RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

La langue politique et la Révolution française. De l'événement à la raison linguistique. (1989)
Table des matières


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de Jacques Guilhaumou, La langue politique et la Révolution française. De l'événement à la raison linguistique. Paris: Méridiens Klinckieck, 1989, 212 pp. Collection: Librairie du bicentenaire de la Révolution française. Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure à la retraite de la l'École polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi. [Autorisation formelle accordée par l'auteur le 16 août 2008 de diffuser ce livre dans Les Classiques des sciences sociales.]

Table des matières

Introduction : la formation de la langue politique

PREMIÈRE PARTIE :

DE LA LANGUE DU DROIT À LA « LANGUE DU PEUPLE » : LA CONSCIENCE LINGUISTIQUE DES RÉVOLUTIONNAIRES (1789-1792)

Chapitre I : 1789, l'expression du droit : l'acte de demande dans l'horizon de la liberté

A. Les cahiers de doléances : du principe de la citoyenneté à l'acte de demande

B. L'assemblée constituante à la conquête de l'hégémonie discursive

1. De l'acte d'obligation à l'acte de demande
2. La Déclaration des droits : l'économie des signes

C. Les limites de la représentation politique : la logique punitive de l'émeute

1. Les situations d'émeute (mars-juillet 1789) : le « peuple » opposé aux « citoyens »
2. Les journées d'octobre : le Peuple-citoyen, la demande de pain et la conquête de la liberté

Chapitre II : 1790-1791, la mise à l'ordre du jour de la langue de la constitution

A. L'élite modérée et la promotion d'une « linguistique du fait »

1. L'« abus des mots » : l'exemple du mot « aristocrates ».

2. Les « tours de force » des « amis du bons sens » : le genre burlesque au service de l'énoncé du fait

3. Stratégies d'usage des mots en politique : Duquesnoy et L'Ami des patriotes, les Révolutions de Paris, Robespierre

B. L'initiative linguistique des jacobins : le « grammairien patriote » François-Urbain Domergue à la recherche de la langue d'un peuple libre

1. Le Journal de la langue française : rendre intelligible la langue de la liberté (janvier-juin 1791)

2. Le contexte politico-linguistique de l'été 1791

3. La formation de la société des amateurs de la langue française: constituer un dictionnaire de la langue politique

Chapitre III : 1792, la formation du savoir politique jacobin : du langage en acte des porte-parole à la « langue du peuple » des législateurs.

Préliminaire : la lettre de la loi

A. Le porte-parole et la représentation des droits : l'exemple des «missionnaires patriotes» provençaux

1. Le printemps 1792 : construire l'espace de la langue de la constitution contre « la coalition criminelle du fanatisme et de l'aristocratie réunis »

2. L'été 1792 : le langage de salut public à l'ordre du jour

B. Le législateur institue la langue populaire, langue de la politique. La question du langage politique légitime (Rousseau/Robespierre)

1. Le législateur institue le contrat social (Rousseau).
2. La nomination politique dans le discours robespierriste

3. Naissance d'un savoir politique : Robespierre thématise le «mouvement populaire»

a) Le récit du 10 août : «un spectacle qu'aucune langue ne peut rendre»

b) Robespierre, porte-parole de la commune, institue le « langage de vérité » des délégués du peuple »

c) « On vous a bien souvent parlé des événements du 2 septembre »

DEUXIÈME PARTIE :

ASPECTS DE L'ÉCONOMIE LINGUISTIQUE:
LA RATIONALITÉ DE L'ACTE DE PAROLE (1792-1794)

Préliminaire : de la conscience linguistique à l'économie linguistique

Chapitre IV : De l'acte de parole à la syntaxe : Antoine Tournon et la Grammaire des sans-culottes (1794)

A. La langue française, fondement de l'organisation d'un peuple libre

1. La science des gouvernements : la connaissance de la langue, base de la législation révolutionnaire

2. La syntaxe de la langue française, espace d'universalisation des mots en politique

B. La Grammaire des Sans-culottes : une description raisonnée de la langue politique

1. Un acte de justification politique

2. Le système des exemples :une radiographie du discours révolutionnaire

3. Grammaire et historicité : trois étapes de la formation de la langue politique

Chapitre V : De la subjectivité de l'acte de parole à l'universalité du sens commun : les récits de vie politique (1793-1794)

A. Approche globale

B. La catégorisation de l'événement : les récits du 14 juillet 1789

1. Un événement fondateur : le peuple en armes
2. Le poids de la conjoncture : les Vies politiques, d'Antoine Collin

C. De l'acteur au personnage : le cas du Jacobin marseillais François Iosard

1. L'acte de commissaire : de l'événement à l'idéologie
2. L'ultime mise en scène du personnage de commissaire

Chapitre VI : Le pouvoir des idiomes et des langages différenciés le colinguisme démocratique

A. Les Jacobins et la langue provençale : l'initiative linguistique des « missionnaires patriotes » marseillais

1. Le Manuel du Laboureur et de l'Artisan, organe des missionnaires patriotes provençaux

2. La primauté expressive du texte écrit provençal

B. Les mille langues du Père Duchesne d'Hébert (1793-1794)

1. Le Père Duchêne ; porte-voix du peuple parisien

2. Le signifiant populaire, espace d'expérimentation de la langue politique

Annexes de la deuxième partie : la Grammaire des Sans-culottes (extraits)

Conclusion

Bibliographie



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mardi 9 décembre 2008 16:33
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref