RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Jean Jamin
Anthropologue français, directeur d'Études à l'École des Hautes Études en Sciences sociales (EHESS),
où il enseigne l'histoire et l'épistémologie de l'anthropologie sociale.




Jean Jamin est ethnologue, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales, fondateur, avec Michel Leiris, de la revue Gradhiva, et directeur de L'Homme, revue française d'anthropologie. Il est membre du Laboratoire d'anthropologie et d'histoire de l'institution de la culture (Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain du CNRS, Paris).

France culture. Entretien, 29 juin 2010. [EN LIGNE] Consulté le 16 décembre 2011.
Jamin Jean

Directeur d’études - EHESS

Contact : jamin@ehess.fr


Parcours de recherche

Né le 26 avril 1945 à Charleville-Mézières (Ardennes), Jean Jamin est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales, où, depuis quatorze ans, il enseigne l’histoire et l’épistémologie de l’anthropologie sociale.

Après des études de philosophe et de sociologie à la Sorbonne, il est devenu – dans le cadre de l’Orstom (Ird actuel) dont, sous la direction de Denise Paulme, il est un ancien élève – ethnologue européaniste et africaniste : il a notamment entrepris des recherches pendant plusieurs années sur les Ardennais du plateau belge et français, puis sur les Kikuyu du Kenya et les Sénoufo du nord de la Côte-d’Ivoire, s’attachant à l’étude des processus de transmission des savoirs et à celle des discours, symboles et rites initiatiques. En 1984, il a formé, au Musée de l’Homme, une équipe de recherche associée au Centre national de la recherche scientifique sur l’épistémologie et l’histoire du savoir ethnographique (RCP 847 puis GDR 847) , et y a fondé un département d’archives de l’ethnologie. En 1986, avec Michel Leiris, il a créé, aux Éditions Jean-Michel Place, la revue Gradhiva, qu’il a dirigée pendant dix ans, et la collection Les Cahiers de Gradhiva (depuis 2005 et à la suite d’un acte de donation, la revue Gradhiva est éditée par le musée du quai Branly). En 1996, il a pris la succession de Jean Pouillon à la direction de L’Homme, revue fondée en 1960 par Émile Benveniste, Pierre Gourou et Claude Lévi-Strauss et publiée par le Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France et les Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Sa longue collaboration et ses liens d’amitié avec Michel Leiris l’ont amené, depuis la mort de celui-ci en 1990, à veiller aux destinées posthumes de son œuvre et à publier notamment – dans des éditions établies, présentées et annotées par lui – son Journal inédit (Paris, Gallimard, 1992, 954 pages) ainsi que ses travaux ethnologiques concernant l’Afrique noire rassemblés dans l’ouvrage Miroir de l’Afrique (Paris, Gallimard, 1996, 1480 pages). Il collabore, depuis cinq ans, à l’édition critique des œuvres littéraires de Michel Leiris dans la Bibliothèque de la Pléiade, dont le premier volume (l’ensemble en comportera trois) est paru en octobre 2003 aux Éditions Gallimard.

En plus de travaux sur l’épistémologie et l’histoire de l’anthropologie, les recherches actuelles de Jean Jamin portent sur l’ethnologie de l’objet, l’anthropologie de la fiction, de la littérature et de la musique qu’elle soit populaire ou savante, s’inscrivant dans le prolongement des travaux, réflexions et intuitions de celui qui, en ce domaine, fut son maître à penser, André Schaeffner. En collaboration avec l’ethnologue Patrick Williams, il s’est notamment attaché à fonder une anthropologie historique du jazz dont les modes d’approche, les cadres d’analyse et les enjeux ont été exposés dans deux numéros spéciaux de L’Homme parus en mai 2000 (Jazz et anthropologie, n° 158-159) et en janvier 2006 (Chanter, Musiquer, Écouter, n° 177-178), et sont mis en œuvre, depuis six ans, dans un séminaire de l’École des hautes études en sciences sociales.

Outre cent cinquante articles publiés dans des revues savantes, Jean Jamin est notamment l’auteur de : Contacts et antagonismes culturels en pays kikuyu, Kenya (Paris, Éditions l’Institut d’ethnologie, 1973), Les Lois du silence. Essai sur la fonction sociale du secret (Paris, Éditions François Maspéro, 1977) ; La Tenderie aux grives chez les Ardennais du plateau (Paris, Éditions de l’Institut d’ethnologie, 1979) ; Exotismus un Dichtung, über Victor Segalen (Francfort, Qumran, 1981) ; Aux origines de l’anthropologie française – en collaboration avec Jean Copans (Paris, Éditions Jean-Michel Place, 1993). Il a également dirigé des numéros spéciaux de revue dont : Musées d’ici et d’ailleurs, (Gradhiva n° 24, 1998) ; De L’esclavage, (L’Homme n° 145, 1998) ; avec Patrick Williams, Jazz et anthropologie, (L’Homme n° 158-159, 2000) ; avec François Zonabend, Archives et anthropologie, (Gradhiva n° 30-31, 2002) ; un volume en hommage à l’anthropologue Jean Bazin, Espèces d’objets (L’Homme n° 170, 2004) ; et, récemment, Chanter, Musiquer, Écouter ( L’Homme n° 177-178, 2006).

Séminaires principaux :

– Histoire et épistémologie de l’anthropologie sociale. Questions de méthodes et de concepts – Jazz et anthropologie, avec Patrick Williams, directeur de recherche au Cnrs.

Séminaires secondaires :

– Anthropologie de la littérature et de la fiction, avec Jean-Paul Colleyn, directeur d’études à l’ehess – Archives et sciences sociales, avec Vincent Duclert, professeur agrégé à l’ehess (séminaire suspendu en 2005-2006) – Anthropologie des mondes contemporains, avec Jean-Paul Colleyn et Jean-Pierre Dozon, directeurs d’études à l’Ehess – Anthropologie générale et philosophie, en collaboration avec François Flahault, directeur de recherche au Cnrs et Lorenzo Vinciguerra, maître de conférences à l’Université de Reims.

Tous ces séminaires ont lieu à l’École des hautes études en sciences sociales.

Bibliographie

2002a – “Archivari”, Gradhiva, n° 30-31, pp. 56-66. (En collaboration avec Françoise Zonabend.)

2002b – “Les feuilles de route de Michel Leiris en Côte-d’Ivoire”, Gradhiva, n° 30-31, pp. 183-196. (En collaboration avec Jean-Pierre Dozon.)

2002c – “Reluquaire”, in Marc-Olivier Gonseth, Jacques Hainard Roland Kaehr (Eds.), Le Musée cannibale, Neuchâtel, Musée d’ethnographie, pp. 289-295.

2003a – “Rapport des jeux et des rites (un cours inédit de Marcel Mauss au Collège de France, 1937)”, Socio-anthropologie, n° 13, 2003, pp. 1-9.

2003b – [Ed.] La Règle du jeu, de Michel Leiris. Volume 1 des Œuvres complètes, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1872 pages. (En collaboration avec Denis Hollier, Catherine Maubon, Pierre Vilar Louis Yvert.)

2004a – “Miroir d’altérités : la partition métissée”, in Serge Gruzinski (Ed.), L’Expérience métisse, Paris, Musée du quai Branly, pp. 160-178.

2004b – “La règle de la boîte de conserve”, L’Homme, n° 170, pp. 7-10.

2004c– “Voix sans issue. À propos de Strange Fruit”, L’Homme, n° 170, pp. 199-230.

2004d –”Jazz e antropologia. Due mondi così Lontani ?”, Musica jazz, 60eannée, n° 11, pp. 34-38.

2004e – “Jazz e Antropologia”, conférences à l’Académie de France à Rome (villa Médicis) et à l’Università di Roma “Tor Vergata”, 27 et 29 avril 2004.

2004f – [Ed.] Francis Bacon, face et profil, de Michel Leiris, Paris, Albin Michel, 194 pages.

2005a – “Rendez-vous manqué avec le vodou”, Gradhiva, n° 1, nouvelle série, 2005, pp. 225-242.

2005b – “Fictions haut régime. Du théâtre vécu au mythe romanesque”, L’Homme, n° 175-176, pp. 165-202.

2006c – “Sonner comme soi-même. Ce que ne nous disent pas les vies de Billie Holiday”, L’Homme, n° 177-178, pp. 179-198.

2006d – “L’introduction d’André Schaeffner à Musique et danses funéraires chez les Dogons de Sanga”, précédé de “Hot Music. Une lettre inédite de Michel Leiris à André Schaeffner, 8 mars 1935”, L’Homme, n° 177-178, pp. 207-250 et pp. 199-206.

2006e – “Anthropologie d’un tube des Années folles”, Gradhiva, n. s., n° 4, pp. 3-33. (En collaboration avec Yannick Séité.)

2006f – Traduction en italien de 2006e :“ Antropologica di un ‘tube’ delgli anni rugenti. Da Novecento a Some Of Theses Days”, Annali del Dipartimento di Storia, Università degli studi di Roma “ Tor Vergata”, Ome, Biblink editori,2/ 2006, pp. 189-254.


Source: IIAC, LAHIC, Institut interdisciplinaire d'anthropologie du contemporain. [EN LIGNE] Consulté le 16 décembre 2011.


Retour à l'auteur: Marc Bélanger Dernière mise à jour de cette page le vendredi 16 décembre 2011 11:45
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref