RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Simon LANGLOIS, “Le niveau de vie des familles: déclassement et effet de génération” (1994)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Simon LANGLOIS, “Le niveau de vie des familles: déclassement et effet de génération”. Un article publié dans l'ouvrage sous la direction de Gilles Pronovost, Comprendre la famille. Actes du 2e Symposium québécois de recherche sur la famille, pp. 17-30. Québec : Les Presses de l'Université du Québec, 1994, 462 pp. [Autorisation de l'auteur accordée le 10 août 2004 de publier cet article dans Les Classiques des sciences sociales.]

Introduction

L'examen des caractéristiques de la famille est devenu essentiel - au même titre que l'étude de la participation au marché du travail - pour comprendre la place occupée dans la société [1]. Celle-ci est encore fortement dépendante de l'emploi occupé, certes, mais le type de familles dans lequel vivent les individus s'avère de plus en plus déterminant. Le chômage n'a pas la même portée pour une personne si celle-ci est le seul soutien financier d'une famille monoparentale comptant trois enfants ou si elle est mariée à un conjoint ou à une conjointe ayant un revenu plus élevé et une bonne sécurité d'emploi. De même, le nombre d'enfants affecte le niveau de vie réel des individus et des familles dans une société marquée par l'extension de la consommation marchande. 

Quatre facteurs en particulier ont affecté la position des familles dans la société : le travail salarié des mères, la baisse de la fécondité, le travail salarié des adolescents et les ruptures d'union. Autrement dit, les types de familles et les mutations qui affectent celles-ci sont devenus des sources majeures de variations du niveau de vie qui s'ajoutent à - ou se conjuguent avec - la place occupée par les hommes et les femmes dans le système de production. 

Nous proposons d'analyser quelle a été l'évolution depuis vingt ans, soit de 1970 à 1990, des revenus disponibles et du niveau de vie des familles ayant des enfants présents à la maison au Québec. Plusieurs questions retiendront notre attention. Le niveau de vie réel des familles a-t-il augmenté ou diminué au cours de cette période ? Peut-on dire qu'il y a une plus grande polarisation entre les familles et peut-on soutenir que le nombre des familles appartenant à la classe moyenne est en déclin ? Enfin, la situation des jeunes familles se détériore-t-elle, compte tenu des difficultés que connaissent les jeunes sur le marché du travail ? 

Ces questions sont vastes, on le reconnaîtra volontiers. Mais il nous parait nécessaire de les aborder toutes, ne serait-ce qu'à un niveau assez global, afin de donner une vue d'ensemble de la place occupée par les familles dans la société contemporaine.


[1] L'auteur remercie Johanne Bujold, assistante de recherche à l'IQRC, pour son travail de préparation des données.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le dimanche 30 décembre 2007 21:11
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref