RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

L'ART PUBLIC DANS LES CAMPUS UNIVERSITAIRES. (2012)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir du texte de Maurice Lagueux, philosophe, Université de Montréal, L'ART PUBLIC DANS LES CAMPUS UNIVERSITAIRES. Montréal: texte inédit. Rapport de recherche, novembre 2012, 87 pp. [Autorisation accordée par l'auteur le 6 décembre 2012 de diffuser ce rapport dans Les Classiques des sciences sociales.]

Introduction


Depuis fort longtemps, les universités se sont préoccupées non seulement de l’enseignement des arts, mais aussi de la mise en valeur de la production artistique. Plusieurs universités se sont offert des lieux de plus en plus appropriés aux performances théâtrales et musicales exécutées d’abord par les étudiants, puis, de plus en plus, par des artistes professionnels dans des spectacles ouverts au grand public. Plusieurs universités s’enorgueillissent aujourd’hui de leur Performing Arts Center où l’on présente des pièces de théâtre, des concerts et des spectacles de danse de haute qualité. C’est même le cas de collèges de taille relativement modeste comme Bard College, situé dans un petit village de la vallée de l’Hudson, où l’on a inauguré récemment une vaste et spectaculaire salle de concert signée Frank Gehry, salle qui semble vouloir rivaliser avec le fameux Disney Concert Hall que le même architecte a construit à Los Angeles.

Il n’y avait évidemment pas de raison pour que les arts visuels fassent exception à la règle. Aussi, dans la plupart des institutions académiques, a‐t‐on a accumulé des collections de peintures, de sculptures et de pièces archéologiques dont on a occasionnellement fait bénéficier la clientèle étudiante quand les oeuvres en question n’étaient pas exclusivement réservées à l’ornementation du bureau des administrateurs. Là aussi, on a progressivement créé des lieux où ces oeuvres d’art ont pu être exposées, au moins en partie, de manière à ce que les étudiants, puis leurs visiteurs et enfin le grand public, y aient accès. Pour loger ces collections, on a construit de petites galeries d’art, puis de véritables musées dont certains rivalisent aisément avec ceux que se sont offerts de nombreuses villes d’importance respectable. Pour concevoir des musées d’une qualité architecturale digne des collections à  [2] présenter, on a même recouru souvent aux architectes les plus illustres, en s’engageant sur une voie ouverte à l’Université Yale, qui dès 1953 faisait appel à Louis Kahn pour loger ses riches collections. À titre d’exemples de cette nouvelle orientation, on peut penser au musées d’art de l’Université Cornell et de l’Université d’Indiana, tous deux conçus par Ieoh Ming Pei ou à celui de Wellesley College signé Rafael Moneo.


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mercredi 26 décembre 2012 22:05
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref