RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Léon Dion, Nationalismes et politique au Québec (1975)
Avant-propos


Une édition électronique réalisée à partir du livre de Léon Dion, Nationalismes et politique au Québec. Montréal: Les Éditions Hurbubise HMH., ltée, 1975, 177 pp. Collection: Sciences de l’homme et humanisme, no 7. [Autorisation accordée par Mme Denyse Dion, épouse de M. Dion, le 30 mars 2005].
Avant-propos

Le présent essai ne prétend pas offrir une analyse définitive du nationalisme québécois, Il se concentre sur les dimensions politiques de ce dernier. Se trouvent donc abordées de façon subsidiaire ses dimensions sociologiques et économiques. Par ailleurs cet essai se fonde largement sur des sources secondaires ou sur mes propres études antérieures. Il m'était impossible de puiser dans l'important fonds de connaissances qui résultera de l'enquête sur les cultures politiques au Québec que Micheline de Sève, Jacques Hamel et moi menons depuis trois ans, les principaux résultats de cette enquête ne devant être disponibles que dans quelques mois. De plus, les objectifs de notre enquête débordent largement ceux que je me suis assignés ici. Enfin, mon essai suit le mouvement inverse de la démarche adoptée pour l'enquête sur les cultures politiques au Québec. Tandis que dans l'enquête nous procédons du particulier au général, ici, je vais plutôt du général au particulier. Je me fonde sur des hypothèses et des illustrations plutôt que sur un schéma d'analyse explicite et sur des données colligées avec rigueur comme c'est le cas pour notre enquête.

En plaçant le nationalisme au centre de mes réflexions, je vise a contribuer aux efforts de pénétration de la conscience historique des québécois, L'optique m'est propre mais mes préoccupations rejoignent celles de Fernand Dumont, Guy Rocher et Marcel Rioux : rendre compte de la condition des Canadiens français comme nation. Semblables tentatives de re-situer le passé d'un peuple par rapport a son présent afin d’en entrouvrir les futurs possibles, malgré ce qu'elles ont d'immanquablement risque, sont aujourd'hui plus que jamais nécessaires. Les brisures apparentes ou réelles parmi les institutions et dans les mœurs depuis 1940 et surtout depuis 1960 rendent très difficile pour les jeunes et même pour les adultes la tâche de démêler les liens qui les rattachent aux ancêtres et, par conséquent, la possibilité de prendre conscience qu'ils possèdent une Histoire bien à eux par référence a laquelle il leur est loisible de se définir, C'est cela précisément qu'il faut attendre d'un essai comme celui-ci : moins la présentation de faits nouveaux, ni même une exactitude scrupuleuse dans la présentation des faits, que plutôt une vision d'ensemble d'une collectivité d'hommes qui, parce qu'ils ont un passé, ne sauraient manquer, sous peine d'ériger en loi l'empirisme et l'opportunisme, de concevoir leur situation présente et leurs chances d'avenir en tenant scrupuleusement compte de ce passe. Le mouvement de la conscience historique ne se définit pas d'abord par la progression de celle-ci vers des états nouveaux mais par la recherche incessante de la part des membres dune société de la raison d'être de cette dernière, ce qui suppose avant tout le retour aux « sources » et la reconstitution d'une continuité. Les ancêtres sont nos pères non seulement parce qu'ils nous ont engendres mais également parce que, avec les données dont ils disposaient, ils ont consciencieusement cherche a préparer le monde qui est le nôtre. Et c'est ainsi que nous agissons a regard de ceux qui viendront demain.

Il y a plus : les formations sociales anciennes, même dans les sociétés qui ont connu ces brisures radicales qu'on appelle révolutions, survivent immanquablement dans les structures et les réalités. Les mots mêmes que nous utilisons pour décrire les conditions d'aujourd'hui nous rivent en quelque sorte au passe puisqu'ils ont été forges bien avant nous pour traduire les réalités de ce monde disparu dont nous cherchons la trace. Ce qu'il s'agit de savoir et que seule une démarche à la fois introspective et rétrospective guidée par la sympathie peut procurer concerne les manifestations concrètes selon lesquelles ces formations anciennes resurgissent. Bien entendu, le présent est plus que la simple répétition du passé sous des visages inédits. Le véritable problème concerne la façon dont les formations passées se fusionnent avec les conditions nouvelles pour produire le présent et entrouvrir la voie vers les possibles de demain.

Le passé, que ce soit pour un individu ou pour une collectivité, ne se présente pas comme une totalité perçue d'un même regard niais plutôt comme une multiplicité de points de repère disposés selon des canevas dont chacun représente le produit d'expériences heureuses ou malheureuses. C'est ainsi qu'il n'y a pas un seul mais plusieurs nationalismes canadiens-français. Ces nationalismes correspondent à différentes conceptions du « nous » national. D'où il n'y a pas pour les contemporains qu'une seule mais plusieurs façons de rejoindre leur passé collectif.

Ce sont précisément ces différentes conceptions du « nous » national que je retrace d'abord afin, dans un second temps, de rendre compte des divergences qui se manifestent aujourd'hui chez les Québécois dans leur façon de se référer au passe de même que dans les justifications diverses, parfois opposées, inspirées en partie de ces lectures différentes du passé, qu'ils se donnent pour légitimer leurs orientations particulières. Pas plus que nous, les fils, les pères ne furent unanimes malgré leur profond désir d'une commune solidarité.

Scruter le nationalisme, c'est s’engager dam l'examen dune idéologie, c'est-à-dire selon la définition que l'ai proposée dans Société et politique : la vie des groupes, tenter de reconstituer des ensembles de représentations faites sous l'influence dune situation de groupe par référence à la société globale en vue de procurer les éléments d'identification au groupe, d'expliquer la situation du groupe et de légitimer les projets d'action envisagés. [1]

Je considère que l'idéologie du nationalisme est en réalité double ou plutôt que le nationalisme fusionne, selon des modalités diverses, deux idéologies différentes : dune part, une idéologie proprement nationale et, d'autre part, une idéologie sociale. C'est ainsi que, pour bien comprendre le nationalisme, il faut le re-situer non seulement par référence à la culture mais également par rapport à l'économie et à la politique dune société. L'examen du nationalisme oblige à englober tout ensemble le domaine des idées et celui de l'action et, par là, il dévoile obligatoirement les grandes praxis historiques.

Ces idées et ces actions ne se présentent pas au hasard, leur interaction n'est pas fortuite. Parce qu'elles cohabitent ensemble dans des cadres sociaux communs, parce qu'elles empruntent les mêmes canaux institutionnels, elles se mesurent constamment les unes par rapport aux autres, elles s'harmonisent ou se contredisent, elles se consolident ou se neutralisent dans de perpétuels mouvements d'attraction et de répulsion. De ces compatibilités et de ces incompatibilités émergent des constellations socio-culturelles particulières appelées cultures nationales et des sens spécifiques du « nous » désignes sous le nom de « conscience nationale ».

Par-delà toutes les ruptures, dégager la continuité de la conscience historique des Québécois n'est toutefois pas le seul objectif que je poursuis dans le présent essai. Je vise également a montrer sous de nouveaux éclairages les, conditions présentés des collectivités et des individus. En effet, le présent ne suffit pas à rendre compte de leurs succès et de leurs déboires, de leurs espoirs et de leurs déceptions, de leurs certitudes et de leurs hésitations. Il importe tout autant dévaluer les effets des attitudes et des comportements passés qui, comme autant de sédiments historiques, constituent la base des ouvrages d'aujourd'hui. La reconstitution des nationalismes passes et présents des Québécois que j'entreprends, bien qu'imparfaite sans aucun doute, permettra, je l'espère, d'échapper aux explications à courte vue dont on se satisfait trop souvent pour rendre compte des réalités d'aujourd’hui. C'est ainsi que le néo-conservatisme qui semble gagner le Parti libéral du Québec ne saurait se comprendre seulement par des arguments tires de « l'usure du pouvoir », de la personnalité de Robert Bourassa, etc. De même, pour expliquer les tensions actuelles au sein du Parti québécois, il ne suffit pas de sen remettre à des raisons telles que l'affrontement entre l'aile parlementaire et l'organisation du parti, la mise en question du leadership de René Lévesque, et ainsi de suite. Dans ces cas comme dans tant d'autres cas semblables, il s'impose d'examiner avec soin l'interaction des idéologies nationales et des idéologies sociales au Québec et, ce qui constitue l'essentiel, de scruter dans quelle mesure les entrecroisements spécifiques de ces idéologies dans chaque situation particulière ont pu préparer les jeux à l'insu des acteurs eux-mêmes.

Une dernière préoccupation inspire mes propos. Dam l'examen des nationalismes québécois, il me semble que très souvent on restreint indûment l'analyse au seul cadre du Québec. Qu'il s'agisse du domaine des idées ou de celui des comportements, le Québec est pourtant ouvert sur le monde avec lequel il se trouve en constante interaction. Ces interdépendances varient bien entendu dam le temps et l'espace et ce sont précisément les formes spécifiques qu'elles revêtent aux divers moments de l'histoire québécoise qu'il importe de dégager. Les Québécois n'ont pas invente la société pré-industrielle pas plus que la société industrielle ou la société post-industrielle. Mais, dans les limites de sévères contraintes, ils ont été et sont aujourd'hui encore obligatoirement conduits à inventer des modèles susceptibles de répondre à leurs besoins et à leurs projets particuliers tels qu'ils les concevaient ou tels qu'ils les conçoivent dans les conditions qui leur étaient et leur sont propres.


[1] Sur la notion d'idéologie, voir : DUMONT, Fernand, Les idéologies, Paris : Presses universitaires de France, 1974.


Retour au texte de l'auteur: Léon Dion, politologue, Université Laval Dernière mise à jour de cette page le mardi 28 juillet 2009 15:11
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref