RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Les Bedik (Sénégal oriental). Barrières culturelles et hétérogénéité biologique. (1971)
Table des illustrations du livre


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Jacques Gomila, Les Bedik (Sénégal oriental). Barrières culturelles et hétérogénéité biologique. Montréal: Les Presses de l'Université de Montréal, 1971, 273 pp. Une édition numérique réalisée par Marcelle Bergeron, bénévole, professeure à la retraite de l'École polyvalente Dominique-Racine de Chicoutimi.

Liste des cartes
Carte 1.
Habitat bedik et populations avoisinantes.
Carte 2.
Arrondissements du département de Kédougou.
Carte 3. Représentation schématique de l'habitat des différentes ethnies peuplant le département de Kédougou.
Liste des figures
Fig. 1. Représentation schématique des différents facteurs jouant dans l'équilibre génétique des populations (d'après I. M. Lerner, 1950).
Fig. 2. Pluviosité moyenne mensuelle et température moyenne mensuelle pour les régions de Tambacounda, Kédougou. et Labé (d'après le Climatological Atlas of Africa, CCTA/CSA (Commission de coopération technique pour l'Afrique au sud du Sahara/Conseil scientifique pour l'Afrique au sud du Sahara), 1961).
Fig. 3. Représentation schématique de l'organisation sociale des Bedik (d'après Evans-Pritchard, 1940a).
Fig. 4. Représentation schématique de la reconstitution des villages à partir des agglomérations ; les carrés de chaque agglomération sont renvoyés au village dont ils dépendent. Chacun des villages est représenté à l'échelle et le cercle qui les entoure figure, à la même échelle, le nouvel effectif de la population ainsi regroupée.
Fig. 5. Représentation schématique à l'échelle du mouvement des femmes entre villages au sein du groupe Bedik.
Fig. 6. Représentation schématique des échanges au niveau des deux fractions Banapas et Biwol. L'effectif total de la population est représenté à l'échelle sous forme de portions du carré global attribué à chacune d'elles. Le volume des femmes participant aux mariages analysés est figuré par un cercle. À l'intérieur de ces cercles, trois secteurs représentent la proportion de femmes gardées, de femmes reçues de l'autre fraction et de femmes reçues de l'extérieur.
Fig. 7. Représentation schématique des regroupements considérés dans le test de Bartlett et dans l'analyse de variance : opération 1 : ensemble des 6 villages par rapport à la totalité des Bedik ; opération 2 : 2 villages banapas par rapport à l'ensemble des Banapas; opération 3: 4 villages biwol par rapport à l'ensemble des Biwol; opération 4: fractions banapas et biwol par rapport à l'enserable des Bedik.
Fig. 8.
Types d'asymétrie.
Fig. 9.
Différentes formes de courbes symétriques.
Fig. 10. Représentation graphique des différences entre Banapas et Biwol pour les hommes ; les Biwol servent de terme de référence et leurs moyennes sont représentées par une ligne verticale ; les écarts significatifs des moyennes des Banapas sont figurés en fractions d'écart type (voir texte).
Fig. 11. Représentation graphique des différences entre Banapas et Biwol pour les femmes-résidence ; les Biwol servent de terme de référence et leurs moyennes sont représentées par une ligne verticale ; les écarts significatifs des moyennes des Banapas sont figurés en fractions d'écart type (voir texte).
Fig. 12. Représentation graphique des différences entre Banapas et Biwol pour les femmes-origine ; les Biwol servent de terme de référence et leurs moyennes sont représentées par une ligne verticale; les écarts significatifs des moyennes des Banapas sont figurés en fractions d'écart type (voir texte).
Fig. 13. Représentation graphique des différences entre moyennes pour tous les villages comparées deux à deux hommes (voir texte).
Fig. 14. Représentation graphique des différences entre moyennes pour tous les villages comparés deux à deux femmes-résidence (voir texte).
Fig. 15. Représentation graphique des différences entre moyennes pour tous les villages comparés deux à deux femmes-origine (voir texte).
Fig. 16. Représentation graphique de l'importance relative des compartiments forme et format pour les sous-groupes bedik : hommes. La ligne oblique marque la zone où les deux composantes sont égales ; les points situés au-dessus figurent les couples pour lesquels la forme prime, ceux qui sont au-dessous, les couples pour lesquels c'est le format qui prédomine.
Fig. 17. Représentation graphique de l'importance relative des compartiments forme et format pour les sous-groupes bedik : femmes-résidence. La ligne oblique marque la zone où les deux composantes sont égales; les points situés au-dessus figurent les couples pour lesquels la forme prime, ceux qui sont au-dessous, les couples pour lesquels c'est le format qui prédomine.
Fig. 18. Représentation graphique de l'importance relative des compartiments forme et format pour les sous-groupes bedik : femmes-origine. La ligne oblique marque la zone où les deux composantes sont égales ; les points situés au-dessus figurent les couples pour lesquels la forme prime, ceux qui sont au-dessous, les couples pour lesquels c'est le format qui prédomine.
Fig. 19. Représentation graphique de l'importance relative des compartiments forme et format pour les sous-groupes bedik et les populations de référence. La ligne oblique marque la zone où les deux composantes sont égales ; les points situés au-dessus figurent les couples pour lesquels la forme prime, ceux qui sont au-dessous, les couples pour lesquels c'est le format qui prédomine.
Fig. 20.
Représentation schématique
de l'expérience de R.C. Roberts.
Fig. 21.
Liste des photos
Photo 1. Le village d'Iwol (village 3), village fondateur des Biwol. Au premier plan, ce qui reste d'un champ de mil avec, parmi les pierres laissées en place, quelques tiges de mil couchées au sol. On remarquera l'aspect condensé de l'habitat, les regroupements de cases et de greniers représentant des carrés (iyanga). Au fond, des arbres préservés (baobabs, fromagers, roniers) fournissant l'ombre aux activités communes, travail ou danses. La photo a été prise en fin de saison sèche, le jour de l'initiation : les personnages, rassemblés à la sortie du village, s'apprêtent à poursuivre et fustiger les jeunes postulants, circoncis la même année. (Cliché J. Gomila 1963)
Photo 2. À l'intérieur d'un carré à Tchobo, la vie quotidienne des femmes : pilage et vannage du mil pour le repas quotidien. La case bedik est faite d'un mur circulaire en bambou revêtu d'adobe (ici seulement à l'intérieur) et d'un toit de paille conique. A gauche, on aperçoit un pilier servant de support à un grenier suspendu, sur lequel des paniers de mil, de haricots ou d'arachides sont mis à l'abri des animaux. À droite, au pied du mur, deux poulaillers, l'un en vannerie, l'autre fait d'une vieille poterie. Dans le lointain, au-delà des champs défrichés à proximité immédiate des habitations, on peut apercevoir la savane. (Cliché J. Gomila 1963)
Photo 3. Tama Kutemune Kamara Bakambar, jeune homme d'Etyes, préparé pour une fête : coiffure avec cimier et tresses, colliers de perles multicolores, boucles d'oreilles. Au fond, un grenier, légèrement surélevé. (Cliché J. Gomila 1963)
Photo 4. À Baratigera le carré des Bamana situé à environ 2 km de Tchobo. On trouve là l'aspect isolé de l'habitat. Y vivait en 1964 une famille polygyne : Tama Yongo, ses femmes et leurs enfants. Il ne s'agit pas à proprement parler d'un iyanga mais d'une unité résidentielle établie de façon permanente à proximité de ses champs, dépendant du véritable iyanga établi à Tchobo. La photo montre par ailleurs le paysage type de la savane arborée, légèrement accidentée, avec des herbes déjà sèches, des arbustes et quelques bouquets d'arbres. (Cliché J. Gontila 1963)
Photo 5. Dans le village d'Iwol des enfants dansent pendant une cérémonie. Tous ont revêtu le durup, petit pagne cache-sexe décoré, que l'enfant porte à partir d'environ 10 ans. On notera à gauche deux cases en construction : seuls les murs sont faits, et ici, contrairement à ce qu'on voyait sur la photo 4, le revêtement d'adobe est intérieur et extérieur. Au premier plan, des « sièges de pierres », tels que les a décrits R. Mauny (1963). (Cliché J. Gomila 1963)
Photo 6. Charo Wuri Samoura Banongal, homme d'Etyes, appartenant à une famille de forgerons. On notera le prognathisme modéré et l'ébauche de pli palpébral supérieur médian, classiquement appelé « pli hottentot ». (Cliché J. Gomila 1963)
Photo 7. Niano Sirayongo Keita Bangwod, femme biwol mariée à Charo Lamini Keita Beniampay, homme banapas d'Etywar. On notera la présence d'une paille dans la cloison nasale, remplacée à l'occasion des fêtes par un piquant de porc-épic. Remarquer également la forme des yeux avec bride interne marquée : ce caractère de type « bushmanoïde » est assez fréquent chez les femmes et même chez certains hommes. Plus marqué chez les femmes et les enfants, il tend à s'atténuer avec l'âge. (Cliché J. Gomila 1963)
Photo 8. Niano Aminata Kante Bandiel, femme de Gingara, mariée à Pate Kante Bandiel. Noter les parures de la chevelure et les nombreuses boucles d'oreilles. (Cliché J. Gomila 1963)
Liste des tableaux
Tableau 31. Résultats condensés du test de Bartlett: les chiffres en gras représentent les nombres de valeurs significatives de X2 par opération. Les mesures sont représentées par leur numéro et sont jointes par des droites lorsqu'elles révèlent une hétérogénéité de s2 dans plusieurs opérations simultanément
Tableau 34.
Résultats condensés du tableau 30
pour les hommes (voir texte)
Tableau 35. Résultats condensés du tableau 30
pour les femmes-résidence (voir texte)
Tableau 36. Résultats condensés du tableau 30
pour les femmes-origine (voir texte)

Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le mardi 2 juin 2009 7:26
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref