RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Lucien Goldmann
philosophe et sociologue français d'origine judéo-roumaine.


Biographie et informations

Nationalité : France
Né(e) à : Botoşani, Roumanie , 1913
Mort(e) à : Paris , 1970

Biographie :

Lucien Goldmann était un philosophe et sociologue français d'origine juive-roumaine. Il était sociologue marxiste de la philosophie et de la littérature, selon sa propre définition, dont l'œuvre se distingue par une conception originale de la littérature et par ses analyses de l'histoire des idées et de la culture.

Il était un Européen avant tout : à Vienne, il découvrit en 1933 l'austro-marxisme; à Paris, il fit à partir de 1934 des études de philosophie, d'économie et d'allemand; à Zurich, il prépara à partir de 1942 sa thèse sur Kant (la Communauté humaine et l'univers chez Kant, 1945); à Paris, il entra en 1946 au CNRS, puis en 1959 à l'École pratique des hautes études; à Bruxelles, il créa en 1961 le Centre de sociologie de la littérature, dont il devint le directeur en 1964.

Marqué par Hegel, Marx et György Lukács, il pensa toute réalité dans le cadre d'un matérialisme dialectique. Pour lui, la philosophie se distingue de l'idéologie, dans la mesure où cette dernière est une vision partielle, détotalisante et habitée par l'illusion d'être le centre de vérité du monde, alors que la philosophie est soit un système conceptuel, soit la manifestation conceptuelle et systématisante d'une vision historique du monde (Recherches dialectiques, 1959). Goldmann luttait, grâce à un humanisme matérialiste et dialectique, pour une Histoire qui accouche d'un monde sans classes, ni réification, ni exploitation, en somme un monde d'hommes libres.

Source:
Babelio. [EN LIGNE] Consulté le 19 août 2015.

Lucien Goldmann (né en 1913 à Bucarest, en Roumanie, mort en 1970 à Paris) était un philosophe et sociologue français d'origine judéo-roumaine.

Il a été directeur d'études à l'École pratique des hautes études (1959-1970) et un théoricien marxiste influent.

Biographie

Dans sa jeunesse roumaine, il est exclu de l’union de la jeunesse communiste, organisation clandestine en Roumanie en 1934 pour "trotskisme"1. Sociologue de la création littéraire, il passe à l’université de Vienne, où il suit les cours de Max Adler. Réfugié en Suisse en 1942, il y devient l'assistant de Jean Piaget et participe à ses recherches d'épistémologie génétique. De retour - en 1945 - à Paris, il entre au C.N.R.S. Après avoir exercé une influence considérable à Paris, il meurt en 1970. Cioran l'a toujours considéré comme son pire ennemi et le plus ardent des calomniateurs2. Georg Lukács était pour lui un maître. Sa vie est partiellement racontée et romancée dans le roman de Julia Kristeva, Les Samouraïs (1990), sous le pseudonyme de Fabien Edelman ; l'auteure l'a connu personnellement lorsqu'elle a émigré en France.

Sa pensée

Alors que de nombreux parisiens de gauche soutenaient le scientisme marxiste dans les années 1950-60, Lucien Goldmann pensait que le marxisme était alors en crise sévère et devait se renouveler pour survivre. Il rejetait la vision marxiste traditionnelle et contestait le mouvement structuraliste. La popularité de ces théories sur la Rive Gauche étaient alors telles que les travaux de Goldmann furent éclipsés, en dépit des avis de Jean Piaget et Alasdair MacIntyre, qui l'appelaient « le marxiste le plus fin et le plus intelligent de tous les temps »[réf. nécessaire].

Il ne pensait pas que l'avenir de l'humanité découlait des lois inexorables de l'histoire, mais les voyait plutôt comme Pascal qui considérait l'existence de Dieu comme un pari.

Goldmann a écrit dans Le Dieu caché que « la révolution, c'est l’engagement des individus dans une action qui comporte le risque, le danger d’échec, l’espoir de réussite, mais dans laquelle on joue sa vie ».

Source: Wikipédia, l'encyclopédie libre. [EN LIGNE] Consulté le 19 août 2015.


Retour à l'auteur: Marc Bélanger Dernière mise à jour de cette page le mercredi 19 août 2015 7:09
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref