RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Communisme et anticommunisme au Québec (1920-1950) (1979)
Introduction


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de M. Marcel Fournier, Communisme et anticommunisme au Québec (1920-1950). Montréal: Les Éditions coopératives Albert Saint-Martin, 1979, 167 pp. [Autorisation accordée par l'auteur le 12 décembre 2002 pour cette oeuvre et toutes celles publiées au Québec]
Introduction

Il n'est pas faux d'affirmer que la reconstitution de l'histoire d'un mouvement communiste est une tâche difficile. D'une part, il y a l'impossibilité de rassembler l'ensemble des informations pertinentes: discours, tracts, journaux, compte-rendus de congrès, listes de membres, etc... En raison de la répression dont est habituellement l'objet un tel mouvement et des périodes de clandestinité qu'il doit vivre, les diverses données sont dispersées ou tout simplement détruites.

D'autre part, le maintien d'une attitude de neutralité est difficile, pour ne pas dire impossible. D'ailleurs, la multitude d'études dont les mouvements communistes de divers pays sont l'objet peuvent être situées sur un continuum qui va du récit épique, histoire héroïque d'un mouvement social porteur d'un destin, à la simple dénonciation ou étude d'un groupement marginal dont les adhérents sont des individus névrotiques-ou des agents provocateurs de la police.

Au Québec, l'historiographie a largement négligé la naissance et le développement du mouvement communiste. Le sentiment anticommuniste diffusé par l'éducation cléricale a probablement atteint nombre de chercheurs pour qui le communisme était perçu comme une menace politique et religieuse. Dans une certaine mesure, on sent toujours à travers les discours des hommes politiques et les éditoriaux de certains journaux que cette situation n'a pas tellement changé, malgré les apparences et la "révolution tranquille".

D'ailleurs, ce n'est pas par hasard que les premières études historiques plus systématiques et approfondies du mouvement ouvrier québécois aient été produites à la fin des années 1960. Pendant ces années, il y a eu non seule-ment une radicalisation du mouvement syndical et du mouvement étudiant, mais aussi, par suite de l'accroissement considérable du nombre d'étudiants et de diplômés en sciences humaines et en sciences sociales, une relative saturation du champ traditionnellement "noble" des études historiques: histoire de la Nouvelle-France, du Régime anglais, etc. Cette nouvelle sensibilité politique et cette montée de la concurrence entre chercheurs en sciences humaines apparaissent comme des principes explicatifs d'un renouveau de la recherche historique: histoire économique, histoire des mouvements de contestation (Patriotes, etc...) et du mouvement ouvrier, introduction d'une perspective marxiste, etc...

La présente recherche n'est nullement indépendante de ce contexte politique et intellectuel de la fin des années 1960 ; elle constitue, en effet, la matière d'une thèse de maîtrise rédigée en 1968 et déposée en mai 1969 au Département de sociologie de l'Université de Montréal.

Mais cette recherche a aussi sa "petite histoire" qu'il n'est pas sans intérêt de reconstituer. La "redécouverte" du mouvement communiste s'est effectuée non pas à la suite d'un long cheminement politique et intellectuel mais au hasard d'une recherche que dirigeait alors Céline Saint-Pierre, professeur de sociologie à l'Université de Montréal, et qui portait sur le mouvement syndical québécois des années 1930 (1). Tout en dépouillant des documents à la Bibliothèque de l'Assemblée nationale du Québec, je suis "tombé" sur une liasse de journaux enroulés de papier brun et solidement ficelés. Quelle ne fut pas ma surprise d'y découvrir quelques exemplaires du journal fasciste d'Adrien Arcand... et une série complète de Clarté, l'organe officiel du Parti communiste (P.C.) au Québec.

La lecture de ce journal politique et des discussions avec Céline Saint-Pierre et Marcel Rioux (qui étudiait alors l'évolution des idéologies du Québec) (2) me convainquirent de l'intérêt d'effectuer une recherche sur le mouvement communiste au Québec, dont l'histoire était peu et mal connue non seulement du grand public, mais aussi des spécialistes universitaires. Sans l'appui de Saint-Pierre et Rioux, tous deux membres de comité de rédaction de la revue Socialisme (3) il aurait été quelque peu difficile de mener à terme cette recherche. La marginalité dans laquelle se trouvait alors le P.C. et la conjoncture internationale (occupation de la Tchécoslovaquie) risquaient en effet de discréditer une telle entreprise.

Très rapidement, la documentation écrite apparut très rare. Les seuls textes recueillis par les bibliothèques universitaires et publiques relevaient de la propagande anticommuniste (tracts de l'École Sociale Populaire, discours des évêques, articles des revues Relations, Culture, la Revue dominicaine, etc.). Durant les années 1930 et 1940, le mouvement communiste avait été l'objet non seulement de répression (notamment par la destruction de ses publications) mais aussi de "censure historique": cette mémoire collective que sont les bibliothèques ne daignait alors pas enregistrer et transmettre aux générations futures les gestes et les paroles d'une "poignée" de militants politiques.

Il me fallut donc modifier ma stratégie de collecte d'informations et tenter d'entrer en contact avec ceux-là mêmes qui militèrent au P.C. ou qui, à un moment ou un autre, participèrent à ses activités. Mais comment identifier et retracer ces "vieux militants"? Avec la collaboration de l'historien Stanley Bréhaut-Ryerson qui, dans le milieu universitaire, était nettement identifié au Parti communiste et aussi du professeur Léo Roback qui, après avoir milité plusieurs années dans le syndicalisme international, poursuivait alors des études en sociologie, il me fut possible de rejoindre d'abord quelques militants "des premières heures" (Evariste Dubé, Léo Lebrun, Bernadette Lebrun, Willie Fortin, etc.), puis un réseau plus large d'une vingtaine de militants de langue française. Certains d'entre eux furent évidemment surpris que quel-qu'un "de l'extérieur" (du parti) entreprenne une telle étude. L'un me reçut même froidement en me demandant: "Mais pourquoi Ryerson ne fait-il pas cette histoire lui-même?" Toutefois, la plupart se réjouirent de mon initiative et acceptèrent d'être interviewés pendant de longues heures. Ils pouvaient ainsi témoigner auprès de jeunes générations de l'histoire qu'ils avaient contribué à faire. De plus, une telle étude leur donnait l'espoir que le drapeau rouge pourrait être redéployé par des plus jeunes, qu'à nouveau l'on entonnerait l'Internationale dans des réunions publiques et que la longue marche vers le socialisme se poursuivrait...

La rencontre de ces "vieux" militants fut d'autant plus heureuse qu'en plus de me permettre de recueillir leur "version" de l'histoire du mouvement communiste, elle me donna accès à des documents que ces militants avaient réussi à "sauver" (le journal La Voix du Peuple, de nombreux tracts et documents, des affiches, etc...).

Il me fut alors possible de réunir suffisamment de données pour rédiger, sous la direction de Marcel Rioux, une thèse de maîtrise dont le titre était Histoire et idéologie du groupe canadien-français du Parti communiste (1925-1945). Peu après, à la demande du comité de rédaction, je soumettais à la revue Socialisme un court texte qui constituait un résumé de la thèse (4). Quant au manuscrit original, il fut par la suite consulté par plusieurs personnes qui, habituellement, me conseillaient de le publier en le retravaillant. De toute évidence, le manuscrit original avait été profondément marqué par les règles de la présentation d'une thèse en sociologie (lourde introduction théorique) et par le contexte intellectuel (influence des écrits du sociologue français Alain Touraine). De plus, l'organisation générale du texte, de même que l'interprétation que je donnais de l'histoire de Parti communiste - passage d'un mouvement social à une secte méritaient d'être révisées. Autant de tâches que des activités de recherche, des études de doctorat et ensuite les premières années d'enseignement universitaire ne me permettaient pas de réaliser. Par ailleurs, il m'apparaissait quelque peu imprudent de diffuser un ouvrage incomplet qui aurait eu la prétention de présenter l'histoire du P.C. au Québec et de fournir une évaluation de l'activité syndicale, politique et idéologique de ses membres.

Si, dix ans plus tard, la diffusion d'une telle étude apparaît possible, voire même nécessaire, l'une des raisons en est évidemment la modification de la conjoncture politique elle-même. Le mouvement communiste connaît au Québec un "deuxième souffle", il se développe en se diversifiant (P.C., En lutte, Ligue communiste marxiste-léniniste du Canada, Parti communiste canadien (marxiste-léniniste), etc.) et en rejoignant de jeunes générations d'étudiants, de travailleurs et de chômeurs. Il est maintenant question de communisme non plus ailleurs, dans d'autres pays, mais ici même au Québec et au Canada. Des cercles étudiants aux salons que fréquentent les intellectuels, des assemblées syndicales aux réunions politiques du Parti québécois, le "gauchisme" ou le "communisme" est l'objet de conversations et de discussions qu'alimentent souvent des articles de revue et des reportages dans les médias.

Par ailleurs, ce "renouveau" du mouvement communiste implique un retour sur le passé, une réévaluation des activités des "premiers" militants communistes. Ainsi, l'ex-revue politique militante Mobilisation a publié un long article intitulé "Perspectives historiques sur le parti communiste du Canada". Tout en y dénonçant les erreurs et les faiblesses du P.C. l'on revendique le "glorieux héritage des communistes canadiens, leurs luttes innombrables dans des conditions extrêmement pénibles, leur solidarité avec la révolution mondiale" (5). Dans leur publications, les groupes marxistes-léninistes font régulièrement référence au P.C. et à son histoire. Même si l'on reconnaît que celui-ci fut "jadis révolutionnaire", que ses militants ont mené des luttes souvent exemplaires et courageuses comme la longue marche des chômeurs sur Ottawa en 1935, l'évaluation du P.C. dont on parle en mettant entre guillemets le qualificatif "communiste", est largement négative. Le parti ne serait, principalement depuis les années 1950, qu'une "secte vouée à la propagande pro-soviétique et révisionniste".

Certes, il se manifeste dans ces groupements politiques une volonté de "tirer les leçons" de l'histoire des divers P.C. mais leur orientation politique les amène à critiquer et à rejeter a priori les partis communistes "traditionnels". De plus, leur mode d'analyse rend difficile toute forme d'objectivation: la "vérité" ou la "justesse" des pratiques politiques qu'ils contestent semble en effet dépendre beaucoup plus de leur adéquation à une théorie qui, le plus souvent, est une doctrine politique précise. Ainsi, leur critique et leur crainte du révisionnisme renvoient à un certain purisme doctrinal et sont largement fonction de leur faible degré de développement et de leur position encore relativement marginale dans le champ politique québécois et canadien.

Plus que toute autre historiographie, celle des mouvements communistes est profondément marquée par la position dans la structure sociale et dans le champ politique de ceux qui la reconstruisent. Même la démarche qui consiste à "retourner" aux militants communistes eux-mêmes et à enregistrer leur version personnelle de l'histoire n'est pas sans poser des problèmes, puisqu'en fonction même de la position qu'ils ont occupée au sein du mouvement communiste, ils ont non seulement une connaissance inégale des informations mais aussi une vision différente des "choses", en raison même de l'organisation très hiérarchique du Parti. Il est évident que la version qu'ils peuvent donner de l'histoire du P.C. varie en fonction de leur distance par rapport aux instances décisionnelles du Parti. De plus, la collecte de ces informations "vécues" est d'autant plus difficile que, paradoxalement, ceux qui ont milité à la base (cellule de quartier ou d'usine, distribution de journaux et de tracts, etc.), et qui souvent n'ont pas une vie d'ensemble du mouvement, sont les plus disposés à fournir de l'information alors que ceux qui se sont vus attribuer des responsabilités au niveau des diverses instances décisionnelles conservent une grande discrétion et préfèrent se référer aux quelques documents écrits (livre consacré à Bella Gauld, autobiographie de A. Smith, livre de Tim Buck, etc.). Enfin, le rapport à l'histoire même du Parti est établi en fonction de la trajectoire politique que suivent les militants: selon le moment de leur adhésion au Parti et l'attitude qu'ils adoptent à son égard par la suite, ils ont une "version" quelque peu différente des événements et en fournissent des interprétations souvent très diversifiées. Par exemple, le fait de quitter le Parti ou d'y rester, lors du débat sur la question nationale en 1947, explique la variation des lectures que les militants font de la période de l'après-guerre et des difficultés que connaît alors le Parti.

Toutefois, surtout lorsqu'un mouvement politique demeure marginal, il ne semble guère possible de dégager le sens objectif de son action sans con-sidérer la signification qu'en donnent ceux qui l'initient: l'histoire du mouvement, en effet, est alors très étroitement articulée aux "histoires de vie" de ses militants. De plus, la démarche qui consiste à écouter les "vieux militants", tout en reconstituant sur la base de données dites objectives l'évolution du mouvement, a l'avantage de permettre la réalisation d'une étude historique et sociologique qui, en redonnant la parole à ceux qui furent les témoins de l'histoire du mouvement communiste au Québec fournit aussi la possibilité d'élaborer une version plus complète de cette histoire. Il s'agit de réaliser une œuvre qui soit, indissociablement, analyse et témoignage, interrogation du mouvement et respect de ceux qui l'ont fait.

Notes

(1) Saint-Pierre, Céline, Analyse des orientations et des pratiques du syndicalisme catholique et des unions internationales; la définition des idéologies dominantes et la mise à jour des contradictions fondamentales, Paris, Université de Nanterre, Thèse de doctorat de 3e cycle, 1973.
(2) Rioux, Marcel, "Sur l'évolution des idéologies au Québec", Revue de l'Institut de Sociologie, n&Mac251; 1, Bruxelles, 1968.
(3) Fondée en 1964 par un groupe d'universitaires (Marcel Rioux, Jacques Dofny, Gérald Fortin) et de syndicalistes (Émile Boudreau, Théo Gagné), cette revue changera de nom en 1970 pour devenir Socialisme québécois. Avec un groupe d'étudiants de la Faculté des Sciences sociales de l'Université, j'avais participé en 1967 à l'organisation d'un colloque qui portait sur le thème "Le socialisme au Québec: une utopie?". Les communications présentées lors de ce colloque ont été publiées dans le numéro de mai-juin 1967.
(4) Fournier, Marcel, "Histoire et idéologie du groupe canadien-français du Parti communiste (1925-1945)", Socialisme 69, n&Mac251; 16, janvier-mars 1969, pp. 63-78.
(5) "Perspectives historiques sur le Parti communiste du Canada", Mobilisation, Vol. 4 n&Mac251; 4, p. 1.

Retour au texte de l'auteur: Marcel Fournier, sociologue, Université de Montréal Dernière mise à jour de cette page le samedi 20 janvier 2007 10:29
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref