RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

L’union sociale canadienne sans le Québec. Huit études sur l’entente-cadre. (2000)
Quatrième de couverture


Une édition électronique réalisée à partir du livre sous la direction d'Alain-G. Gagnon, L’union sociale canadienne sans le Québec. Huit études sur l’entente-cadre. Montréal: Les Éditions Albert Saint-Martin, 2000, 277 pp. Programme d’études sur le Québec de l’Université McGill. [L'auteur nous a confirmé le 16 février 2016 sont autorisation de diffuser ce livre en libre accès dans Les Classiques des sciences sociales.]

Quatrième de couverture

Le nouveau pacte d'union sociale signé en février 1999 par Ottawa et les provinces à l'exception du Québec marque, selon les dires d'Ottawa, sera le début d'une ère de fédéralisme de collaboration. Le présent ouvrage montre au contraire comment Ottawa s'active à instaurer un fédéralisme expansionniste, sans égard pour les responsabilités provinciales, tirant davantage son inspiration des régimes unitaires. Les conséquences de ces bouleversements pour l'avenir de la fédération canadienne, sans doute les plus importants depuis le rapatriement de la Constitution en 1982, sont jusqu'ici restées dans l'ombre.

Cet ouvrage présente l'analyse de huit spécialistes québécois qui se sont penchés sur les répercussions qu'aura la conclusion de l'entente-cadre sur l'union sociale canadienne pour le Québec, même s'il n'en est pas signataire. Tous concluent à une plus grande centralisation des pouvoirs a Ottawa, à un empiétement accru du gouvernement fédéral dans les champs de compétences des provinces et à l'imposition de nouvelles contraintes dans de nombreux domaines, en particulier ceux de la santé, des services sociaux et de l'enseignement postsecondaire. Les auteurs y voient aussi la volonté du gouvernement fédéral de gérer la fédération en se prévalant de son pouvoir de dépenser plutôt que chercher à élaborer des politiques sur des bases consensuelles. Le fédéralisme de coopération annoncé par Ottawa ne serait donc qu'un fédéralisme de façade.

Huit spécialistes se prononcent sur l'union sociale :

André Binette
Jacques Frémont
Alain-G. Gagnon
Alain Noël
Ghislain Otis
Claude Ryan
André Tremblay
Guy Tremblay


Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le vendredi 6 octobre 2017 6:30
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue,
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref