RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

QUESTIONS DE CULTURE, no 3, “Les cultures parallèles. (1982)
Sommaire


Une édition électronique réalisée à partir du texte de la revue QUESTIONS DE CULTURE, no 3, “Les cultures parallèles. Un numéro sous la direction de Fernand Dumont. Québec: Institut québécois de recherche sur la culture, 1982, 172 pp.

[11]

Questions de culture
No 3


Sommaire

POUR SITUER LES CULTURES PARALLELES

Fernand Dumont

Dans cet article, on tente de reconstituer la genèse du problème suscité par les cultures parallèles. On évoque d'abord deux expériences fondamentales de la vie collective qui semblent correspondre à deux représentations également foncières: celle d'une culture dispersée, celle d'une culture institutionnalisée. Deux sociologies y prendraient naissance : sociologie du prochain, sociologie du lointain. On tâche de repérer ensuite une thématique de la recherche pour l'un et pour l'autre de ces deux pôles. Une troisième section décrit sommairement le mouvement d'institutionnalisation de la culture. Ce qui permet finalement, dans la dernière partie, de situer les cultures parallèles, d'en entrevoir les enracinements dans les conflits et les ambitions des classes sociales. Avant tout, l'auteur a voulu mettre en évidence l'ambiguïté du phénomène étudié et les promesses d'avenir qu'il comporte.

LES ÉCOLES PARALLELES

Des concurrents sérieux pour l'école ?

Henri Tremblay

Le rythme d'évolution des communications contribue largement à l'éclatement de l'environnement éducatif traditionnel. Les critiques nombreuses dont l'école institutionnelle, d'ici et d'ailleurs, fait l'objet ne sont pas étrangères non plus à la nouvelle pertinence du thème de l'école parallèle. Celle-ci fait d'abord référence à la culture de masse mais elle peut prendre bien d'autres formes d'environnements situés hors des cadres de l'éducation formelle. Il s'agit désormais de se demander si ces écoles parallèles représentent des concurrents sérieux pour l'école. Cette question oblige d'abord à constater les ambiguïtés et les paradoxes nécessairement reliés à la notion de parallélisme. Mais à découvrir également la possibilité d'un nouvel équilibre de forces entre l'école et les autres lieux de formation. C'est sur le terrain de l'efficacité éducative que se transposent maintenant les rapports de l'école avec d'autres environnements éducatifs.

[12]

LITTÉRATURE ET PARALITTÉRATURE AU QUÉBEC

Claude-Marie Gagnon

La paralittérature est l'envers de la littérature. Elle est riche de thèmes, d'obsessions refoulés dans la culture dite «lettrée». Notre littérature est d'abord paralittéraire et influencée par les feuilletonistes français (Eugène Sue, Paul Féval). Traquée par le clergé qui l'expulse du champ littéraire, la paralittérature s'incarne dans le roman en fascicules qui présente une vision novatrice de la société au cours des années 1945-1960. Les éditeurs français, qui inondent la province de leurs collections de poche, mettent en péril la production autochtone. Mais les éditeurs québécois réagissent et on peut croire que notre paralittérature est vouée à un avenir prometteur.

PARASCIENCE ET PARARELIGION

Une gnose «made in Quebec»

Madeleine Gauthier-Beauchamp

La gnose, ce mode de connaissance qui se propose comme voie de salut, n'a pas été complètement étouffée par la pensée rationnelle moderne. Elle ressurgit même dans les milieux scientifiques comme c'est le cas à Princeton. Une gnose québécoise, l'Association des chercheurs en science cosmique, a vu le jour au début des années 70 et a trouvé un terrain fertile dans des couches populaires de notre population. L'article décrit cette gnose et fait ressortir les caractéristiques qui la rattachent à la grande tradition gnostique: une connaissance qui sauve, qui réinstaure l'homme dans son unité, qui veut présenter la synthèse des connaissances; une pensée symbolique, mythique, créatrice, prophétique; une vision du monde qui fait peu de place à la vie en société; une morale qui invite à l'harmonie.

LES GROUPES D'AUTO-SANTÉ

Un statut à définir

Alfred Dumais

Comme en marge du triomphalisme de l'institution médicale, se développent, au Québec et ailleurs, des initiatives nouvelles et discrètes, déjà désignées groupes d'auto-santé. Pharmacie populaire, centre de santé pour femmes, clinique populaire de santé mentale, autant de projets divers que vient animer un même idéal, celui de la prise en charge de sa santé. Mais comment les définir? Quel statut sont-ils en train de revendiquer? Sont-ils autre chose qu'un effet de la critique de la médecine officielle? Ils présentent, en tout cas, des signes d'un nouveau mode de pratique professionnelle, même une façon différente de créer des solidarités. Il y a sans doute dans tout cela des aspects du mythe, mais aussi des indices de changement social.

[12]

EXISTENCES EXCENTRIQUES

Les croyances alternatives au Québec

Jean-Paul Montminy et Jacques Zylberberg

Cet article a pour but de montrer par quelles dynamiques quelques-uns des nouveaux mouvements religieux issus des effervescences sociales récentes du Québec ont développé des dissidences ou des marginalités face aux systèmes centraux d'action historique: l'Église, l'État, le Capital. Qu'il s'agisse des Charismatiques, des Témoins de Jéhovah ou des Hassidim, ces collectifs à vocation sacrale vivent dans le quotidien une articulation de leurs propres éléments structurels dans des œuvres de civilisation apparemment réfractaires aux codes acceptés par la majorité et les détenteurs du pouvoir. La poussée démographique des nouveaux mouvements religieux au Québec est ainsi la conséquence d'une défense spontanée des gens de la base, une résistance opposée à la normalisation sociale de l'idéologie dominante. Bref, ces groupes défendent leur droit à la différence. Celle-ci ne va pas de soi, on s'en doute, pour les tenants de cette différence, affrontés qu'ils sont aux vues hégémoniques des pouvoirs centraux.

AU-DELÀ DE SOIXANTE-CINQ ANS

Judith Stryckman

Étant donné l'évolution démographique de notre société et la visibilité accrue de la population âgée, il y a peut-être lieu de s'interroger sur l'existence de certaines formes culturelles propres à ce groupe d'âge. Ces formes culturelles peuvent être basées sur le sentiment d'affinité entre personnes d'une même génération, sur la discrimination exercée à leur égard par d'autres secteurs de la population et sur la ségrégation dans laquelle elles se trouvent à la suite de programmes et de politiques définis en vue de répondre à leurs besoins particuliers.

LES JEUNES, UN ÉCART

Marginalité et parallélisme, une résistance?

Réginald Richard

Depuis les années 1960, les analystes psychologues et sociologues ont eu tendance à accentuer d'abord les positions contre-culturelles des jeunes pour ensuite situer ceux-ci en retrait ou en marge des affrontements du Québec. À la suite de ce glissement langagier, nous nous sommes demandé s'il ne faut pas situer ce déplacement conceptuel comme résistance à une transformation de l'écart entre jeunes et adultes; écart en train de passer d'une rupture singulière par rapport à la lignée familiale (l'adolescence du «meurtre symbolique du père»), à une rupture de groupe par rapport aux identités culturelles et sociales des adultes (l'adolescence d'une révolution culturelle). L'écart des jeunes serait-il le symptôme d'une culture parallèle ?

[13]

PARALLÉLISME OU QUÊTE DE SENS ET D'IDENTITÉ ?

L'exemple des organismes de coopération internationale au Québec

Gabrielle Lachance

Le parallélisme, loin d'être une expression de déviance sociale comme le seraient par exemple la marginalité ou l'anormalité, peut au contraire ramener l'expérience collective à des dimensions et à des perspectives qui permettent aux acteurs sociaux de lui conférer un sens. En repérant les diverses expressions de parallélisme dans l'évolution des organismes de coopération internationale, il a été possible de déceler, sous ce couvert, une recherche d'identité face aux finalités des groupes en présence et une quête de sens dans les actions menées en regard de ces finalités. Il semble donc que, dans de telles circonstances, le parallélisme contribue à maintenir un organisme à l'intérieur des balises qu'il s'était posées au moment de la fondation.

LA POLITIQUE PARALLÈLE

Le quotidiennisme

Andrée Fortin

Devant l'échec de la politique traditionnelle à permettre le contrôle de leur vie quotidienne à l'ensemble des citoyens, apparaissent de nombreux groupes qui entendent défendre les intérêts de leurs membres et leur permettre d'assurer ce contrôle sur leur vie quotidienne; ces groupes ont comme trait commun de promouvoir l'autonomie de leurs membres à travers leur coopération, leur collaboration. Deux exemples sont évoqués ici, constituant deux pôles de ce « quotidiennisme » : le regroupement d'organismes communautaires et culturels de Rimouski (ROCCR) et le mouvement écologiste québécois.



Retour au texte de l'auteur: Fernand Dumont, sociologue, Université Laval Dernière mise à jour de cette page le mardi 18 avril 2017 8:46
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref