RECHERCHE SUR LE SITE

Références
bibliographiques
avec le catalogue


En plein texte
avec Google

Recherche avancée
 

Tous les ouvrages
numérisés de cette
bibliothèque sont
disponibles en trois
formats de fichiers :
Word (.doc),
PDF et RTF

Pour une liste
complète des auteurs
de la bibliothèque,
en fichier Excel,
cliquer ici.
 

Collection « Les sciences sociales contemporaines »

Jean-Paul Brodeur, Police et recherche empirique” (1994)
Sommaire


Une édition électronique réalisée à partir de l'article de M. Jean-Paul Brodeur, Police et recherche empirique”. Un article publié dans l'ouvrage sous la direction de Denis Szabo et Marc Leblanc, Traité de criminologie empirique, 2e édition, chapitre 7, pp. 221-261. Montréal: Les Presses de l'Université de Montréal, 1994, 464 pp. [Autorisation de l’auteur accordée le 12 mai 2005]

Sommaire

Cet article poursuit un double objectif. Il vise d'abord à faire état des travaux qui ont été publiés sur la police en langue française au Canada, depuis 1983. Cette recension des écrits se prolonge d'une réflexion méthodologique et théorique sur la nature des travaux sur la police au Québec. Le terme de « police » est entendu dans son acception la plus large et il recouvre tant les corps policiers publics, les agences privées de sécurité que les « auxiliaires » civils de la police (agents clandestins, informateurs et délateurs). 

Nous démontrons d'abord que les écrits sur la police sont relativement nombreux, surtout si l'on tient compte non seulement des livres et des articles publiés, mais aussi des rapports des commissions d'enquête, de la documentation dite « grise » et des travaux académiques (mémoires de maîtrise et thèses de doctorat). La production canadienne francophone sur la police n'a en effet nullement fléchi par rapport à la période qui précède 1983. Ces travaux sont au vrai trop nombreux pour qu'on puisse même tenter d'en donner une brève idée dans ce résumé d'une page. On se contentera de dire que nous avons divisé la recherche en écrits descriptifs, théoriques et normatifs. 

Les deux thèses que nous tentons de démontrer sont celles-ci. La recherche sur la police est assez profondément déséquilibrée au Québec. En effet, les travaux d'ordre normatif, c'est-à-dire les travaux qui posent un jugement sur un aspect ou un autre du travail policier, sont en effet de loin les plus nombreux. Autant la recherche théorique que la recherche empirique sont insuffisamment développées, les lacunes étant particulièrement manifestes en matière de recherche théorique. La seconde thèse dont nous tentons de fournir la preuve est que la recherche sur la police constitue une réponse à des besoins pratiques et qu'à ce titre, elle est profondément disparate. Le grand mérite de cette recherche est toutefois d'avoir considéré l'objet police dans toutes ses dimensions et d'avoir de cette façon ouvert de nouveaux chantiers de recherche.


Retour au texte de l'auteur: Dernière mise à jour de cette page le dimanche 13 août 2006 16:54
Par Jean-Marie Tremblay, sociologue
professeur au Cégep de Chicoutimi.
 
Commanditaires




Saguenay - Lac-Saint-Jean, Québec
La vie des Classiques des sciences sociales
dans Facebook.
Membre Crossref