RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Science et foi au milieu du XXe siècle. Un débat de conscience de l'Occidental moderne. (1956)
Un débat de conscience de l'Occidental moderne


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Georges Gusdorf, Science et foi au milieu du XXe siècle. Un débat de conscience de l'Occidental moderne. Paris: S.C.E., 1956, 123 pp., 2e édition revue. Une édition numérique réalisée par Chafik Graiguer, bénévole, enseignant de philosophie, chercheur en philosophie de la religion, au Maroc. [Autorisation des ayant-droit le 2 février 2013 de diffuser l'oeuvre de l'auteur dans Les Classiques des sciences sociales.]

[3]

Science et foi au milieu du XXe siècle.
Un débat de conscience de l’Occidental moderne.

Un débat de conscience
de l'Occidental moderne


La sensibilité intellectuelle du Français moyen est fortement marquée par certains thèmes obligés, autour desquels les générations précédentes ont dépensé d'incroyables quantités d'énergie et de passion. Par exemple, le débat entre l'école libre et l'école sans Dieu a mobilisé chez nous d'innombrables bonnes volontés antagonistes, dont les efforts ont produit un résultat sensiblement égal à zéro, tout en laissant dans l'âme populaire pas mal de cicatrices et de ressentiments inapaisés. On imagine sans peine l'ampleur des résultats positifs qui auraient pu être obtenus, si toutes ces forces, au lieu d'être gaspillées en vain, avaient été consacrées au bien commun. Les Anglais, qui n'ont pas connu ces luttes, ont joui de ce fait, entre 1870 et 1914, d'un surcroît de puissance et de prospérité, en un temps où les idoles de la France étaient Mgr Freppel et le petit père Combes, le capitaine Dreyfus, Esterhazy ou le colonel Henry, tous personnages, au demeurant d'un gabarit plutôt médiocre, s'il est permis de le dire, aujourd'hui [4] encore, sans choquer des convictions partisanes toujours vivaces.

Pareillement, le conflit de la science positive et de la foi semble constituer un présupposé de la situation intellectuelle de notre époque. Bon nombre d'hommes de bonne foi estiment, de part et d'autre, que l'un des adversaires finira par l'emporter. Or il s'agit là d'une opposition, somme toute récente, née avec la constitution, en Occident, d'une civilisation fondée sur la connaissance objective de la nature et sur l'utilisation technique de ce savoir, qui multiplie indéfiniment la puissance humaine. La tension demeure donc restreinte à un certain type de structure mentale et sociale. On peut même penser qu'elle est un aspect d'une crise de croissance, et donc qu'elle ne présente pas un caractère définitif, inéluctable.

La civilisation médiévale fut déchirée par la lutte entre les deux glaives, le spirituel et le temporel. À Canossa, en 1077, le pape Grégoire VII triomphe de l'empereur Henri IV. En 1303, à Anagni, Guillaume de Nogaret, envoyé par Philippe le Bel, giffle le pape Boniface VIII, qui avait excommunié le roi de France. Le Moyen-Age va bientôt finir ; le sacerdoce a perdu la partie. Un nouveau conflit inexpiable va s'élever, avec la Renaissance, non plus entre l'Église et le pouvoir civil, mais entre l'Église et le Savoir. Rome a dû subir la séparation de l'Église et de l'Etat, à laquelle elle s'était désespérément opposée ; le catholicisme ne s'en porte pas plus mal pour autant. Nullement instruit par l'expérience, il poursuit depuis le XVIe siècle un combat retardateur désespéré contre l'émancipation de la recherche intellectuelle, qui suscite de la part des savants [5] une légitime défense et un désir de revanche. De part et d'autre on rêve d'écraser l'infâme, et la nostalgie de Canossa trouve sa contrepartie dans la nostalgie d'Anagni.



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le dimanche 21 février 2016 19:09
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref