RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Fernand Foisy, MICHEL CHARTRAND. Les voies d’un homme de parole. (1999)
Avant-propos


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Fernand Foisy, MICHEL CHARTRAND. Les voies d’un homme de parole. Montréal: Lanctôt Éditeur et Fernand Foisy, 1999, 303 pp. [Autorisation accordée par l'auteur le 3 juin 2012 de diffuser toutes ses publications sur Michel Chartrand dans Les Classiques des sciences sociales.]

[9]

MICHEL CHARTRAND.
Les voies d’un homme de parole.


Avant-propos



Je suis un voleur. J'écoute, je lis, je vois, j'interroge, je touche, je hume. Et je prends note de tout. Cet ouvrage est le fruit de mes larcins. J’ai volé des informations et des opinions. J'ai tout volé.

Je suis mon propre secrétaire, je suis mon propre recherchiste, mon propre documentaliste, à la fois rédacteur et réalisateur, mais je ne suis pas psychanalyste et je laisse cela aux personnes autrement qualifiées.

Ce livre n'est pas une biographie. Je préfère parler d'un récit, celui d'une vie inordinaire, ou d'un portrait, celui d'un homme bien de son temps que j'ai appris à connaître au fil des ans.

Je ne suis ni historien ni écrivain. Je laisse aux professionnels le soin de rédiger la biographie « officielle » de Michel Chartrand, s'ils en ont et le temps et le courage. Il me ferait d'ailleurs grand plaisir de les aider dans leurs recherches.

J'ai un atout rare : je connais cet homme - mon ami, pour ceux qui diront que je ne suis pas objectif - depuis plus de 32 ans et j'ai le goût d'en parler. À part quelques reportages dans les journaux et dans certains magazines, rien ou presque n'a été raconté sur lui.

Pour les fins de ma recherche, mais aussi en raison de l'amitié qui nous lie, j'ai eu l'occasion de rencontrer à maintes reprises Simonne et de parler avec elle de son [10] « cher Michel ». J'ai aussi rencontré plusieurs membres de la famille Chartrand, ses frères et sœurs, comme ses enfants et petits-enfants.

Il n'est pas facile de brosser le portrait exhaustif d'un personnage comme Michel Chartrand, surtout lorsque, de prime abord, le « sujet » se montre complètement désintéressé. À partir des documents de recherche préparés par Suzanne Chartrand pour la production du film Un homme de parole réalisé par Alain Chartrand et sa compagne, la scénariste Diane Cailhier, j'ai amorcé mon propre plan de recherche et de travail. J'ai relu les livres autobiographiques de Simonne Monet-Chartrand, parus aux Éditions du Remue-ménage. J'ai consulté un grand nombre d'ouvrages sur l'époque qui nous intéresse dans ce premier tome, depuis la naissance de Michel Chartrand jusqu'en 1967, ainsi que les archives de différents journaux et magazines et celles de la CSN, de l’UQAM et du centre de documentation de la Bibliothèque nationale. J'ai aussi consulté mes vieux agendas et mes carnets d'adresses.

Surtout, j'ai interviewé une centaine de personnes, proches parents ou témoins. En dernier lieu, j'ai pu lire, grâce à la générosité de Diane Cailhier et d'Alain Chartrand, le scénario de la série télévisée, de six émissions d'une heure chacune, Chartrand et Simonne, qui sera diffusée à la télévision de Radio-Canada.

On sait, depuis les dernières élections, que le human interest, ça fait chier Michel. C'est du moins ce qu'il a affirmé à Bernard Derome de façon retentissante.

Le human interest, c'est bavarder, potiner, cancaner, commérer, médire dans certains cas. Il n'est pas intéressé par tous ces grenouillages. Il préfère que l’on discute des vrais problèmes. C'est ce qu'il affirmait dans une entrevue qu'il donnait à Christiane Charette, à la télévision de Radio-Canada :

[11]

Des entrevues de human interest, j’aime pas bien ça. Ce qui m'intéresse, c'est la politique et le syndicalisme. C'est rare qu'on m'invite pour ça et alors je ne me retrouve pas dans les bonnes sortes d'émissions. Je ne fais pas partie de la variété, moi, je fais partie de la politique et du syndicalisme.

Peut-être trouvera-t-il que je fais, moi aussi, ici et là dans cet ouvrage, du human interest... Je n'ai pas toujours pu éviter cet écueil, tout en cherchant cependant à ne pas lui élever un monument dont il serait le premier sans doute à réclamer la destruction.

Quand ai-je rencontré Michel Chartrand la première fois ? J'ai travaillé à ses côtés de 1968 à1974 ; Chartrand était alors président du Conseil central des Syndicats nationaux de Montréal (CCSNM-CSN) et moi, j’en étais le secrétaire général. Par la suite, nous nous sommes retrouvés à la Caisse populaire Desjardins des Syndicats nationaux de Montréal, de 1978 à 1985 ; Chartrand était le président du conseil d' administration et j'étais le gérant de crédit. Finalement c'est à la Fondation pour aider les travailleuses et les travailleurs accidenté-e-s (FATA) que nous nous rencontrons depuis 1985.

Il y a quelques années, je réservais une belle surprise à Michel en publiant ses réflexions. Cet ouvrage, Les dires d'un homme de parole, a été lancé le 5 mai 1997, quelques mois après que Michel eut célébré son quatre-vingtième anniversaire de naissance. Je réalisais ainsi un vieux souhait de Michel, celui de diffuser largement sa pensée, sa philosophie, ses revendications. Le temps est maintenant venu de faire découvrir au grand public cette histoire d'un battant exceptionnel qui a marqué à sa façon le Québec.

Michel Chartrand est un des rares personnages publics à n'avoir jamais dévié de son idéal, celui qu’il a consacré à la plus belle des causes mais aussi la plus [12] exigeante, celle de la défense des plus démunis de la société, des sans-voix, des laissés-pour-compte, de la minorité silencieuse. Ce combat, il l’a livré sans merci, envers et contre tous, n'épargnant ni ses ennemis... ni ses amis bien souvent. Lorsqu’il s'en prend publiquement à un politicien, ce sont ses actes politiques qu'il remet en question. La vie privée de ces hommes ou de ces femmes ne l'intéresse nullement et il n'en parle jamais.

*  *  *

Lorsque j'ai annoncé à des amis que j'écrivais un livre sur Michel Chartrand, la première réaction de ceux qui ne le connaissent pas intimement a été de me dire :

- Vas-tu mettre des sacres ? Va-t-il sacrer ?

Instantanément j'ai compris le besoin criant de ce livre, pour rétablir certaines vérités.

Chartrand n'a pas fait que blasphémer dans sa vie. Il faut vraiment être mêlé et croire tout ce que rapportent les médias pour le penser.

C'est comme réduire à son zizi Bill Clinton et à sa bouche Monica Lewinsky. On voit l'arbre qui cacherait une forêt.

Ne retenir que cela de Michel Chartrand, c'est comme fixer un bouton sur le bout d'un nez et oublier le reste de la personnalité.

Oui, Michel Chartrand joue du juron, comme la grande majorité des Québécois, peu importe leur langue. Il a aussi fait de grandes choses dans sa riche vie... C'est ce que je vais tenter de raconter. Mais je ne vais pas TOUT raconter, vous vous en doutez bien. Je ne voudrais pas faire insulte à votre intelligence et je vous crois capable de lire entre les lignes...

Peu, même parmi ses amis proches, connaissent sa sensibilité, son dévouement, sa générosité, son engagement, [13] son goût de la justice, son mépris de l'argent, sa ténacité, sa tolérance.

Raconter Michel Chartrand, c'est aussi survoler certains moments marquants de l’histoire du Québec et du mouvement ouvrier.

C'est donc avec la satisfaction du travail accompli, après toutes ces années de recherche, que je vous invite à lire ce premier tome.

Le deuxième auquel je travaille actuellement commencera en 1968, année où Michel fait un retour au syndicalisme après une absence de près de 10 ans. Le hasard faisant bien les choses, c'est au cours de cette même année que j'ai commencé à militer à ses côtés dans le monde syndical.

FERNAND FOISY

Montréal, le 16 juin 1999



Retour au texte de l'auteur: Jean-Marc Fontan, sociologue, UQAM Dernière mise à jour de cette page le vendredi 16 novembre 2012 16:03
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie retraité du Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref