RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Joëlle Canton
magistrate et psychologue française




“La « Classification québécoise » dite
« Processus de production du handicap »
peut-elle contribuer à la production de connaissances
et aider à la prise de décisions ?” (2010)

Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Joëlle Canton, “La « Classification québécoise » dite « Processus de production du handicap » peut-elle contribuer à la production de connaissances et aider à la prise de décisions ?.” Interactions, Revue internationale et pluridisciplinaire de recherche sur les dysfonctions et les handicaps, vol. 2, Janvier 2010, 32 pp. [Autorisation accordée le 12 avril 2010 par Marc Maudinet, directeur du CTNERHI, de diffuser tous les textes de la revue dans Les Classiques des sciences sociales]

Courriel: m.maudinet@ctnerhi.com.fr.
Directeur du CTNERHI, Centre Technique National d'Études et de Recherches sur les Handicaps et Inadaptations, Paris.


Joëlle Canton est magistrate et psychologue. Elle a collaboré aux missions d’expertise confiées par le centre collaborateur français de l’Organisation mondiale de la santé au Laboratoire CNRS « Parole et Langage », sous la direction de Christian Rossignol.

Courriel: joelle.canton@laposte.net.

La « Classification québécoise »
dite « Processus de production du handicap »
peut-elle contribuer à la production de connaissances
et aider à la prise de décisions ?

Des travaux menés par le « Comité Québécois sur la Classification internationale des déficiences, incapacités et handicaps » parallèlement au processus de révision de l’I.C.I.D.H., ont conduit à la production d’une « classification » distincte de celle de l’O.M.S.

La troisième version de cette « classification », dite « Processus de production du handicap », publiée en 1998 –considérée par ses promoteurs comme une version finale, achevée et validée – semble se situer en concurrence plutôt qu’en complémentarité de celle de l’O.M.S.

Intitulé « Classification », ce texte est en fait constitué de 5 documents distincts intitulés « nomenclature », dont aucun ne possède les propriétés formelles d’une classification. L’expression « Processus de production du handicap » n’y renvoie pas à un ensemble délimité d’objets ou d’espèces susceptibles d’être classés mais constitue le nom propre d’un « modèle » qui se présente comme « modèle explicatif des causes et conséquences des maladies, traumatismes et autres atteintes à l’intégrité et au développement de la personne ».

L’analyse de ces différentes nomenclatures montre que celles-ci n’ont pas été conçues en fonction d’un objectif général d’« explication » du « processus de production du handicap », autrement dit « processus de production de l’exclusion sociale » et qu’elles ne peuvent prétendre y contribuer de façon significative. A contrario, l’objectif principal en fonction duquel ce document a été conçu semble être de fournir à des « experts » un moyen d’établir des « profils individuels » à partir de jugements portés sur des personnes, sur la nature et l’étendue de leurs « besoins », leur « appartenance à un groupe cible », leurs droits à « indemnisation ».



TOUS LES TEXTES DE LA REVUE
interactions.
Revue internationale et pluridisciplinaire de recherche sur les dysfonctions et les handicaps

Revenir à l'auteur: Jacques Brazeau, sociologue, Univeristé de Montréal Dernière mise à jour de cette page le vendredi 16 avril 2010 11:38
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref