la définition usuelle de la violence, c'est-à-dire les manières d'agir, les gestes violents des individus, les comportements qui impliquent une interaction entre deux ou plusieurs personnes sur un fond de coercition. Même en se limitant à la violence interpersonnelle, il s'agit d'une réalité complexe. D'un point de vue scientifique, les conduites violentes ont l'avantage d'être facilement mesurables parce que spécifiques et, d'un point de vue social, elles constituent un phénomène visible, circonscrit et inquiétant et elles exigent une action énergique de protection de la société et d'aide aux auteurs et aux victimes. 

La définition des comportements violents ne saurait être complète sans tenir compte de la cible des gestes violents. Ainsi, il convient de distinguer au moins cinq types d'utilisation de la force dans le cadre des relations interindividuelles : a) les agressions symboliques (mimer un sentiment, claquer une porte, donner un coup de poing dans le vide, etc.) : b) les agressions verbales (crier, répliquer, engueuler, etc.) ; c) les agressions psychologiques (menacer, intimider, laisser craindre, etc.) ; d) les agressions physiques (attaquer, se bagarrer, faire des attouchements sexuels, etc.) ; e) les agressions matérielles que constitue la destruction des biens d'autrui (vandaliser la propriété privée ou publique). Ce chapitre s'attarde à deux de ces cinq types de manifestations de la violence interpersonnelle, à savoir les agressions psychologiques et les agressions physiques. 

En nous limitant à la violence interpersonnelle de nature psychologique et physique, nous diminuons la confusion qu'entretient l'utilisation du terme générique de violence et nous nous intéressons à un phénomène social qui accapare, avec raison, l'attention des citoyens, des professionnels et des institutions. Nous aborderons plus particulièrement les thèmes suivants : les formes de violences interpersonnelles, le cheminement individuel vers les actes violents, les causes de la violence chez les adolescents en difficulté de même que les caractéristiques personnelles et sociales de ces adolescents.


Retour au texte de Jean-Marc Leblanc, criminologue, retraité de l'Université de Montréal Dernière mise à jour de cette page le mardi 19 décembre 2006 8:22
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref