RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

«JE TE CHERCHE DÈS L'AUBE. JOURNAL 2001-2002». (2002)
Quatrième de couverture


Une édition électronique réalisée à partir d'un livre de Jean-Paul Desbiens, «JE TE CHERCHE DÈS L'AUBE». JOURNAL 2001-2002. Montréal: Les Éditions internationales Alain Stanké, 2002, 358 pp. Une édition numérique réalisée conjointement par ma grande amie Gemma Paquet, bénévole, professeure à la retraite du Cégep de Chicoutimi et par mon épouse, Diane Brunet, bénévole, guide, Musée de la Pulperie, Chicoutimi. [Autorisation accordée par l'auteur le 20 janvier 2005 de diffuser la totalité de ses publications dans Les Classiques des sciences sociales.]

Quatrième de couverture

« Dieu, tu es mon Dieu. Je te cherche dès l'aube. Mes yeux devancent l'aurore et j'implore. Tu m'as tissé dans le sein de ma mère. Mes jours étaient formés avant que pas un n'eût paru. je subsiste en toi et je marche en ta présence. Tu es la lampe de mes pas et c'est par ta lumière que je vois la lumière. Je te cherche dès l'aube et je n'ai pour seule offrande que l'accueil de ton amour. »

Plus d'un demi-siècle après Les Insolences du Frère Untel, l'auteur récidive dans ce journal, où il s'attaque une fois de plus à Dame Bêtise, au mensonge institutionnalisé et au fanatisme.

Osant dire tout haut ce que les autres pensent tout bas, il n'hésite pas à dénoncer bien des inepties comme la lourdeur de l'alliance syndicalo-bureaucratique, l'absurdité de nombre de conventions collectives, le fascisme larvé de certains politiciens québécois, les fusions sauvages, les manœuvres véreuses des multinationales, la rengaine éculée voulant que le gouvernement fédéral soit la cause de tous nos maux, l'antiaméricanisme « branché » et maladif de trop de journalistes.

En toute sérénité, dans une langue qu'il a su garder décapante, Jean-Paul Desbiens montre du doigt les poncifs des milieux bien-pensants tout en demeurant, avant tout, un homme de conviction, un croyant sans mièvrerie qui n'hésite pas à garder le cap et à se donner pour mission de dessiller, en toute modestie, les yeux des Québécois de ce début de siècle.

Sous le nom de Frère Untel, Jean-Paul Desbiens publia en 1960 ses Insolences, dans lesquelles il pourfendait plusieurs belles certitudes de la société québécoise d'alors. Cet ouvrage constitua un des best-sellers de la Révolution tranquille. Docteur en philosophie, tour à tour enseignant, éditorialiste en chef de La Presse et directeur général de cégep, il demeure fidèle à son engagement en s'impliquant dans des causes sociales et humanitaires, tout en continuant à dénoncer les impostures, les hypocrisies et les vaches sacrées.

Retour au texte de l'auteur: Jean-Paul Desbiens, philosophe et essayiste Dernière mise à jour de cette page le dimanche 18 avril 2010 15:58
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur de sociologie au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref