RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Marc Leblanc, “La carrière criminelle: définition et prédiction (1986)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Marc LE BLANC, “La carrière criminelle: définition et prédiction”. Un article publié dans la revue Criminologie, vol. 19, no 2, 1986, pp 79-99. Numéro intitulé “Politiques et pratiques pénales. 25 ans de réflexion et d'action”. Centre international de criminologie comparée Montréal: Les Presses de l'Université de Montréal.

Introduction

The concept of a criminal « career » is being used more and more in the recent criminological literature. This article analyzes the pertinence of explaining this concept by its specific components. To do this, the criminal activities of a sample of adolescents and a group of wards of the Montreal Court between the ages of seven and twenty-five are described (precocity, frequency, variety, gravity, aggravation, violence, duration). Two stages were detected in the criminal career, their degree of stability and paths of development. The dynamics of the criminal activity are described. Finally, the predictability of an intensification of criminal activities is analyzed. Given the high degree of stability, predictability and mobility (marked by aggravation of the criminal activity), we conclude that recourse to the concept of a criminal career is essential to a better understanding and more accurate diagnosis of the process of acting out.

 

Le sens du mot carrière, c'est celui d'une activité humaine qui présente des étapes, une progression. Les sociologues ne délimitent pas autrement la notion de carrière. Ainsi, Becker (1970) la définit comme le patron des ajustements séquentiels que l'individu accomplit au réseau institutionnel, les organisations formelles et informelles qui constituent l'environnement immédiat dans lequel l'occupation s'insère. D'un point de vue criminologique, il faudrait dire que la carrière criminelle est l'ajustement continu de l'individu au monde conventionnel et criminel et au système de justice dans lequel l'activité criminelle s'insère. Becker ajoute que cette série d'adaptations doit être envisagée en termes de mouvements ascendants et descendants entre diverses positions sur le continuum de carrière. 

Cette notion de carrière est relativement absente des écrits criminologiques : des histoires de cas de criminels ont été écrites (Shaw, 1931 ; Sutherland, 1937...) ; les biographies et autobiographies de criminels sont innombrables ; les travaux dans la perspective du rôle délinquant sont plutôt rares (Clinard et Quinney, 1967 ; Gibbons, 1955 ; Lemert, 1975 ; Schur, 1971) ; et plus récemment les chercheurs se sont intéressés à l'identification des délinquants chroniques (Wolfgang et al., 1978 ; Farrington, 1981, 1984, 1985a, 1985b ; West et Farrington, 1977 ; Peterson et al., 1980 ; Blumstein et al., 1980, 1985 ; McCord, 1981 ; Polk, 1978 ; Rojeck et Erickson, 1981 ; Petersilia et al., 1977 ; Peterson et al., 1980 ; Chaiken et Chaiken, 1982 ; Wolfgang et Tracy, 1982 ; Hanpaneen et Jesness, 1982 ; Mathias et al., 1984 ; Dunford et Elliot, 1984). En somme, les travaux de recherche sur l'activité antisociale, comme carrière, sont rares. Une véritable criminologie de la carrière criminelle n'est qu'embryonnaire dans les travaux les plus récents (Blumstein et al., 1982, 1985 ; Bellot et al., 1984 ; Bellot et Le Blanc, 1984). 

Cette criminologie de la carrière criminelle requiert la vérification de l'existence d'une progression à travers des stades dans l'activité criminelle des individus ; et c'est seulement si cette condition est remplie que nous pourrons utiliser la notion de carrière criminelle. Notre système de justice suppose l'existence de stades, puisqu'il distingue les tribunaux pour mineurs et pour adultes et les politiques criminelles qui s'appliquent à chacune de ces populations (les moins de dix-huit ans et les dix huit ans et plus) ne sont pas identiques : déjudiciarisation et traitement, surtout en milieu naturel, dans le système de justice pour mineurs et rétribution et incarcération dans le système de justice pour adultes. Le sens commun distingue le délinquant juvénile et le criminel adulte et les délinquants, eux-mêmes, reconnaissent qu'être un mineur ou un adulte n'appelle pas les mêmes attitudes, ni les mêmes comportements de la part de la société et des tribunaux : on est plus sévère avec les adultes.


Retour au texte de Jean-Marc Leblanc, criminologue, retraité de l'Université de Montréal Dernière mise à jour de cette page le mardi 15 août 2006 14:38
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref