RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

QUESTIONS DE CULTURE, no 1, “Cette culture qu'on appelle savante. (1981)
Présentation


Une édition électronique réalisée à partir du texte de la revue QUESTIONS DE CULTURE, no 1, “Cette culture qu'on appelle savante. Un numéro sous la direction de Fernand Dumont. Paris: Leméac / Québec: Institut québécois de recherche sur la culture, 1981, 190 pp.

[9]

Questions de culture
No 1


Présentation

Lors de sa mise en route, au début de 1980, l'Institut québécois de recherche sur la culture s'est délimité un ample champ d'activités. Ce faisant, on a voulu tenir compte des urgences de notre société tout autant que de celles de la science. On a voulu aussi établir des modes de collaborations avec les chercheurs disséminés au Québec et avec les milieux et les groupes divers qui, à tant d'égards, ont besoin de ressources pour élucider leurs problèmes et définir leurs initiatives. L'Institut n'ambitionne pas de régenter la recherche sur la culture ; il espère simplement prendre place dans une division du travail et servir, dans la plus grande liberté, de lieu de concertation parmi d'autres. Pas davantage, l'Institut ne songe à orienter le développement de la culture ; il compte contribuer à élucider la mutation actuelle d'une société qui ne saurait être enfermée dans des idéologies simplistes.

Dessiné en nos commencements, ce plan de travail devait être souple tout en étant cohérent. Trois terrains ont été repérés : changements culturels, culture populaire, culture savante. Ce ne sont là que des cadres commodes pour des chantiers, des enquêtes, des projets de divers ordres. Ces schémas ont guidé nos premières entreprises ; ils seront remaniés selon les suggestions de l'expérience *.

Ces activités mèneront naturellement, entre autres résultats, à des publications. Celles-ci relèveront de genres différents, s'adresseront à des publics diversifiés. D'un centre de recherche, il va de soi que l'on attende des monographies scientifiques ; quelques-unes seront remises à l'éditeur au cours de la présente année. Il est évident que l'Institut aura à fournir des matériaux et des instruments de travail scientifique ; un bon nombre sont en préparation. Nous avons aussi pensé que sur des questions qui suscitent ou devraient retenir l'attention dans la situation présente de notre culture, des diagnostics pourraient être accessibles à un large public ; le premier de ces diagnostics paraîtra bientôt.

Il est également pertinent, a-t-il semblé, que sur de grands problèmes qui intéressent la recherche scientifique et qui concernent les mouvements de fond de nos sociétés, on réunisse des dossiers thématiques. Tel est l'objet de ces cahiers qui paraîtront deux fois l'an, et dont voici le premier fascicule.

[10]

*
*     *

Questions de culture : l'intitulé de ces cahiers est suggestif à plus d'un titre.

Il indique, de prime abord, que ni l'Institut ni ses collaborateurs n'ont sur la culture des vues arrêtées qu'il suffirait de traduire en propagande. Un chercheur, du moins en principe, s'attarde à des idées directrices, à des schémas qui guident son travail ; il n'en fait pas un dogme, à moins de renoncer à la recherche. Ce sont des interrogations qui constitueront les thèmes de nos cahiers, qui provoqueront des convergences de collaborateurs parfaitement libres par ailleurs dans leurs présupposés comme dans leurs propos.

Les questions de culture viennent aussi... de la culture. Nous tâcherons donc, faisant appel à nos propres perceptions des choses, grâce aux suggestions que l'on voudra bien nous faire, d'être à l'écoute des incertitudes de notre temps. Sont en chantier des cahiers sur les cultures ethniques, les cultures parallèles, etc.

Nous ne nous cachons pas que c'est un difficile pari que de s'engager à mettre ensemble toutes ces exigences. D'autant plus que ces cahiers ne s'adressent pas seulement aux chercheurs mais à un public plus étendu, à qui nous aimerions proposer davantage que de la mouture de vulgarisation.

*
*     *

Pour ce premier cahier, nous avons choisi un thème qui porte notre pari à l'extrême. Culture savante : le vocable est couramment utilisé, il paraît aller de soi. Ne permet-il pas d'opposer la culture des élites à celle des « gens ordinaires » ? Mais, à peine est-il venu sous la plume qu'il suscite la perplexité. Doit-on identifier la culture savante avec la science ? Est-elle l'envers du sens commun ? Est-il permis d'en faire le négatif de la culture dite «  populaire  » ?... On s'enlise vite dans un fouillis d'imbroglios.

Il y a là matière à réflexion. Depuis environ un an, à quelques reprises, s'est réuni à l'Institut un groupe de chercheurs, de disciplines et d'orientations diverses, pour en discuter librement. M. Marcel Fournier, professeur à l'Université de Montréal, a présidé ces rencontres.

Nous ne songions nullement à élaborer une définition de la culture savante, mais à reporter sur cette notion la critique et l'éclairage de nos recherches respectives. Cet ouvrage n'offre donc pas un système fabriqué à plusieurs ; on y trouvera plutôt des propositions théoriques mises à l'épreuve de l'enquête empirique.

Amarrées à des monographies, les études ici réunies n'en convergent pas moins. La culture savante y est, chaque fois, envisagée selon l'une de ses contreparties ou selon l'une de ses figures : la culture populaire, la culture empirique, le pouvoir, la vulgarisation, la philosophie, les styles de vie. La diversité des contextes historiques — que nous avons voulu rendre sensible par la distribution du sommaire — ajoute à la richesse des perspectives. [11] Chacun des auteurs s'est situé dans les vastes débats de la science contemporaine ; on renvoie pourtant à la recherche en contexte québécois.

Nous avons joint à cet ensemble une chronique de la recherche. Par définition, un système d'éducation repose forcément sur des représentations de la culture savante ; un bilan des travaux sur l'éducation dans un secteur des structures gouvernementales est, manière, une monographie. La recherche sur l'éducation se pratique aussi en d'autres lieux au Québec ; nous comptons en faire état dans d'autres publications. Il ne s'agissait pas de dresser un bilan, mais de soumettre à la réflexion un cas un peu délimité.

En bref, ce cahier esquisse des voies d'accès à un champ d'investigation. Même s'il n'est pas spécialiste, le lecteur pourra y entrer à son tour, participer à des incertitudes et à des découvertes. Au lieu de lui présenter des arrangements accommodés par la vulgarisation paresseuse, on l'invite à la cuisine : là où s'élaborent les hypothèses, là où on collecte les faits, là où les chercheurs polémiquent entre eux. Que le lecteur ne s'effraie pas de l'appareil, parfois considérable, de notes et de documents ; cet appareil lui est abordable. Et, en y ajoutant un peu d'humour, il y verra tout au moins le décor obligé de la culture savante...

Fernand DUMONT



* Pour une description de ce programme de travail, on se reportera au Premier rapport annuel, qui peut être obtenu sur simple demande à l'Institut québécois de recherche sur la culture, 93, rue Saint-Pierre, Québec, G1K 4A3



Retour au texte de l'auteur: Fernand Dumont, sociologue, Université Laval Dernière mise à jour de cette page le mardi 18 avril 2017 8:19
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur associé, Université du Québec à Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref