RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Jean ELLEZAM
Docteur en sociologie, conférencier, industriel et essayiste




L'invention de la femme. (2008)

Table des matièresRésumé.

Une édition électronique réalisée à partir du livre de Jean ELLEZAM, L'invention de la femme. Montréal: Les Éditions sociologie, 2008, 438 pp. [Livre diffusé dans Les Classiques des sciences sociales avec l'autorisation de l'auteur accordée le 3 octobre 2016.]

Courriel: Jean Ellezam: jeanellezam@hotmail.com


Le fichier PRD ORIGINAL de l'éditeur:

Résumé

L’histoire du monde est l’histoire de l’homme, voici l’histoire de la terre et de la femme. Une histoire pleine et ronde, tel un ventre tendu et fécond, tel un sexe prêt à s’ouvrir sur la vie. C’est l’histoire du sentiment et du plaisir, de la création du corps et de la sexualité, de la paix et de l’apprentissage social.

Grande Déesse, elle est la matrice, la montagne et la mer. Elle est le sein gorgé de lait, l’arbre débordant de fruits, l’eau de pluie et la terre fertile. Toute régénération surgit de sa force tranquille. Divinité Suprême, elle est fondatrice des tabous protecteurs, primordiaux à la sauvegarde du groupe. La femme humanise l’homme, le socialise et fonde la Civilisation Première. Créatrice de toutes choses, on lui doit l’invention de la culture, du langage, de l’agriculture, de l’élevage, de la médecine, de l’écriture, de l’astrologie…

Ce monothéisme originel féminin, enraciné dans la générosité, la multiplicité et les plaisirs sensuels de la terre se perd au profit de l’austère monothéisme masculin. Le pouvoir viril met en place un corps maté, domestiqué, bardé de doctrines religieuses. Un nouvel Ordre autoritaire clame grandeur, rigueur, pureté et perfection, réclame l’amour de Dieu et la haine de soi, crée la culpabilité et la honte, la dualité du Bien et du Mal.

Naissent deux visions du monde, deux identités : l’homme coupé de lui-même, fier de sa raison et la femme forte de ses sentiments.

Source: Renaud-Bray. [En ligne] Consulté le 8 novembre 2019.



Jean ELLEZAM,
L'invention de la femme.
Montréal: Les Éditions sociologie, 2008, 438 pp.


Marc Angenot,
Les Champions des femmes,
examen du discours sur la supériorité des dames, 1400-1800
.
Montréal, Les Presses de l'Université du Québec,
1977, 208 pp.



Voir la sous-collection,
Sociologie de la famille,
dans les collections: Les sciences sociales contemporaines
et Les auteurs classiques.

Revenir à l'auteur: Jacques Brazeau, sociologue, Univeristé de Montréal Dernière mise à jour de cette page le vendredi 15 novembre 2019 8:37
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref