RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

L'entrée dans la modernité. Science, culture et société au Québec. (1986)
Présentation du livre par l'éditeur


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de M. Marcel Fournier, L’entrée dans la modernité. Science, culture et société au Québec. Montréal : Les Éditions coopératives Albert Saint-Martin, 1986, 240 pp. [Autorisation accordée par l'auteur le 12 décembre 2002 pour cette oeuvre et toutes celles publiées au Québec]

Présentation du livre par l'éditeur


Professeur au département de sociologie à l'Université de Montréal et chercheur à l'IQRC, Marcel Fournier est président de la Fédération des associations des professeurs d'universités du Québec. Il est aussi secrétaire de la revue Sociologie et sociétés, membre du comité de rédaction de Recherches sociographiques et membre fondateur de Possibles. Il est l'auteur de Communisme et anti-communisme au Québec (Éditions Albert Saint-Martin, 1979). Entre l'école et l'usine, la formation professionnelle des jeunes travailleurs (Éditions Albert Saint-Martin, 1980) et Les générations d'artistes (IQRC, 1986).

Fruit de recherches menées au cours des dix dernières années, L'entrée dans la modernité propose une vision neuve du développement de la vie intellectuelle et scientifique au Québec depuis la fin du 19e siècle jusqu'à nos jours.

L'auteur présente les itinéraires de grands intellectuels, artistes et scientifiques et analyse leur contribution à l'élaboration de nouvelles disciplines. Leur oeuvre, essentielle à la modernisation du Québec, est inséparable des institutions et des mouvements auxquels ils appartiennent : Édouard Montpetit et l'Université de Montréal, le frère Marie-Victorin et les sciences naturelles, le R.P. Georges-Henri Lévesque, o.p., et les sciences sociales, Jean-Charles Falardeau et la sociologie, Paul-Émile Borduas et les arts visuels. Chacun à sa manière oppose à la tradition séculaire la compétence, et au sens commun des générations précédentes, la science et le savoir du spécialiste. Des dogmes sont ébranlés, de nouveaux rapports à la réalité et à la nature s'imposent, une nouvelle conception de l'individu et de la société prend forme, remettant en question les vérités et les identités anciennes. Ce faisant, la culture et l'érudition ne sont plus le seul fait du prêtre, du journaliste et du fonctionnaire : de nouvelles figures émergent qui modèlent différemment le statut de l'intellectuel; le professeur d'université, le chercheur et l'artiste créateur trouvent alors leurs places.

La lecture de L'entrée dans la modernité est indispensable à tous ceux et celles qui aujourd'hui doutent de la capacité du Québec d'affronter les nouveaux défis. Pour notre petite collectivité, le handicap de son accès tardif à la modernité pourrait se révéler un avantage et lui permettre de devenir “post-moderne” avant les autres. La spécificité du Québec réside moins dans son retard que dans la façon dont s'y est réalisé le changement.



Retour au texte de l'auteur: Marcel Fournier, sociologue, Université de Montréal Dernière mise à jour de cette page le mercredi 9 mai 2007 13:19
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref