RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Georges Gusdorf (1912-2000)
philosophe et épistémologue français.


Georges Gusdorf

Biographie et informations
Nationalité : France
Né(e) à : près de Bordeaux , 1912
Mort(e) le : 17/10/2000

Biographie :

Georges Gusdorf est un philosophe et épistémologue français, issu d'une famille juive originaire d'Allemagne et né près de Bordeaux en 1912. Il est mort le 17 octobre 2000, à l'âge de quatre-vingt-huit ans.

Georges Gusdorf a été marqué par Søren Kierkegaard et par le théologien protestant suisse Karl Barth. Élève de Gaston Bachelard à l'École normale supérieure (ENS) de Paris, où il est préfet des études, il fait aussi des études à la Sorbonne sous la direction de Léon Brunschvicg, dans les années 1930 - l'époque d'André Lalande et d'Émile Bréhier. Il est fait prisonnier pendant la guerre entre 1940 et 1945. Il est ensuite nommé professeur à l'université de Strasbourg, occupant la chaire de philosophie générale et de logique. Il n'avait alors publié qu'une thèse, La Découverte de soi, matrice de ses futurs travaux sur la mémoire et rédigée au cours de sa longue captivité à Lübeck, pendant la Seconde Guerre mondiale. Dans les années 1950, il prend la charge de répétiteur à l'ENS, préparant à l'agrégation de philosophie. Il y succède à Merleau-Ponty, et est maître d'Althusser et de Foucault.

Gusdorf raconte que dans son camp de prisonniers, le milieu des officiers de carrière était favorable à Vichy. Avec quelques-uns de ses camarades, il réussit à retourner les esprits. « C'est grâce à vous que nous avons pu rentrer la tête haute », lui a dit après la guerre un officier prisonnier avec lui. La captivité a surtout été l'occasion pour Georges Gusdorf de s'intéresser à un genre qui d'ordinaire ne tente pas les philosophes, l'autobiographie.

De 1966 à 1988, il publie chez Payot les quatorze volumes d'une vaste recherche encyclopédiste, Les Sciences humaines et la Pensée occidentale. En 1968, indigné par la révolte étudiante, il s'exile à l'Université Laval, située à Québec, mais revient à Strasbourg, une fois le calme revenu. Georges Gusdorf affirme avoir en quelque sorte prévu l'explosion dans son ouvrage L'Université en question, paru en 1964.

Source: Babelio,
Georges Gusdorf. [EN LIGNE] Consulté le 2 février 2013.


Retour à l'auteur: Marc Bélanger Dernière mise à jour de cette page le samedi 2 février 2013 9:45
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cegep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref