RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Dialectique matérialiste et nationalisme historique (1978)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Charles Halary et Jacques Mascotto, “Dialectique matérialiste et nationalisme historique”. Un article publié dans la revue Les Cahiers du socialisme, Montréal, no 1, printemps 1978, pp. 87-186. [Autorisation formelle accordée par M. Halary le 13 août 2007 de diffuser cet article dans Les Classiques des sciences sociales.]

Introduction

"Historiquement, il est impossible à un grand peuple de discuter avec un tant soit peu de sérieux ses questions intérieures aussi longtemps que l'indépendance nationale fait défaut". 

Friedrich Engels, lettre à Karl Kautsky, Londres 7-15 février 1882 dans Karl Marx, Friedrich Engels, Le parti de classe Tome IV, Maspero, 1973, p. 13. 

"Un mouvement international du prolétariat en général n'est possible qu'entre nations indépendantes" ibid., p. 14 

 

Dans les grands États du centre impérialiste, la Sécurité Nationale est devenue l'idéologie de survie des classes dominantes. Il ne s'agit plus de construire la Nation comme au 19e siècle (c'est-à-dire l'État du groupe ethnique dominant) mais de la préserver contre la désintégration territoriale et la subversion sociale. Dans ces grands États des communautés ethniques, que le capitalisme n'a pas fait disparaître, revendiquent des droits qualifiés eux aussi de nationaux. Comment doit-on considérer ces mouvements qui secouent le Canada, la Grande-Bretagne, la France, l'Espagne d'un côté et l'URSS de l'autre ? Un élément nouveau est apparu depuis le 19e siècle : la prolétarisation généralisée des sociétés impérialistes. Celle-ci a-t-elle une répercussion directe sur la dynamique de ces nouveaux mouvements nationaux ? 

Nous allons tenter, dans cet article de répondre à cette interrogation. 

Dans une première section nous mentionnons en quoi les diverses tentatives objectivistes de définition de la nation sont insatisfaisantes, pourquoi il faut critiquer le principe de Lénine : le droit absolu à l'auto-détermination relative. Ceci nous conduit à souligner l'impossibilité de fixer de manière a-historique le terme nation à la manière des Encyclopédistes du 18e siècle. Après avoir mis en relief les relations marché mondial/réseau d'États nous exposerons les premiers jalons d'une théorie de la nation. 

Ensuite, dans la deuxième section, il sera traité des problèmes du développement inégal et combiné au centre des États impérialistes. 

La troisième section recouvre les problèmes de la relation conscience de classe/conscience nationale. 

La conclusion montre comment en retournant à Marx il est possible d'énoncer une série de propositions rendant compte des mouvements contemporaine de désintégration interne des États bureaucratiques et impérialistes.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le jeudi 16 août 2007 18:20
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref